PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Arabie saoudite et la Turquie rivalisent pour envoyer une femme astronaute en orbite le plus rapidement possible

Ankara et Riyad font appel aux services de la même société américaine pour voyager à titre privé vers la Station spatiale internationale
PHOTO/NASA

PHOTO/NASA  -   L'Arabie saoudite veut avoir sa première femme astronaute en orbite d'ici 2023. Le prince Sultan bin Salman al-Saud a déjà volé en juin 1985 à bord de la navette Discovery de la NASA avec cinq Américains et un Français

Chaque jour, il devient plus évident qu'il ne s'agit pas seulement d'une course à l'espace entre les États-Unis et la Chine pour voir laquelle des deux superpuissances parviendra à coloniser et à extraire les ressources minérales de la Lune et à contrôler l'espace.

Les faits montrent qu'une autre compétition a également été déclenchée dans le domaine spatial, qui oppose pacifiquement les puissances régionales et pétrolières du Proche et du Moyen-Orient pour une présence dans l'espace et, en particulier, pour l'envoi de femmes autour de la Terre. Le différend a été constaté lors du Congrès international d'astronautique qui s'est tenu du 19 au 22 septembre à Paris.

Dans la capitale française, des cadres supérieurs des agences spatiales d'Arabie saoudite et de Turquie ont profité de leur présence au plus grand événement mondial des sciences et technologies spatiales. Dans les deux cas, ils ont fait appel aux services d'une société privée qui, moyennant rémunération, peut transporter leurs ressortissants en orbite terrestre, les garder pendant une courte période à bord de la Station spatiale internationale (ISS) et les ramener sur notre planète bleue.

PHOTO/SSC - El presidente ejecutivo de Axiom, Michael Suffredini (izquierda), acordó con el presidente de la Comisión Espacial Saudí, Abdullah bin Amer al-Swahha (al fondo) llevar a un hombre y una mujer del país del Golfo a la ISS
PHOTO/SSC - Le PDG d'Axiom, Michael Suffredini (à gauche), s'accorde avec le président de la Commission spatiale saoudienne, Abdullah bin Amer al-Swahha (à l'arrière-plan), pour faire voler un homme et une femme du pays du Golfe vers l'ISS

La seule société autorisée et certifiée par la NASA pour effectuer ces tâches est Axiom Space, qui a signé le 22 septembre un accord avec la Commission spatiale saoudienne. Les termes du contrat sont d'organiser et de matérialiser un homme et une femme du pays du Golfe pour piloter une capsule SpaceX Dragon habitée vers l'ISS au plus tôt au deuxième trimestre 2023, rester à bord pendant une à deux semaines et effectuer le voyage de retour.

L'accord a été signé en présence du président de la commission SpaceX, Abdullah bin Amer al-Swahha, et du fondateur et PDG d'Axiom, Michael Suffredini. Suffredini et son partenaire capital-risqueur Kamal Ghaffarian ont créé Axiom en 2016 avec l'intention d'amarrer plusieurs modules commerciaux à l'ISS à partir de 2024 et, plus tard, de construire la première station spatiale commerciale.

PHOTO/NASA - Jubilada de la NASA y con tres misiones espaciales en su haber, la astronauta Peggy Whitson, de 62 años, será la comandante de la misión Ax-2 que, salvo incidencias, debe llevar a dos saudíes al complejo orbital internacional
PHOTO/NASA - Retraitée de la NASA et forte de trois missions spatiales, la cosmonaute Peggy Whitson, 62 ans, sera la commandante de la mission Ax-2 qui, sauf imprévu, doit emmener deux Saoudiens vers le complexe orbital international
Le président Erdogan souhaite voir les Turcs en orbite le plus rapidement possible

Mais pendant que le projet d'Axiom se réalise, la libéralisation de l'accès à l'espace décrétée par les États-Unis permet aux entreprises de promouvoir des vols privés à destination et en provenance du complexe orbital international pour transporter des chercheurs et des touristes qui peuvent payer entre 55 et 60 millions de dollars par siège occupé.

L'accord imminent s'appuie sur l'expérience de Suffredini, un prestigieux ingénieur retraité de la NASA dont la carrière de 35 ans au sein de l'Agence a débuté en 1989 et s'est achevée fin 2015, après avoir passé une décennie - de 2005 à sa retraite - en tant que responsable du programme ISS, chargé de la conception, de l'assemblage, du fonctionnement et de l'utilisation du plus grand complexe orbital jamais construit.

Michael Suffredini et Axiom sont chargés par la Commission spatiale saoudienne, une agence gouvernementale créée le 27 décembre 2018 et qui dépend directement du Premier ministre, le prince héritier Mohammed bin Salman al-Saud. Équivalent d'une agence spatiale, sa principale fonction est de planifier et de développer des politiques et des programmes liés au secteur et de mettre en œuvre la Stratégie spatiale nationale.

