L'Arabie Saoudite distribue plus de 21 tonnes de nourriture au Soudan 

Riyad cherche donc à assurer la stabilité du pays africain 
Arabia Saudí distribuye más de 21 toneladas de alimentos en Sudán 

AFP/ASHRAF SHAZLY    -   Président du Conseil Souverain du Soudan, le Général Abdel Fattah al-Burhan 

Le Centre d'aide humanitaire roi Salman (KSRelief) a distribué lundi plus de 21 tonnes de paniers de nourriture à 1 182 personnes dans l'État du Darfour occidental, au Soudan.   

Chaque panier de nourriture fournira à une famille des articles essentiels. Le centre poursuit ainsi ses projets d'aide dans la région.   

Au Yémen, où la coalition dirigée par l'Arabie Saoudite continue de lutter contre les rebelles hutus, le Centre d'aide humanitaire mène des projets de formation dans différents domaines pour aider les orphelins et les veuves à gagner leur vie de manière indépendante. 

En juin dernier, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont réussi à réunir 1,3 milliard de dollars sur les 2,4 milliards demandés par l'ONU pour distribuer l'aide humanitaire au Yémen, un pays dévasté par la guerre qui a commencé en 2015.   

Depuis la création de KSRelief, 1 329 projets ont été mis en œuvre dans 53 pays, pour une valeur de plus de 4,42 milliards de dollars. Les pays qui ont le plus bénéficié de son travail sont le Yémen (3 milliards de dollars), la Palestine (360 millions de dollars), la Syrie (296 millions de dollars) et la Somalie (192 millions de dollars).   

Les activités humanitaires, de secours et de développement de KSRelief s'étendent à plusieurs pays dans le monde, mais surtout aux pays arabes et islamiques. Au total, 54 pays en bénéficient.   

REUTERS/AHMED YOSRI - Le ministre des affaires étrangères de l'Arabie saoudite, le prince Faisal bin Farhan bin Abdullah 
REUTERS/AHMED YOSRI - Le ministre des affaires étrangères de l'Arabie saoudite, le prince Faisal bin Farhan bin Abdullah 
L'intérêt de Riyadh pour le Soudan  

L'Arabie saoudite entretient depuis longtemps des liens étroits avec le Soudan, par exemple dans le cadre de la guerre au Yémen. De plus, la monarchie saoudienne a soutenu le régime précédent, qui a été renversé en 2019 par les militaires suite aux constantes protestations publiques sur les conditions de vie épouvantables du pays et l'autoritarisme du régime. En fait, l'Arabie saoudite a envoyé 2,2 milliards de dollars à Omar al-Bachir, qui a été évincé au début de 2019 avant de tomber en disgrâce.   

On estime que 14 000 mercenaires soudanais ont été impliqués dans la guerre du Yémen jusqu'en 2018. Bien que son ancien allié Al-Bashir ne soit plus aux commandes du pays, Riyad continue d'être soutenu par la junte militaire dans le conflit yéménite, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles l'Arabie saoudite est intéressée par le maintien du statu quo dans le pays africain.   

La monarchie saoudienne n'est pas intéressée par une révolution au Soudan qui mettrait fin au pouvoir des militaires. Karim Bitar, directeur de recherche de l'Institut des affaires stratégiques et internationales (IRIS) à Paris, a déclaré à la Deutsche Welle (DW) que Riyad "craint que tout mouvement national de protestation ne génère un tremblement de terre et ne s'étende à d'autres régions".   

Une autre crainte des Saoudiens est l'influence de la Turquie et du Qatar, qui choisissent de soutenir des groupes islamistes au détriment de la junte militaire. Ces groupes, soit dit en passant, constituent également un danger pour le sentiment majoritaire des protestations populaires appelant à la construction d'un Soudan démocratique.   

Pour sa part, la junte militaire soudanaise de transition dirigée par Abdelfatah al-Burhan se félicite du soutien saoudien. Début décembre, M. al-Burhan a déclaré que son pays aspirait à améliorer les relations bilatérales, suite à la première visite du ministre saoudien des affaires étrangères après la chute d'Omar al-Bachir en 2019.  

Le chef de la junte militaire a également montré sa gratitude pour le soutien saoudien lors de la pandémie et des inondations qui ont sévèrement touché le pays en septembre dernier. 

Le réalignement de Khartoum  

La dernière visite du ministre saoudien des affaires étrangères, Faisan bin Farshan al-Saud, est intervenue après que le Soudan soit devenu le quatrième pays arabe à annoncer l'établissement de relations avec Israël, après les Émirats arabes unis et Bahreïn l'année dernière, et après la Jordanie en 1994.  

Cette décision a incité les États-Unis à retirer le Soudan de la liste des commanditaires du terrorisme en décembre dernier, où il figurait depuis 1993 pour son soutien à des personnalités telles qu'Oussama ben Laden, l'ancien chef de l'organisation terroriste Al-Qaïda.