PUBLICIDAD

Iberdrola

Lapid qualifie d'"inacceptable" la dernière version de l'accord sur le nucléaire iranien

Le Premier ministre israélien réaffirme son rejet du nouveau texte visant à réactiver le plan d'action global conjoint avec l'Iran, tandis que Josep Borrell exhorte les parties à parvenir à un accord avant la fin de l'été
atalayar-israël-premier-ministre-israeli-yair-lapide-press-round-press-nucléaire-agreement-iran

AP/DEBBIE HILL  -   M. Lapid a appelé mercredi le président américain Joe Biden et les puissances occidentales à annuler l'accord nucléaire qui se dessine avec l'Iran, affirmant qu'ils laissent Téhéran en manipuler les termes et qu'un accord récompenserait les ennemis d'Israël

16 mois de négociations compliquées avec la République islamique d'Iran et la volonté de l'Europe de valoriser la stratégie des "bonnes pratiques en matière de médiation internationale et de lutte contre la prolifération nucléaire" - comme l'a expliqué Pol Morillas, directeur du Centre des affaires internationales de Barcelone (CIDOB) - ont culminé à Vienne début août avec la présentation du "texte final" de réactivation du pacte nucléaire par Josep Borrell, Haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité. 

Toutefois, les hostilités régionales et les craintes quant à la possibilité que l'Iran se dote d'armes nucléaires - une éventualité qui semble chaque jour plus proche - et déstabilise le Moyen-Orient, ont fermement positionné des pays comme Israël contre l'accord. 

"Israël ne s'oppose pas à un quelconque accord. Nous sommes contre cet accord parce que c'est un mauvais accord. Il ne peut pas être accepté tel qu'il est écrit maintenant", a souligné Yair Lapid, le Premier ministre israélien, lors d'une conférence de presse pour les médias étrangers à Jérusalem. 

convention atalayar-stabilisation-régionale-moyen-orient-iran-énergie-nucléaire-jcpoa-accords
AP/KAMRAN JEBREILI - Selon Israël, l'Iran utilise plus d'un milliard de dollars par an pour financer ses mandataires dans la région, qu'il identifie comme les mouvements islamiques Hezbollah au Liban, Hamas et Jihad islamique dans les territoires palestiniens, ainsi que les milices Houthi au Yémen et ses propres milices opérant en Syrie

L'"offre finale" de l'UE est "inacceptable" car elle n'empêche pas le régime des Ayatollahs de devenir un "État nucléaire", a-t-il déclaré, et permettrait à Téhéran de "saper la stabilité régionale et de promouvoir le terrorisme" avec les montants financiers qu'il utilise actuellement pour faire face aux sanctions occidentales. Ce montant est estimé à près de 100 milliards de dollars par an, que le pays perse pourrait utiliser pour financer - de manière plus musclée - des groupes apparentés, tels que le Hezbollah au Liban, le Hamas en Palestine, ou les milices Houthi au Yémen. 

Pour Lapid, le nouveau texte proposé n'est qu'une preuve supplémentaire que les puissances du G5+1 (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni et Russie, et - indirectement après leur sortie unilatérale du pacte en 2018 - les États-Unis) ont cédé aux exigences iraniennes. Téhéran "formule à nouveau de nouvelles demandes, et les négociateurs sont prêts à faire à nouveau des concessions", a déclaré le Premier ministre iranien. "Les pays occidentaux tracent une ligne rouge, les Iraniens l'ignorent, et la ligne rouge finit par bouger".

président-atalayar-l'atalayar-iran-ebrahim-raisi-teheran-nuclear-agreement-accords
AP/VAHID SALEMI - Le président iranien Ebrahim Raisi s'exprime lors d'un point de presse au palais de Saadabad à Téhéran, en Iran, le 11 juin 2022. L'Iran a déclaré mardi 16 août qu'il avait soumis une "réponse écrite" à ce qui a été décrit comme une feuille de route finale pour rétablir son accord nucléaire avec les puissances mondiales
Washington, Téhéran et Tel Aviv : un exercice d'équilibre compliqué

Face à ce qui semble être un accord imminent, les efforts diplomatiques de Tel Aviv pour l'empêcher se sont intensifiés. Ces derniers jours, le dirigeant israélien a non seulement rencontré son homologue français, Emmanuel Macron, mais aussi le chancelier allemand, Olaf Scholz, et a eu des "entretiens quasi quotidiens" avec les autorités britanniques. Le dernier effort en date semble être l'annonce de Benny Gantz, le ministre hébreu de la Défense, qui a annoncé son voyage aux États-Unis ce jeudi, où il rencontrera son homologue américain, Lloyd Austin, le conseiller à la Sécurité nationale Jake Sullivan, et le chef du Commandement central américain, le général Michael Kurilla.

