PUBLICIDAD

Iberdrola

L'annexion par Israël d'une partie de la Cisjordanie est « une vision de l'apartheid du 21e siècle », selon l'ONU

Le ministre des affaires étrangères de l'Autorité nationale palestinienne, Riyad Malki, a accueilli favorablement cette déclaration et a appelé la communauté internationale à empêcher la mise en œuvre de ce plan
Ambassadeur d'Autriche Elisabeth Tichy-Fisslberger, Présidente du Conseil des droits de l'homme

PHOTO/VIOLAINE MARTIN  -   Ambassadeur d'Autriche Elisabeth Tichy-Fisslberger, Présidente du Conseil des droits de l'homme

« Nous sommes à la croisée des chemins. Une voie mène à une société unie avec une véritable démocratie, une égalité civile et nationale, tandis que l'autre mène à la haine, à la violence, à l'annexion et à l'apartheid.  Ce sont les mots utilisés par Ayman Odeh, membre de la Liste arabe unie, la troisième force en importance au Parlement israélien, lors d'une manifestation contre les plans du pays dirigé par Benjamin Netanyahou d'annexer des parties de la Cisjordanie, dont la vallée du Jourdain.  L'ONU a suivi cette même rhétorique et a averti que ces plans « sont une vision de l'apartheid du 21e siècle » et violent le droit international ».

Le Conseil des droits de l'homme des Nations unies - un organe intergouvernemental composé de 47 États responsables de la protection des droits de l'homme dans le monde - a publié mardi une déclaration affirmant que « l'annexion d'un territoire occupé est une grave violation de la Charte des Nations unies et des Conventions de Genève ». Dans la même déclaration, ils ont également souligné que cette proposition « est contraire à la règle présentée par le Conseil de sécurité et l'Assemblée générale des Nations unies selon laquelle l'acquisition de territoire par la guerre ou la force est inadmissible ». « La communauté internationale a interdit l'annexion précisément parce qu'elle incite aux guerres, à la dévastation économique, à l'instabilité politique, aux violations systématiques des droits de l'homme et cause des souffrances humaines généralisées », ont-ils souligné.  

Mapa de Israel y Cisjordania
AFP/AFP - Carte d'Israël et de la Cisjordanie

L'ONU considère que les 53 années d'occupation israélienne sont « sources de profondes violations des droits de l'homme du peuple palestinien », notamment la confiscation des ressources naturelles, la démolition de maisons, le transfert forcé de population, l'usage excessif de la force et de la torture, l'exploitation de la main-d'œuvre, les violations étendues du droit à la vie privée, et les restrictions imposées aux médias et à la liberté d'expression. Le panel d'experts de l'ONU a critiqué la criminalisation des défenseurs des droits de l'homme qui dénoncent les violations subies par les civils dans cette région et a averti que « ces violations s'intensifieront après l'annexion ».

« L'occupation israélienne a signifié le déni du droit à l'autodétermination des Palestiniens », ont-ils déclaré. C'est le droit des peuples à l'autodétermination qui permet à un peuple de décider de ses propres formes de gouvernement, ainsi que de poursuivre son développement économique, social et culturel, sans interférence d'aucun acteur extérieur.  L'ONU craint que la Cisjordanie ne devienne « un bantoustan palestinien », c'est-à-dire « une île de terre sans lien territorial avec le monde extérieur et entourée par Israël ». Les bantoustans - l'un des plus grands exemples de ségrégation raciale imposée à l'Afrique du Sud - sont des territoires autonomes créés pendant l'apartheid pour séparer les noirs des blancs et les priver ainsi de leurs droits.  

Manifestantes se reúnen en la Plaza Rabin de Tel Aviv el 6 de junio de 2020 para denunciar el plan de Israel de anexionar partes de la Cisjordania ocupada
AFP/ JACK GUEZ - Des manifestants se rassemblent sur la place Rabin de Tel-Aviv le 6 juin 2020 pour dénoncer le projet d'annexion de certaines parties de la Cisjordanie occupée par Israël

« Israël a récemment promis de maintenir un contrôle de sécurité permanent entre la Méditerranée et le Jourdain. Le lendemain de l'annexion serait la cristallisation d'une réalité déjà injuste : deux peuples vivant dans le même espace, gouvernés par le même État, mais avec des droits profondément inégaux. C'est une vision de l'apartheid du XXIe siècle », a déclaré l'ONU dans un communiqué publié mardi.  Pendant plus d'un demi-siècle, l'occupation par Israël de la Cisjordanie - y compris Jérusalem-Est en 1980 - et de la bande de Gaza a été critiquée tant par les Nations unies que par d'autres organisations internationales telles qu'Amnesty International.  Le Conseil de sécurité des Nations unies a fermement condamné les annexions de ces territoires occupés -- Jérusalem-Est en 1980 et le plateau du Golan syrien en 1981 -- comme étant « illégales », ainsi que les colonies israéliennes décrites par les Nations unies comme « une violation flagrante du droit international ». Cependant, la communauté internationale n'a pris aucune mesure significative pour s'opposer aux actions d'Israël. 

