PUBLICIDAD

Marruecos

L'Arabie saoudite allègue l'implication du Hezbollah dans les attaques des Houthis lancées depuis le Yémen

Le porte-parole de la coalition, Turki al-Malki, a montré des images qui montreraient des membres de la milice libanaise en train de former des insurgés yéménites
Turki al-Malki

AFP/FAYEZ NURELDINE  -   Porte-parole des forces de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen, Turki al-Malki

Quelques mois après le début de la guerre civile au Yémen, le pays du Golfe est devenu un nouveau et important théâtre de la guerre internationale. Le conflit yéménite, avec ses caractéristiques particulières dues à ses profondes racines historiques, finirait par être un autre objet de dispute entre l'Arabie saoudite et l'Iran dans leur tentative d'établir leur hégémonie dans le monde arabe. La région subissait encore les conséquences du printemps arabe.

En avril 2015, une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite est officiellement intervenue dans le conflit en menant une campagne de bombardements dans le pays à la demande du gouvernement d'Abd Rabbuh Mansur al-Hadi. Le successeur de l'ancien président Ali Abdullah Saleh, reconnu par la communauté internationale, a reçu le soutien de Riyad dans sa lutte contre les rebelles houthis, qui sont également soutenus par Téhéran et ses milices apparentées. Les deux parties se battent pour les mêmes objectifs : obtenir un partenaire régional et un accès aux ressources énergétiques.

La participation de la coalition à la guerre, composée de pays tels que les Émirats arabes unis, l'Égypte, le Maroc et le Soudan et soutenue par les États-Unis et d'autres nations européennes, est la vox populi. En fait, cela a été reconnu sans équivoque par les acteurs susmentionnés. Cependant, le degré d'implication de l'Iran et de ses partenaires du Hezbollah n'a pas été transparent.

Al-Hadi
AP/HASAN JAMALI  -  Le président internationalement reconnu du Yémen, Abd Rabbuh Mansur al-Hadi, en exil dans la capitale saoudienne

Téhéran dément catégoriquement avoir envoyé des troupes et des armes à la milice Houthi, également connue sous le nom d'Ansar Allah, et le parti milicien libanais a décidé de suivre la même stratégie. Mais leurs démentis ne tiennent pas la route, car les preuves de leur implication dans la guerre au Yémen remontent à avant même le début de celle-ci. En 2013, la marine américaine a saisi un drone iranien transportant quarante tonnes de fournitures militaires " destinées aux Houthis ", comme le raconte le diplomate Gerald M. Ferstein dans un rapport pour le Middle East Institute.

Le partenariat entre Téhéran et les insurgés yéménites a pris de l'ampleur après que ces derniers ont pris la capitale, Sana'a, aux mains des Houthis. Après l'offensive, une délégation des Houthis s'est rendue en Iran pour conclure une série d'accords de coopération aérienne et militaire, qui ont marqué un tournant dans le conflit. Dès lors, les Iraniens ont fourni à leurs partenaires des armes et des troupes, et le soi-disant Parti de Dieu est intervenu directement.

Près de sept ans après le début du conflit, les preuves plaçant l'Iran et le Hezbollah du côté d'Ansar Allah au Yémen semblent être claires. La dernière accusation en date de l'Arabie saoudite et de ses partenaires contre ces deux acteurs - agissant à l'unisson - est venue du porte-parole des forces de la coalition et membre du département des plans et des opérations de l'armée de l'air saoudienne, Turki al-Malki.

Combates en Marib
AP/MARIMAN EL MOFTY  -  Un combattant yéménite appartenant à la coalition dirigée par l'Arabie saoudite lors d'affrontements avec des rebelles houthis sur le front de Kassara, près de la ville de Marib

M. Al-Malki est apparu dimanche pour justifier les récentes frappes aériennes de l'Arabie saoudite sur plusieurs sites de Sanaa, dont l'aéroport. Selon Riyad, l'installation aurait été utilisée par les Houthis pour stocker des armes et des munitions. Cependant, l'aéroport sert également d'enclave pour l'arrivée de l'aide humanitaire.

Le Royaume du désert a lancé samedi une campagne "de grande envergure" en représailles aux attaques continues des rebelles, qui ont pris le gouvernorat de Yauf, dans le nord du pays, et tué deux ressortissants saoudiens dans une attaque au missile dans la province frontalière de Jizan.

Les Houthis sont principalement originaires du nord du Yémen, près de la frontière avec l'Arabie saoudite. C'est le fief historique de la secte Zaidi, une minorité religieuse du pays qui donne naissance à la milice Houthi et qui converge avec les postulats chiites. Un facteur qui explique les liens étroits avec la République islamique d'Iran. Depuis le nord, ils lancent des offensives aériennes transfrontalières sur le sol saoudien tout en descendant vers le gouvernorat de Marib, une enclave clé pour l'avenir du conflit qui se joue depuis février.

Hizbulá
AFP/ANWAR AMRO  -  Photo d'archive, membres du parti chiite libanais Hezbollah, portant des drapeaux alors qu'ils marchent dans une banlieue sud de la capitale Beyrouth pour marquer la Journée internationale d'al-Quds (Jérusalem)

Au cours de son discours, Turki al-Malki a également révélé une série de documents audiovisuels qui impliqueraient le groupe libanais. Les images montreraient des membres du Hezbollah en train de former des rebelles au maniement des drones, l'équipement utilisé pour attaquer les positions saoudiennes. La thèse de la coalition est que la milice chiite a envoyé des experts pour former les rebelles à l'assemblage et au lancement de missiles balistiques.

Le porte-parole de la coalition a comptabilisé qu'Ansar Allah a lancé 430 missiles sur l'Arabie saoudite et 851 drones depuis le début du conflit, ajoutant que les insurgés ont planté un total de 247 mines navales dans la mer Rouge. Ces chiffres ont servi de prétexte à Riyad pour intensifier sa campagne de guerre au Yémen malgré la perte du soutien en armes des États-Unis, un acteur crucial au début de la guerre, mais dont il s'est éloigné depuis l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche.

Les rebelles houthis, avec le soutien décisif de leurs partenaires iraniens, continuent de harceler l'Arabie saoudite par des attaques transfrontalières, mais Riyad se concentre sur les mouvements du groupe libanais. "L'organisation terroriste du Hezbollah a semé la destruction dans la région et dans le monde, et est maintenant responsable du ciblage de civils en Arabie saoudite et au Yémen", a déclaré al-Malki. Pour le porte-parole, la guerre au Yémen est une "bataille intellectuelle, culturelle, sociale et économique". Pendant ce temps, le pays de la péninsule arabique connaît la plus grande crise humanitaire du monde après plus de six ans de guerre.