Dans ce scénario, les relations des deux partenaires historiques devront faire face aux tensions provoquées par les négociations nucléaires. "Nous avons un dialogue ouvert avec l'administration américaine sur toutes les questions de désaccord", a déclaré Lapid, tout en reconnaissant son intention d'"influencer l'accord". Pour leur part, les responsables américains ont souligné qu'un retour au pacte nucléaire était le moyen "le plus efficace" d'assurer la sécurité régionale au Moyen-Orient. 

atalayar-président-usa-joe-biden-washington-jcpoa-nucléaire-arrangement-accords
REUTERS/LEAH MILLIS - Lapid a qualifié l'accord qui se dessine de "mauvais accord" et a laissé entendre que M. Biden n'a pas respecté les lignes rouges qu'il avait précédemment promis de fixer

"Israël est profondément préoccupé par le programme nucléaire de l'Iran. Nous continuons à croire qu'un retour mutuel à l'accord nucléaire est le moyen le plus efficace de répondre à ces préoccupations", a déclaré Ned Price, porte-parole du département d'État, lors d'un point de presse. "Le président, Joe Biden, reste fermement attaché à la capacité d'Israël à dissuader ses ennemis et (...) à ce que l'Iran n'obtienne jamais d'armes nucléaires", indique un communiqué de la Maison Blanche.

"A temps pour un temps mort"

"Il nous reste des jours. Quelques jours. Parce qu'après l'été, nous allons entrer dans une dynamique politique différente", a prévenu Josep Borrell mercredi, puisque, selon le représentant européen, la reprise des négociations après la période estivale pourrait devenir une tâche "très difficile". "Les négociations se décident toujours dans le temps additionnel".

atalayar-ministre-foreign-iran-hussein-amir-abollahian-teheran-haut-représentant-eu-european-union-josep-borrell
PHOTO/ Majid Asgaripour/WANA (West Asia News Agency) via REUTERS - Photo d'archive. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, rencontre le Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, lors de sa visite à Téhéran, Iran, le 25 juin 2022

Le "texte final", selon Borrell, comprend le consensus d'"une partie très importante", mais les "franges" qui sont encore en suspens - a-t-il reconnu - "pourraient faire échouer l'accord final". Ce pacte "ne réglera pas tout, mais le monde sera beaucoup plus sûr et les citoyens iraniens bénéficieront de meilleures conditions économiques", a déclaré le haut représentant, qui a souligné que le retour de l'Iran sur le marché international du pétrole serait bénéfique pour toutes les parties, car il constitue une offre alternative au brut russe. 

Les points du nouvel accord

La balle est désormais dans le camp de Washington après que le gouvernement iranien a annoncé mercredi qu'il disposait déjà de la réponse américaine à sa proposition de réactivation du plan d'action global conjoint (JCPOA). Cependant, la demande iranienne controversée de garanties de la validité du pacte par le biais d'un mécanisme qui compenserait Téhéran si le futur président américain abandonne le traité - comme Donald Trump l'a fait en 2018 - semble toujours sur la table.

atalayar-carte-iran-centrales-nucléaires-production-atomique-accord-jcpoa-afp
AFP/AFP - Carte de l'Iran avec les principales installations nucléaires connues

Et que, selon les déclarations d'un haut responsable américain rapportées par CNN, Téhéran a renoncé ces derniers jours à la clôture d'une enquête de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur l'origine des traces d'uranium trouvées en 2019 dans des lieux non déclarés, et au retrait du Corps des gardiens de la révolution de la liste des organisations terroristes étrangères du Département d'État américain.

"L'Iran a commencé à étudier les observations américaines, et après cet examen, Téhéran présentera son point de vue au coordinateur", l'Union européenne, a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Naser Kanani, dans un communiqué.

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra.