PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Arabie saoudite et les EAU conservent leurs excédents de pétrole pour l'hiver

L'OPEP+ a approuvé une légère augmentation de la production de 100 000 barils par jour après l'été
yacimiento-petrolero

PHOTO/MOHSSEN ASSANIMOG  -   Site d'extraction de pétrole

L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis pourraient pomper davantage de pétrole, dans ce qui serait "une augmentation significative", au cas où la production pétrolière serait confrontée à une grave pénurie d'approvisionnement cet hiver. Cependant, les deux pays arabes restent réticents à augmenter leur production aux niveaux exigés par les États-Unis, du moins officiellement. 

Tout ceci intervient à un moment où les membres de l'OPEP+ produiraient du pétrole brut en dessous des quotas qui leur sont alloués. Cette faible production pourrait être due aux sanctions appliquées à la Russie par l'Occident, ainsi qu'au manque d'investissements nécessaires pour augmenter le pompage. À cet égard, pour le seul mois de juin, la production était inférieure de près de 3 milliards de barils par jour au quota alloué.  

reunion-opep
REUTERS/AHMED YOSRI  - Photo d'archive, 12e symposium OPEP-AIE sur les perspectives énergétiques à Riyad, en Arabie saoudite

Cette situation est le résultat de l'accord que l'OPEP+ a réussi à conclure avec la Russie pour augmenter la production de 100 000 barils supplémentaires par jour depuis septembre. Cette légère hausse de la production n'a toutefois pas réussi à atténuer les aspirations du gouvernement américain après que son président, Joe Biden, se soit rendu à Riyad pour tenter de trouver un accord avec le prince héritier, Mohammed bin Salman, sur une augmentation de la production. 

Cette augmentation a réussi à pousser le Brent au-dessus de 100 dollars, avec une hausse de plus de 1%, bien qu'il ait à nouveau perdu une partie de cette croissance. En outre, cette légère augmentation ne va pas signifier "un grand changement" dans le scénario actuel, car elle équivaut à seulement 86 secondes de différence dans le pompage de la demande de pétrole au niveau mondial. 

Selon une déclaration publiée par l'OPEP + sur le site web de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, la capacité de pomper une plus grande quantité de pétrole est "très limitée", c'est pourquoi ils demandent qu'elle soit "utilisée avec une grande prudence".  

mohamed-bin salman
PHOTO/ARCHIVO - Prince héritier Mohammed bin Salman

Outre cette augmentation, les ministres de l'OPEP+ ont convenu en juin dernier d'une augmentation mensuelle progressive de la production jusqu'en août prochain, sans préciser comment la production se poursuivrait après l'été.  

La crise énergétique actuelle, provoquée par l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a eu une influence considérable sur les prix du pétrole brut, ce qui a conduit les dirigeants mondiaux à adopter des mesures d'urgence en un temps record. En outre, la Russie a décidé de réduire une partie de son approvisionnement en gaz et de ses exportations de pétrole brut, en raison du blocus décrété par les États-Unis, l'Union européenne et le Royaume-Uni, ce qui signifie que, en vue de l'hiver, les gouvernements du monde entier appellent désormais à la mise en œuvre de mesures d'économie d'énergie.