PHOTO/Axiom Space - El responsable de Axiom, Michael Suffredini, y el viceministro de Industria y Tecnología de Turquía, Mehmet Fatih Kacír, sostienen los documentos recién firmados para transportar a dos astronautas turcos a la ISS
PHOTO/Axiom Space - Le directeur d'Axiom, Michael Suffredini, et le vice-ministre turc de l'Industrie et de la Technologie, Mehmet Fatih Kacír, tiennent les documents nouvellement signés pour le transport de deux astronautes turcs vers l'ISS

Mais l'Arabie saoudite n'est pas la seule nation à avoir été encline à voyager vers l'ISS avec Suffredini. Le 19 septembre à Paris, quelques dates avant le pacte avec Riyad, Axiom s'était également engagée auprès de l'Agence spatiale turque (TUA) - fondée le 13 décembre 2018, 9 jours avant la saoudienne - à embarquer un couple d'astronautes turcs sur une autre future mission de l'entreprise américaine. Leur vol pourrait être l'Ax-3, qui n'est pas encore approuvé par la NASA et qui, au plus tôt, décollerait à la fin de 2023.

Le président de la TUA, Serdar Huseyin Yildirim, un ingénieur aéronautique de 61 ans, a déclaré que ce contrat s'inscrit dans le cadre de "l'ambitieuse feuille de route spatiale décennale" du pays ottoman, qui prévoit "des missions vers l'orbite terrestre basse, vers la Lune, ainsi que le développement de satellites de communication et d'observation civils et militaires à double usage", a-t-il précisé.

PHOTO/Axiom Space - La compañía norteamericana también asume el entrenamiento por separado de los cuatro saudíes y otros tantos turcos seleccionados. Sesión formativa de la misión Ax-1 comandada por López-Alegría, segundo por la izquierda
PHOTO/Axiom Space - La société américaine prend également en charge la formation séparée des quatre astronautes saoudiens et des quatre astronautes turcs sélectionnés. Séance d'entraînement à la mission Ax-1 dirigée par Lopez-Alegria, deuxième à partir de la gauche
Début du processus de présélection des astronautes

Les services fournis par Axiom comprennent également la formation d'astronautes saoudiens et turcs sélectionnés par les autorités des deux pays. Dans chaque cas, il y aura un minimum de quatre personnes, puisque les équipages principal et de réserve de chaque pays doivent être formés ensemble.

Des instructeurs du département de formation de la société américaine - d'anciens astronautes de la NASA - seront chargés de dispenser la formation qui permettra aux Saoudiens et aux Turcs de voyager, de vivre et de mener des recherches et des travaux scientifiques dans des conditions de microgravité.

PHOTO/NASA - Piloto de caza de la Real Fuerza Aérea Saudí, el príncipe Sultán bin Salman al-Saud fue, a sus 28 años, el primer miembro de una familia real en volar al espacio. Y fue el presidente de la Comisión Espacial Saudí hasta mayo de 2021
PHOTO/NASA - Pilote de chasse dans l'armée de l'air royale saoudienne, le prince Sultan bin Salman al-Saud a été, à 28 ans, le premier membre d'une famille royale à voler dans l'espace. Et il a été président de la Commission spatiale saoudienne jusqu'en mai 2021

Le processus de sélection des astronautes turcs est mené par l'Institut de recherche en technologie spatiale Tübitak à Ankara, avec le soutien d'Axiom et sous la direction de l'Agence spatiale turque au nom du gouvernement turc. Dans le cas de l'Arabie saoudite, la responsabilité de la sélection incombe à sa Commission spatiale. Il convient de rappeler que le Royaume a eu son premier astronaute il y a 37 ans. Il s'agit du prince Sultan bin Salman al-Saud, qui a participé à la mission STS-51G de la navette Discovery en juin 1985 avec cinq astronautes américains et un Français.

Axiom a déjà effectué une première mission privée vers l'ISS. Il s'agit d'Ax-1, qui a décollé le 8 avril et est revenu le 25 avril. Son commandant était un astronaute retraité de la NASA, l'hispano-américain Michael Lopez-Alegria, âgé de 64 ans. Il a été rejoint par trois hommes d'affaires, un Israélien, un Canadien et un Américain. 

PHOTO/Axiom Space - Dos saudíes y dos norteamericanos ocuparán las plazas de los cuatro miembros de la misión Ax-1 capitaneada por Michael López-Alegría, con el norteamericano Larry Connor, el canadiense Mark Pathy y el israelí Eytan Stibbe
PHOTO/Axiom Space - Deux Saoudiens et deux Américains prendront la place des quatre membres de la mission Ax-1 dont le capitaine était Michael Lopez-Alegria, avec l'Américain Larry Connor, le Canadien Mark Pathy et l'Israélien Eytan Stibbe

Pour la deuxième mission d'Axiom, classée Ax-2 mais qui attend encore l'approbation finale de la NASA et l'attribution de dates, le commandant choisi est l'astronaute chevronnée Peggy Whitson, également retraitée de la NASA. Biochimiste de 62 ans, elle est allée trois fois dans l'espace, détient le record américain du temps passé en orbite (665 jours et 22 heures) et a été la première femme à commander l'ISS.