PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Arabie saoudite tend la main au Pakistan en vue de Téhéran

Le nouvel accord pétrolier saoudo-pakistanais vise à éloigner Islamabad des Iraniens
khan-bin salaman- pakistan-arabia saudi

Saudi Press Agency via AP  -   Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, à droite, rencontre le Premier ministre pakistanais Imran Khan à Riyad, en Arabie saoudite

Riyad veut empêcher le rapprochement du Pakistan avec Téhéran

La possibilité que l'Iran étende sa zone d'influence et établisse des contacts avec des pays comme le Pakistan est une idée que l'Arabie saoudite va tout faire pour empêcher. La première étape a été de reprendre son accord pétrolier avec Islamabad, selon un rapport publié par le Financial Times. Au-delà des avantages que cette reprise peut avoir pour les deux parties, le principal motif semble être d'empêcher le pays dirigé par Arif Alvi de se rapprocher des Iraniens. Toutefois, il semble que la position du pays qui vient de tenir des élections il y a quelques jours ait changé, et qu'il ne soit pas si opposé à négocier d'éventuels plans futurs avec Riyad.

La valeur du nouvel accord conclu entre les Saoudiens et les Pakistanais s'élèverait à au moins 1,5 milliard de dollars par an et devrait être mis en œuvre à nouveau en juillet. La situation a connu un changement majeur par rapport à l'année dernière. Il convient de rappeler que les relations entre les deux pays n'étaient pas au beau fixe et que le précédent crédit pétrolier de 3,4 milliards de dollars avait été suspendu. Ce désaccord s'explique par le fait que l'Arabie saoudite n'a pas convoqué de réunion de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) en raison de l'annulation par l'Inde du statut spécial du Cachemire, ce qui n'a pas plu au Pakistan.

 al saud-arabia saudi
AFP PHOTO / PALAIS SAUDIAL / BANDAR AL-JALOUD - Le roi saoudien Salman bin Abdulaziz Al-Saud

"Nos relations avec l'Arabie saoudite se sont remises d'une (récession) antérieure", tels sont les mots employés par un haut fonctionnaire pakistanais à propos du changement intervenu entre les deux pays depuis un an jusqu'à aujourd'hui. Selon le même fonctionnaire, l'intention de Riyad va au-delà - non seulement d'une tentative d'isoler l'Iran - mais aussi de l'accord lui-même, puisque l'intention des Saoudiens est de reprendre certains plans d'investissement dans leur pays : "Le soutien de l'Arabie saoudite passera par des paiements différés (sur le pétrole) et les Saoudiens cherchent à reprendre leurs plans d'investissement au Pakistan".

C'est en mai dernier qu'ils ont commencé à se rapprocher. Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a rencontré le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman à Djeddah. À l'époque, le sujet principal tournait autour de la tension qui existait - et continue d'exister - entre la Palestine et Israël. Les deux parties ont réaffirmé leur soutien aux Palestiniens dans un communiqué officiel publié à l'issue de la réunion : "Les deux parties ont réaffirmé leur soutien total à tous les droits légitimes du peuple palestinien, en particulier son droit à l'autodétermination et à la création de son État indépendant avec les frontières d'avant 1967 et avec Jérusalem comme capitale, conformément à l'initiative de paix arabe et aux résolutions pertinentes des Nations unies".

mapa-oriente medio
AFP/AFP - Carte du Cachemire contesté montrant les zones administrées par le Pakistan, l'Inde et la Chine

Bien qu'il ne s'agisse pas de la question la plus importante à l'époque, dès la réunion de mai, certaines idées ont été évoquées qui, selon le Financial Times, pourraient maintenant voir le jour dans un avenir très proche. L'offre émise par l'Arabie saoudite représente plus ou moins la moitié de l'offre précédente. Et bien que la première impression du côté pakistanais n'ait pas été la meilleure, actuellement "toute quantité de dollars est utile car nous sommes régulièrement confrontés à une crise de la balance courante. Et avec ces prix supérieurs à 70 dollars le baril, tout ce qui peut aider", voilà l'idée répétée depuis Islamabad.

