PUBLICIDAD

Iberdrola

L'ancien premier ministre soudanais va revenir au pouvoir après un accord avec l'armée

Le premier ministre soudanais destitué, Abdullah Hamdok, va retrouver son ancien poste.
Le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok assiste à une conférence de presse lors de la Conférence internationale de soutien au Soudan au Grand Palais temporaire à Paris, France, le 17 mai 2021.

REUTERS/SARAH MEYSSONNIER  -   Le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok assiste à une conférence de presse lors de la Conférence internationale de soutien au Soudan au Grand Palais temporaire à Paris, France, le 17 mai 2021

Près d'un mois après le coup d'État qui l'a chassé de ses fonctions, le premier ministre soudanais déchu, Abdullah Hamdok, sera reconduit dans ses fonctions après avoir conclu un accord avec les militaires qui l'ont déposé, selon un communiqué publié dimanche par l'équipe de médiateurs mise en place pour les négociations qui ont suivi le coup d'État du général Abdel Fattah al-Burhan.

Au Soudan, un accord a été conclu entre Hamdok, l'armée et d'autres acteurs soudanais, confirmant "le retour d'Abdullah Hamdok comme premier ministre de la période de transition".

L'équipe de médiateurs a déclaré que "l'accord sera officiellement annoncé plus tard dans la journée, après la signature de ses termes et de la déclaration politique qui l'accompagne". 

Manifestations au Soudan
PHOTO/ARCHIVO – Manifestations au Soudan

Un accord a été conclu non seulement pour que M. Hamdok retrouve son poste de premier ministre, mais aussi pour "libérer tous les détenus politiques", ce qui était l'une des principales conditions exigées par M. Hamdok, qui reste assigné à résidence. 

Les médiateurs ont déclaré avoir accepté de finaliser les consultations avec les forces politiques restantes afin de poursuivre "les procédures de consensus constitutionnel, juridique et politique régissant la période de transition", qui a débuté en avril 2019, après le renversement du dictateur Omar el-Béchir.

Le Soudan connaît une situation critique, au bord d'une nouvelle guerre depuis que le général Abdel Fattah al-Burhan a organisé un coup d'État le 25 octobre. 

Président du Conseil souverain du Soudan Général Abdel Fattah al-Burhan
AFP/ASHRAF SHAZLY - Président du Conseil souverain du Soudan Général Abdel Fattah al-Burhan

Le coup d'État a commencé par la dissolution des institutions du gouvernement démocratique de transition et l'arrestation de quatre ministres civils de l'exécutif et d'autres dirigeants politiques soudanais, dont Abdalla Hamdok.

Abdel Fattah al-Burhan a également déclaré l'état d'urgence dans tout le pays, ce qui a entraîné plusieurs émeutes et des milliers de personnes ont manifesté dans les rues, réclamant une transition civile et démocratique. 

Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs régions du pays, notamment dans la capitale, Khartoum. 

Ces manifestations ont fait au moins 40 morts depuis le jour où le coup d'État militaire a éclaté, selon le Comité des médecins du Soudan.

Le même comité a affirmé sur les médias sociaux que les forces de sécurité ont utilisé des balles réelles ainsi que des gaz lacrymogènes dans leur tentative de contrôler les manifestants. 

Casques bleus au Darfour, Soudan
PHOTO/ARCHIVO - Casques bleus au Darfour, Soudan

Par ailleurs, selon les autorités sanitaires soudanaises, des centaines de personnes ont été gravement blessées, dont beaucoup dans un état "critique".  

En tentant de prendre d'assaut l'hôpital d'Alwad, "ils ont tiré des gaz lacrymogènes sans se soucier de la sécurité des blessés, des malades et du personnel médical", affirment les autorités sanitaires soudanaises.

Selon des témoins, l'objectif des forces de sécurité était de viser "la tête, le cou ou le torse". 

Depuis le début des manifestations, les communications ont été coupées, notamment les lignes téléphoniques et le blocage des ponts menant à la capitale. 

"Le régime du coup d'État isole les Soudanais du monde en coupant tous les moyens de communication afin de commettre un massacre sur notre peuple", a déclaré le Comité des médecins. 

Manifestations de masse au Soudan
AFP/ASHRAF SHAZLY  - Manifestations de masse au Soudan

La coalition Forces pour la liberté et le changement (FCC) a également expliqué que cette procédure d'annulation des communications est destinée à "couvrir" les "crimes et violations" qui sont perpétrés. 

Cependant, une semaine après le soulèvement, Abdel Fattah al-Burhan a exprimé son désir de voir Hamdok revenir au gouvernement. C'est pourquoi des négociations ont été menées avec une équipe de médiateurs afin de garantir les conditions exigées par le premier ministre évincé pour retrouver son ancien poste de premier ministre du pays africain. 

En plus de tout cela, le coup d'État manqué de septembre dernier, mené par des commandants supérieurs de l'armée fidèles au dictateur Omar Hassan al-Bashir, est l'une des séquelles qui rendent impossible le redressement complet du pays. 

L'ancien président Omar Hassan al-Bashir, a été renversé en 2019 après 30 ans de dictature, commencée en 1989, et remplacé par un conseil militaire de transition. 

