PUBLICIDAD

Iberdrola

Lancement du plus grand dictionnaire linguistique arabe

Le lauréat du prix Nobel Abdul Razak Gurnah et Taleb al-Refai, personnalité culturelle 2021, expliquent comment et pourquoi ils ont découvert la littérature
Lanzamiento del mayor diccionario lingüístico árabe

 -  

La 40e édition de la Foire internationale du livre de Sharjah 2021 sera marquée, parmi de nombreux autres événements, par le lancement du plus grand dictionnaire linguistique arabe. Présentés par l'émir Sultan Bin Ahmed al-Qasimi lui-même, les 17 volumes qui composent la publication contiennent le plus grand nombre d'informations et de documents relatifs à l'histoire des lexiques de la langue arabe, et à sa transformation permanente au cours des 17 derniers siècles, c'est-à-dire de l'ère préislamique à nos jours.

Le dictionnaire explique en détail l'histoire, l'origine et la signification des mots. Il fournit de nombreux documents sur l'histoire de la nation arabe, vise à préserver sa civilisation et célèbre les grandes étapes de la vie des Arabes, de la péninsule arabique à l'Atlantique. Il décrit les mots, leur définition sémantique en fonction de leur contexte historique et leur étymologie correspondante. Il sera bientôt également disponible sur un site web exclusif et une application informatique.

Selon les propos du souverain de l'émirat de Charhaj lui-même, le Dictionnaire historique de la langue arabe a pour but d'initier les nouvelles générations à l'histoire de leurs ancêtres, à leur environnement géographique et au récit d'événements qui ne sont pas toujours bien connus. L'objectif est d'éveiller l'intérêt des enfants et des adolescents pour ce type d'études. L'objectif principal du nouveau dictionnaire est de relier ces nouvelles générations à l'histoire de la nation à travers le trésor de la langue, qui préserve la tradition et les valeurs de la nation.  

Abdul Razak Gurnah
Abdul Razak Gurnah

Parmi le défilé des grands écrivains et intellectuels présents à la Foire internationale du livre de Sharjah, le récent lauréat du prix Nobel de littérature, Abdul Razak Gurnah, a fait l'objet d'une discussion intense dans l'immense hall du parc des expositions.

Gurnah, dont les récits d'exil, de perte d'affection et de déracinement ont été largement rapportés dans le monde entier, a déclaré qu'il avait quitté son Zanzibar natal, alors qu'il n'avait que dix-huit ans, "parce que je voulais être meilleur et me développer en tant que personne, même si cela signifiait chercher une autre terre où m'installer". Cet objectif n'a pas été facile à atteindre au Royaume-Uni : "Pendant douze ans, les éditeurs ont rejeté mes manuscrits les uns après les autres, au point de me faire croire que je n'étais pas assez bon pour écrire.  

Abdul Razak Gurnah
Abdul Razak Gurnah

Son premier livre, "Memories of Departure" (1987), a failli ne pas voir le jour. "J'avais une idée, oui, mais pendant douze ans, je n'ai cessé de la retourner, de la repenser, de la modeler, comme un orfèvre qui trouve de nouvelles réflexions au fur et à mesure. Enfin, il y a eu un moment d'inspiration où j'étais convaincu que l'histoire avait acquis la forme que je voulais lui donner.

Il a été sélectionné pour le Booker Prize 1994 pour "Paradise", un portrait de l'Afrique de l'Est au bord d'un changement épique à travers les yeux d'un garçon de douze ans. Il a également été sélectionné en 2001 pour "By the sea", dans lequel il explore en profondeur l'expérience de la migration. Lorsque l'Académie suédoise l'a appelé pour lui annoncer qu'il avait reçu le prix Nobel, il a cru à une blague. Mais ils lui ont immédiatement expliqué qu'ils avaient soigneusement évalué les mérites de ses dix romans et de ses nombreuses nouvelles, dont la plupart traitent des thèmes de l'émigration et de l'assimilation, ainsi que de ce qu'il appelle "l'impermanence". À la fin du colloque, il a exprimé sa gratitude pour le fait que "le prix Nobel qui m'a été décerné a rendu très heureux de nombreuses personnes dans de nombreuses régions du monde".  

 

Taleb al-Refai
Taleb al-Refai

Un autre grand écrivain, le Koweïtien Taleb al-Refai, a été nommé personnalité culturelle de l'année 2021 par le SIBF. Une distinction qui lui a servi à expliquer comment il a découvert sa vocation littéraire. "C'est après avoir lu 'Mère', le roman de 1906 du Russe Maxim Gorki, qui m'a forcé à penser que le monde ne s'arrêtait pas aux limites de mon quartier". Cette histoire d'ouvriers révolutionnaires dans la Russie tsariste lui a définitivement ouvert les yeux sur un univers immense. Il dévore ensuite d'autres auteurs russes comme Alexandre Pouchkine et Léon Tolstoï, "qui m'ont profondément marqué bien avant Honoré de Balzac, Sigmund Freud et Ernesto Sábato".

Ce prix récompense ses six recueils de nouvelles, trois romans, une pièce de théâtre et de nombreuses études littéraires, qui ont contribué à unir les cultures arabe et occidentale. Taleb al-Refai, ému, a déclaré : "Ce n'est pas seulement moi qui suis honoré, mais tout le Koweït et toute la fraternité littéraire de mon pays".