L'ambassadrice du Maroc fait baisser la tension et assure l'Espagne que la position sur Ceuta et Melilla reste inchangée

Le ministre espagnol des Affaires étrangères parle de normalité diplomatique avec le Royaume Alaouite
Karima Benyaich, ambassadrice du Maroc en Espagne

PHOTO/ATALAYAR  -   Karima Benyaich, ambassadrice du Maroc en Espagne

L'Espagne et le Maroc ont décidé de réduire la tension suite à la controverse soulevée par le Premier ministre marocain, Saad Eddine El Othmani, lorsqu'il a parlé de la revendication de souveraineté du Maroc sur Ceuta et Melilla dans une interview avec une chaîne saoudienne. Après le tumulte, les nations espagnoles et nord-africaines retrouvent la tranquillité diplomatique après avoir clarifié la situation. 

Karima Benyaich, l'ambassadrice du Maroc en Espagne, a garanti à l'Espagne qu'il n'y a pas de changement dans les villes autonomes, alors que le Maroc maintient une certaine revendication historique sur celles-ci, et l'Espagne maintient que les deux sont totalement espagnoles. L'annonce d'El Othmani est intervenue à un moment clé après la reconnaissance totale par Donald Trump, président des États-Unis, de l'appartenance absolue du Sahara occidental au Maroc, et l'intervention du Premier ministre marocain a été perçue comme une tentative de faire bouger quelque chose de plus politique sur Ceuta et Melilla au niveau international.  

Mais il n'y a pas eu de changement, comme l'a précisé Karima Benyaich à la secrétaire d'État espagnole aux Affaires étrangères, Cristina Gallach, lors d'une conversation entre les deux, au cours de laquelle le diplomate marocain a fourni des explications. Ni l'Espagne ni le Maroc n'ont intérêt à changer la situation actuelle, qui, malgré ce différend historique sur la propriété de Ceuta et Melilla, a permis aux deux gouvernements d'entretenir des relations de bon voisinage, faisant d'eux des partenaires prioritaires. 

Au cours de la conversation, Mme Gallach a déclaré au représentant du Royaume du Maroc que "l'Espagne attend de tous ses partenaires le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de notre pays", ce qui signifie que l'Espagne a clairement exprimé le caractère espagnol de ces deux villes malgré la revendication marocaine qui est considérée comme allant de soi, mais rien de plus, et c'est pourquoi elle a demandé des explications au vu des déclarations faites par El Othmani. La réponse de l'ambassadeur du Maroc, selon la ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, est venue rassurer le gouvernement espagnol, puisque Mme. Benyaich a clairement indiqué que "la position marocaine n'a pas du tout changé dans cette situation", comme l'a rapporté le journal La Vanguardia.  

González Laya a précisé que l'appel à l'ambassadeur du Maroc est une pratique courante de la diplomatie lorsqu'on veut demander des éclaircissements et que l'ambassadeur Benyaich a dissipé ces doutes. 

La ministra de Asuntos Exteriores de España Arancha González Laya
PHOTO/AP - Ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha González Laya

De cette manière, le gouvernement espagnol a catégoriquement rejeté toute aspiration du Maroc sur la souveraineté de Ceuta et Melilla telle qu'exprimée par le Premier ministre marocain. Dans cette ligne, la première vice-présidente de l'exécutif, Carmen Calvo, a fait référence à la position du cabinet de Pedro Sánchez après avoir entendu les déclarations d'El Othmani : "Il n'y a pas de problème. Ceuta et Melilla sont espagnoles. Il n'y a pas de problème. Le gouvernement marocain le sait très bien. Le gouvernement espagnol n'en parle pas", a déclaré Mme. Calvo lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion hebdomadaire habituelle du Conseil des ministres. La vice-présidente s'est limitée à exprimer ce rejet retentissant des aspirations marocaines. 

La controverse a provoqué d'autres réactions, comme celles du gouvernement de Ceuta, qui a considéré que les propos du Premier ministre marocain sont totalement infondés. Dans une déclaration, l'exécutif de Ceuta, présidé par Juan Jesús Vivas, a déclaré que ces déclarations "méritent le rejet le plus absolu". "Ceuta et Melilla sont l'Espagne au sens le plus profond du terme ; elles le sont sur la base d'arguments historiques, juridiques et politiques incontestables et elles le sont parce que c'est ce que veulent les habitants de Ceuta et Melilla", a-t-il déclaré. En outre, il a montré son soutien au gouvernement central dans "toutes les actions qu'il entreprend pour défendre, avec la fermeté nécessaire", la souveraineté et l'intégrité territoriale.  

Pendant ce temps, à la suite des déclarations du Premier ministre marocain, le leader du PP, Pablo Casado, a accusé la "division interne" de la coalition gouvernementale entre le PSOE et Podemos et la "faiblesse internationale" de l'Exécutif pour la revendication de souveraineté du Maroc sur Ceuta et Melilla.