L'ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika meurt à l'âge de 84 ans

Bouteflika se retire en 2019 après deux décennies au pouvoir
boutelfika-argelia

 -  

Dans la nuit de vendredi à samedi, l'ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika est mort à l'âge de 84 ans, victime d'une longue maladie qui le maintenait depuis 2013 "dans l'incapacité de parler et de se déplacer de manière autonome", a indiqué le cabinet présidentiel dans un communiqué.

Boutelfika a pris la présidence du pays en 1999 et a démissionné le 2 avril 2019, suite au déclenchement du mouvement du Hirak, une révolte populaire dans la région du Rif qui a éclaté après la mort du poissonnier Mouhcine Fikri. Ces protestations se sont transformées en manifestations massives contre lui, qui ont également exigé la chute définitive du régime militaire. 

manifestaciones-argelia
AFP/BORIS HORVAT - Un drapeau algérien est vu derrière une pancarte indiquant "Bouteflika, va-t'en".

Né en 1937 dans la ville marocaine d'Oujda de parents algériens, Bouteflika a étudié au Maroc avant de s'installer en Algérie après l'indépendance du pays pour se consacrer professionnellement à la politique. 

À l'âge de 19 ans, l'ancien président a décidé de quitter l'école et de rejoindre l'Armée de libération nationale contre l'occupation française, ce qui l'a amené à prendre part à diverses batailles et à occuper plus tard de hautes fonctions dans la direction de la révolution de libération algérienne, selon SkyNews arabia.

manifestaciones-argelia
AFP/AFP -  Des manifestants algériens brandissent des pancartes de protestation alors qu'ils se rassemblent lors d'une manifestation.

Après l'indépendance de l'Algérie en 1962, Bouteflika quitte l'armée et se tourne vers la politique en entrant dans le gouvernement d'Ahmed Ben Blla en tant que ministre de la jeunesse, des sports et du tourisme à l'âge de 25 ans. 

Par la suite, après le décès du premier ministre des affaires étrangères, M. Bouteflika a pris le poste et est immédiatement devenu le plus jeune ministre des affaires étrangères du monde, à l'âge de 26 ans.

Dans cette optique, Ben Blla décide de l'écarter du ministère des Affaires étrangères le 18 juin 1965 afin qu'un jour plus tard, le ministre de la Défense de l'époque, Houari Boumediene, organise un coup d'État militaire, sous le nom de "Correction révolutionnaire". 

boutelfika-presidente

Après près d'une décennie de guerre civile en Algérie, qui a plongé le pays dans la "décennie noire", Boutelfika s'est présenté de manière indépendante aux élections présidentielles de 1999, suite à la démission du président Liamine Zeroual. 

Parmi ses promesses électorales, l'ancien président s'est engagé à mettre fin à la violence de la guerre qui a coûté la vie à près de 150 000 personnes et laissé derrière elle des pertes économiques d'environ 30 milliards de dollars. Ainsi, avec le soutien de l'armée et du Front de libération nationale, Bouteflika a réussi à remporter la présidence avec 79% des voix.

Après sa victoire, il a formalisé la trêve proposée par l'Armée islamique du salut pour offrir un processus de dialogue et de réconciliation qui a mis fin au conflit le 6 juin 1999. 

presidente-argelia-teboune
AFP/ RYAD KRAMDI - Le Président de l'Algérie, Abdelmadjid Tebboune

En ce sens, Bouteflika a réussi à gagner la confiance populaire des Algériens qui lui attribuent la fin de la plus longue guerre civile du pays. 

Pour ce qui est de son second mandat, M. Bouteflika a réussi à remporter à nouveau les élections présidentielles en 2004 après avoir battu l'ancien Premier ministre Ali Benflis, en obtenant 84,99 % des voix contre 6,42 % pour M. Benflis.

 Présidence perpétuelle

Après l'adoption d'un amendement constitutionnel en 2008 qui lui a ouvert la voie à un troisième mandat lors des élections de 2009, les opposants de Bouteflika ont critiqué l'amendement, affirmant "que l'amendement était une indication de son intention de rester président à vie". De plus, les élections de 2009 n'ont pas été sans controverse, le président étant accusé d'avoir remporté une "élection frauduleuse".

boutelfika

Après avoir été victime d'un accident vasculaire cérébral en 2013, ses apparitions publiques ont été réduites et il ne s'est plus jamais adressé directement à la population dans des discours, suscitant des soupçons dans la société algérienne sur son véritable état de santé.

En 2019, l'annonce par le gouvernement de la candidature de Bouteflika à un cinquième mandat consécutif a incité la population à déclencher de multiples manifestations de rue qui ont conduit à la démission du président le plus ancien d'Algérie et de la figure la plus influente du pays pendant l'indépendance algérienne.