L'Arabie saoudite s'engage à devenir un "centre régional" pour le développement des biotechnologies

Le sommet mondial des biotechnologies médicales, qui se tiendra à Riyad, favorisera la croissance du Royaume, une nation qui répond aux attentes de devenir une référence en matière de biotechnologie
arabia-saudí-vision2030

 -  

Le Centre international de recherche médicale King Abdullah a virtuellement ouvert mardi le Sommet mondial des biotechnologies médicales de Riyad, organisé par le prince saoudien Mohammed bin Salman.

Le sommet se tient sous la présidence du Dr Bandar al-Knawy, directeur exécutif des affaires sanitaires au ministère de la Garde nationale, dans le but de promouvoir le développement médical et la technologie biomédicale pour atteindre les objectifs fixés dans le cadre stratégique Vision 2030 de l'Arabie saoudite. Les vaccins et le développement des technologies de la santé constitueront l'essentiel du sommet en raison de leur rôle croissant dans le présent et l'avenir de la santé et de l'industrie.

Au cours de ce sommet de trois jours, des experts du monde entier participeront, échangeant des points de vue et présentant des opportunités pour éclairer les stratégies d'investissement dans les technologies médicales. Ce grand rassemblement d'éminences et d'entrepreneurs promet de créer des accords importants pour le développement de l'industrie. M. Al-Knawy a déclaré : "Nous organisons un rassemblement unique, interactif et dynamique des principaux acteurs locaux et internationaux pour faire de l'Arabie saoudite la porte d'entrée d'une biotechnologie florissante".

atalayar_mohamed bin salman

La situation du coronavirus conduira à la signature d'accords entre les sociétés pharmaceutiques, les industries mondiales et le gouvernement saoudien pour convenir de la production de davantage de vaccins locaux.

Initiatives stratégiques

Suliman al-Mazroua, directeur du programme national de développement industriel et de logistique, a expliqué la décision du royaume saoudien de se concentrer sur la production de vaccins. "Nous pensons que l'Arabie saoudite sera une plaque tournante régionale pour la fabrication de produits biomédicaux", a déclaré al-Mazroua, lors d'une table ronde intitulée "Biotechnologie en Arabie saoudite : défis et opportunités".

Nizar al-Hariri, directeur exécutif du Centre national pour le développement industriel, a partagé la même position, assurant que la nation "travaille avec les parties prenantes pour atteindre cet objectif". Il a ajouté que le centre collabore également avec l'université des sciences et des technologies du roi Abdullah et avec de grandes entreprises biopharmaceutiques.

Malak al-Thagafi, directeur de la R&D nationale et des associés de recherche, a décrit le système de santé du pays comme étant "très avancé", mais qu'il manque "d'essais cliniques et nous devons travailler dur pour soutenir la vision de faire du Royaume un centre régional de biotechnologie".

L'implication des grandes entreprises est essentielle pour le développement du pays. Elie Haddad, chef de projet à Riyadh Biotech City, a expliqué que "le moyen d'attirer les talents est d'attirer les entreprises pour lesquelles ils travaillent". Mais pour cela, "ils ont besoin de financements, d'une bonne proposition et de mettre en place des institutions dotées d'une réglementation fonctionnelle et de bonnes incitations pour attirer les talents et les partenaires privés".

atalayar_arabia saudi

L'université a investi dans l'arrivée d'un corps professoral international en biomédecine, comme l'a fait remarquer Pierre J. Magistretti, directeur de la Smart Health Initiative de KAUST: "KAUST a pour mission de contribuer au développement économique du Royaume en traduisant les découvertes en innovations", selon Arab News.

Les vaccins sont un axe important du développement du sommet, en particulier pour le COVID-19, dont la recherche et la livraison ont progressé à un rythme important et dans un délai très serré. Menelas N. Pangalos, vice-président exécutif de la R&D biopharmaceutique chez AstraZeneca, confirme: "Nous nous sommes associés à Oxford pour le produire pour le monde entier sans penser à l'argent, nous avons rendu service sans gagner d'argent. Le développement d'un vaccin prend généralement une dizaine d'années ou plus, mais nous l'avons réalisé en une période d'environ 12 mois. Notre équipe travaillait 24 heures sur 24".