« Cette fois, il faut que ce soit différent » 
Los manifestantes se reúnen en la Plaza Rabin de Tel Aviv el 6 de junio de 2020 para denunciar el plan de Israel de anexionar partes de la Cisjordania ocupada
AFP/ JACK GUEZ - Des manifestants se rassemblent sur la place Rabin de Tel-Aviv le 6 juin 2020 pour dénoncer le projet d'annexion de certaines parties de la Cisjordanie occupée par Israël

Le Conseil des droits de l'homme des Nations unies a demandé à la communauté internationale d'être différente cette fois-ci. « La communauté internationale a la responsabilité juridique et politique solennelle de maintenir un ordre international fondé sur des règles, de s'opposer aux violations des droits de l'homme et des principes fondamentaux du droit international et de donner effet à ses nombreuses résolutions critiquant la conduite d'Israël dans cette occupation prolongée », ont-ils déclaré dans une déclaration officielle. 

L'ONU a également exhorté les États à « ne pas reconnaître, aider ou assister un autre État dans toute forme d'activité illégale, telle que l'annexion ou la création de colonies civiles dans un territoire occupé ». Les leçons du passé sont claires, selon les Nations unies, qui ont souligné la nécessité de mettre l'accent sur la responsabilité et la fin de l'impunité, plutôt que de juger sans agir, car « une critique sans conséquence n'empêchera pas l'annexion ou ne mettra pas fin à l'occupation ».

Au cours de cette réunion, les plus de 40 représentants des États chargés de veiller au respect des droits de l'homme ont exprimé leur inquiétude quant au rôle des États-Unis « dans le soutien et la promotion des plans illégaux d'Israël visant à poursuivre l'annexion du territoire occupé ». « À de nombreuses occasions au cours des 75 dernières années, les États-Unis ont joué un rôle important dans la promotion des droits de l'homme dans le monde. En cette occasion, elle devrait s'opposer à la violation imminente d'un principe fondamental du droit international, plutôt que d'en être l'instigatrice active », ont-ils déclaré. Parmi les experts chargés de rédiger cette déclaration figurait Michael Lynk, rapporteur spécial des Nations unies pour la Palestine.  

Una vista muestra el asentamiento israelí de Har Homa al fondo, mientras que las casas palestinas se ven en primer plano, en la Cisjordania ocupada por Israel, el 19 de mayo de 2020
PHOTO/REUTERS - Une vue montre la colonie israélienne de Har Homa en arrière-plan, tandis que des maisons palestiniennes sont vues au premier plan, en Cisjordanie occupée par Israël, 19 mai 2020
La Palestine se félicite de cette déclaration et appelle à une collaboration internationale  

Le ministre des affaires étrangères de l'Autorité nationale palestinienne, Riyad Malki, s'est félicité de cette déclaration, tout en appelant la communauté internationale à empêcher la mise en œuvre de ce plan.  Malki a remercié les Nations unies pour « avoir clarifié le rôle joué par les États-Unis dans l'encouragement de ces crimes, y compris les plans illégaux d'annexion de plus de terres, et pour avoir accordé à l'occupation et à ses fonctionnaires l'immunité et l'impunité », a-t-elle déclaré dans des déclarations reprises par l'agence de presse palestinienne Wafa.

Malki a également exhorté la communauté internationale à « prendre ses responsabilités et à tenir compte de l'appel des experts » pour mettre fin au plan d'annexion d'Israël. Le diplomate palestinien a également appelé les Etats à imposer des sanctions à Israël, « y compris sur les armes et équipements que ce pays utilise contre le peuple palestinien ». 

El presidente palestino Mahmud Abbas pide a la gente que use máscaras protectoras mientras camina por una calle de la ciudad de Ramallah
AFP/ ABBAS MOMANI - Le président palestinien Mahmoud Abbas demande aux gens de porter des masques de protection lorsqu'ils marchent dans une rue de la ville de Ramallah

Le plan d'annexion israélien étendrait la souveraineté à une grande partie de la vallée du Jourdain et aux plus de 235 colonies israéliennes illégales qui existent en Cisjordanie, soit 30 % de ce territoire. L'annexion d'une partie du territoire de la Cisjordanie a été soutenue par le Plan de paix et de prospérité des États-Unis, publié fin janvier 2020.

La nouvelle proposition de Nétanyahou : un plan en deux phases 
 El presidente de los Estados Unidos Donald Trump mira al primer ministro de Israel Benjamin Netanyahu durante una conferencia de prensa conjunta el 28 de enero de 2020
PHOTO/REUTERS - Le président américain Donald Trump regarde le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse commune le 28 janvier 2020

Le Premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou a expliqué lundi que les plans du gouvernement israélien d'annexer une partie de la Cisjordanie pourraient être mis en œuvre « par étapes ».  Selon le plan de Nétanyahou, la première étape serait l'application de la souveraineté aux colonies situées autour des grands blocs de Judée et de Samarie, soit 10 % du territoire, contre 30 % dans le cadre du plan Trump.  torio, frente al 30% que propone el plan Trump. 

Par la suite, Nétanyahou a l'intention d'approcher l'Autorité palestinienne pour demander la reprise des négociations en vue d'un accord de paix. Si ces pourparlers n'avancent pas, Israël passera à la deuxième étape qui consiste à appliquer la souveraineté à l'ensemble des territoires, comme l'explique l'Israël numérique Hayom. Pour l'instant, l'idée est toujours sur la table et aucune feuille de route n'a été conçue pour mettre en œuvre ce plan. L'annexion de la Cisjordanie, prévue pour juillet, fait partie de l'accord entre Nétanyahou et Gantz pour former un gouvernement d'union.