L'ambassadrice d'Israël en Espagne : "Nous sommes presque en guerre"

Rodica Radian-Gordon admet que l'escalade de la violence entre Israéliens et Palestiniens a atteint une situation "extrême" et "inimaginable"
Embajadora de Israel

 -   L'ambassadrice d'Israël en Espagne, Rodica Radian-Gordon

L'ambassadrice d'Israël en Espagne, Rodica Radian-Gordon, a déclaré mercredi que l'escalade de la violence entre Israéliens et Palestiniens a atteint une situation "extrême" et "inimaginable", ce qui signifie que "nous sommes presque en guerre".

"Nous avons vécu des situations dramatiques ces derniers jours, avec des tirs de roquettes très agressifs du Hamas et du Jihad islamique vers Jérusalem et Tel Aviv. En moins d'une heure, ils ont lancé quelque 150 missiles vers Tel Aviv", a déclaré l'ambassadrice aujourd'hui lors d'une conférence de presse virtuelle avec la presse espagnole.

L'ambassadrice a insisté sur le fait que, sans le système antimissile israélien, dont l'efficacité est d'environ 90 %, il y aurait eu une "véritable catastrophe", puisque les missiles visaient les centres urbains de Jérusalem et de Tel Aviv, "deux lignes rouges très claires".

Radian-Gordon a estimé que le nombre de projectiles tirés par les milices - plus d'un millier - est destiné à "saturer" le système de défense antimissile.

Après des semaines de tension dans les rues de Jérusalem, les milices palestiniennes du Hamas et du Jihad islamique ont commencé lundi à tirer des roquettes massives sur les villes israéliennes, une "attaque sauvage à laquelle Israël ne peut manquer de répondre", a averti l'ambassadrice.

Selon Mme Gordon, la réponse de l'armée israélienne sera "très spécifique, presque chirurgicale", avec des cibles très claires parmi les militants du Hamas, sans intention de nuire à la population civile de Gaza et dont la mission principale est de "retrouver la situation dissuasive d'il y a quelques semaines".

"Aucun gouvernement, quel que soit le pays, ne peut se permettre une attaque d'une telle portée contre sa population civile. Ce que nous vivons est véritablement une attaque terroriste car la moitié de la population d'Israël est menacée. Et tout cela a été disproportionné", a déclaré le diplomate.

Les trois jours de violence entre Israël et les milices palestiniennes à Gaza ont déjà fait 48 morts dans la bande de Gaza - dont 14 enfants - et six autres personnes en Israël.

Concernant les morts dans la bande, l'ambassadrice a déclaré qu'on ne peut pas dire qu'ils sont victimes de l'aviation israélienne, car environ 20 à 30 % des projectiles lancés par le Hamas tombent à l'intérieur de Gaza.

Jusqu'à présent, les groupes islamistes Jihad islamique et Hamas ont tiré 850 roquettes et au moins deux missiles sur Israël, qui a répondu par plus de 500 bombardements contre des cibles dans la bande et affirme avoir tué au moins une vingtaine de miliciens, une "situation qui ne peut pas savoir combien de temps elle peut encore durer", selon l'ambassadrice.

L'escalade de la violence a également atteint plusieurs villes mixtes d'Israël, où coexistent des communautés arabo-israéliennes et juives, notamment à Lod, où les émeutes et les troubles civils ont forcé la déclaration de l'état d'urgence.

Toutefois, l'ambassadrice a rejeté qu'il y ait "un lien clair" entre les événements dans ces villes mixtes et à Gaza, puisque la violence de ces jours-ci est "inacceptable et une menace pour tous", et estime qu'elle répond davantage à la relation de la population arabo-israélienne avec l'État et les négociations pour former un nouveau gouvernement en Israël", dans lequel le parti arabe Raam est la clé.