Sur cette photo prise le 19 août 2019, l'ancien président Al-Bashir fait face à un procès pour corruption à Khartoum.
ARCHIVO/SUDAN FILES - Sur cette photo prise le 19 août 2019, l'ancien président Al-Bashir fait face à un procès pour corruption à Khartoum.

Avant sa prise de fonction, le Soudan était en proie à une guerre civile de 21 ans entre le nord et le sud, à laquelle s'est ajouté le conflit dans la région occidentale du Darfour en 2003.

Au cours de ses trois décennies au pouvoir, Omar Hassan al-Bashir a été accusé de meurtre, d'extermination, de viol, de torture et de crimes de guerre à l'encontre de membres des groupes ethniques four, massalit et zaghawa lors d'attaques contre des civils au Darfour et dans d'autres villes et villages. 

En conséquence, la Cour pénale internationale (CPI) l'a inculpé pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. 

Trois semaines après le coup d'État militaire, certains progrès ont été enregistrés, comme le rétablissement du service Internet et la poursuite des négociations en vue de poursuivre la période de transition au Soudan.

 

L'accord conclu entre Al-Burham et les défenseurs de Hamdok :

Pour ressentir les dangers qui entourent le pays et menacent le succès de la période de transition, en raison des conflits entre les forces politiques qui sont devenus une menace pour l'unité, la sécurité et la stabilité du pays, et en raison de l'échec de toutes les initiatives visant à contenir la crise politique, l'action et les décisions du commandant en chef des forces armées le 25 octobre 2021, ont abouti à la confirmation que la crise est essentiellement une crise politique qui nécessite une certaine sagesse.

Afin d'empêcher l'effondrement du contrat de sécurité et de son intégrité, les parties se sont engagées à travailler ensemble pour achever la voie de la correction démocratique dans l'intérêt supérieur du Soudan, et pour empêcher le glissement de notre pays vers l'inconnu, la rupture du contrat de sécurité et de son intégrité et la nécessité d'achever la période de transition et de la mener à bien pour parvenir à un gouvernement civil élu, ce qui ne peut se faire que par l'unité des forces politiques, de la force de la révolution, des jeunes femmes, des comités de résistance, des voyageurs, des personnes déplacées et des réfugiés soudanais.

Afin de sortir le pays de la crise politique actuelle et sur la base des décisions du commandant en chef des forces armées, nous avons convenu de ce qui suit :

Premièrement, souligner que le document constitutionnel de 2019 amendement 2020 est la référence de base existante pour achever la période de transition en tenant compte de la situation dans l'est du Soudan, et travailler ensemble pour la traiter dans un cadre national qui inclut la stabilité à la satisfaction de la population de l'est.

Deuxièmement, les partis soulignent la nécessité de modifier le document constitutionnel par consensus afin d'obtenir et de garantir la pleine participation politique de toutes les composantes de la société, à l'exception du parti du Congrès national dissous.

Troisièmement, les parties affirment que le partenariat civil-militaire de transition est le garant et le moyen de la stabilité et de la sécurité au Soudan, et sont donc convenues de faire respecter ce partenariat dans l'esprit et la confiance, en s'engageant pleinement à former un gouvernement civil doté de compétences nationales indépendantes (technocrates).

quatrièmement : le conseil de souveraineté transitoire devrait superviser la mise en œuvre des tâches de la période transitoire en vertu de l'article 8 du document constitutionnel sans interférence directe dans l'action de l'exécutif.

Cinquièmement : veiller à ce que le pouvoir soit transféré à temps à un gouvernement civil élu.

Sixièmement : Gérer la période de transition dans le cadre d'une déclaration politique qui définit le cadre de partenariat entre les forces nationales (politiques et civiles), la composante militaire, l'administration civile, les comités de résistance, les forces vives de la révolution, les secteurs de la jeunesse et les femmes et hommes soufis sur la route.

septièmement : enquêter sur les blessures et les décès de civils et de militaires lors des manifestations et traduire les auteurs en justice.

Huitièmement : mise en œuvre de l'accord de paix de juba, achèvement des nouvelles prestations et placement des non-signataires de l'accord de paix.

neuvièmement : accélérer l'achèvement de toutes les institutions du gouvernement de transition par la formation du conseil législatif et de la cour constitutionnelle et la nomination du juge en chef et du procureur général, ainsi que la formation successive des commissions et autres institutions de transition et l'exercice immédiat de leurs fonctions selon des calendriers spécifiques.

Dixièmement : L'initiation d'un dialogue élargi et transparent entre toutes les forces politiques et communautaires et les forces de la révolution vivante prévoit la mise en place de la convention constitutionnelle.

onzièmement : les parties soulignent la nécessité de restructurer le comité pour démanteler le système du 30 juin avec une révision de ses performances dans la période précédente, avec des cadres qualifiés dans les spécialités et l'expertise nécessaires afin qu'il puisse effectuer son travail avec succès et équitablement avec l'activation du comité d'appel et la révision de ses décisions conformément aux degrés de litige légalement prescrits.

Douze : Libération de tous les détenus politiques.

treize : travailler à la construction d'une armée nationale unifiée.

quatorze : en signant cette déclaration politique, la décision du commandant en chef des forces armées d'exempter le premier ministre du conseil de transition sera annulée.