Les réserves du Pakistan sont dans une situation difficile en ce moment. Les réserves de change du pays s'élèvent à 16 000 millions de dollars (données de ce mois de juin), un chiffre bien plus élevé qu'en 2019, où elles n'atteignaient même pas 10 000 millions. Il faut également tenir compte du fait qu'à cette époque, le pays n'avait pas encore adhéré au programme de prêts du Fonds monétaire international (FMI).

ejercito-pakistan
AFP/SAJJAD QAYYUM - Des résidents locaux offrent des prières funéraires pour une victime tuée dans un bombardement transfrontalier entre les forces pakistanaises et indiennes sur la ligne de contrôle (LoC), la frontière de facto entre le Pakistan et l'Inde

C'est pourquoi, entre autres, il est également fondamental que le Pakistan revienne à cet accord. L'Arabie saoudite, bien qu'ayant fait le premier pas pour reprendre cet accord, n'est pas tout à fait claire sur le type de relation qu'elle peut établir avec les Pakistanais dans les années à venir. L'un des fronts ouverts les plus importants pour les Saoudiens est la guerre au Yémen, et ils n'oublient pas qu'en 2015, le Pakistan a refusé d'envoyer ses troupes combattre pour la coalition dirigée par Riyad contre les milices Houthi soutenues par l'Iran.

En fait, ces dernières années, Islamabad a établi une relation très fructueuse avec un autre des acteurs immergés au Yémen - bien que dans ce cas, la chose étrange est qu'il n'est pas impliqué dans tous les conflits internationaux qui ont eu lieu - comme le pays présidé par Recep Tayyip Erdogan. La Turquie est devenue entre 2016 et 2019 la quatrième source d'armes pour le Pakistan, dépassant même les États-Unis. Mais le cas des gens d'Erdogan est très particulier puisqu'ils gèrent de nombreuses négociations et intérêts depuis Ankara, l'un d'entre eux étant le rapprochement entre l'Arabie Saoudite et l'Egypte.

soldado-pakistan
AFP/TAUSEEF MUSTAFA - Un soldat paramilitaire monte la garde à un poste de contrôle pendant le couvre-feu à Srinagar

Dans ce cas, la préoccupation saoudienne, loin de se situer en Égypte, se situe - comme dans la plupart des cas - au niveau de son rival régional, l'Iran. Les relations entre les deux pays pourraient connaître un changement important à la suite des élections qui ont eu lieu en Iran le 18 juin. Le nouveau président, chef du pouvoir judiciaire, Ebrahim Raisi, a remporté une victoire écrasante lors d'élections marquées par une faible participation, la principale raison étant la désillusion politique et les graves problèmes économiques que connaît le pays depuis longtemps.

Ce qui a provoqué le désarroi des uns et la méfiance des autres, c'est l'ouverture de la possibilité de se rapprocher de l'Arabie saoudite que l'ultraconservateur a évoquée dès son accession à la présidence. Les divergences existantes entre sunnites et chiites, qui ont longtemps pesé sur les relations entre les deux pays, pourraient être confrontées à un nouveau front de conciliation. Bien que dans le cas de l'Iran, il faut être très optimiste pour croire que tout ce qui est dit depuis Téhéran est sincère. Le nouveau gouvernement a suffisamment de travail à faire avec le Plan d'action global conjoint (JCPOA, par son acronyme en anglais) sans se plonger dans de nouveaux labyrinthes diplomatiques, ce qui, par ailleurs, n'a jamais été un problème pour le gouvernement de Hassan Rohani.

yemen-huties-milicia
PHOTO/AFP - Des hommes armés tribaux fidèles au mouvement Houthi brandissent leurs armes lors d'un rassemblement à Sana'a pour montrer leur soutien à la milice chiite Houthi contre l'intervention dirigée par l'Arabie saoudite

Précisément, l'avenir du JCPOA est l'un des piliers de la nouvelle politique que veut mener Raisi, même si le porte-parole de la campagne du nouveau président, Alireza Afshar, veut en minimiser l'importance en décrivant les négociations sur l'accord nucléaire comme "une question marginale qui ne doit pas être associée aux problèmes auxquels le pays est confronté ou à d'autres affaires d'État". Un pacte qui a été signé dans l'intention d'empêcher l'Iran de développer des armes nucléaires et qui a perdu toute sa valeur lorsque l'ancien président des États-Unis, Donald Trump, a décidé que son pays devait abandonner unilatéralement l'accord.

L'espoir est qu'avec le nouveau gouvernement, un accord puisse être conclu et, qui plus est, qu'il le soit le plus rapidement possible. L'espoir est que les exigences de Raisi ne ressemblent pas à celles de Rohani, avec lequel il n'a pas été possible de trouver un terrain d'entente depuis qu'il a demandé la levée de toutes les sanctions imposées par les États-Unis, ce qui a été catégoriquement rejeté par Washington à plusieurs reprises. Bien que la réalité soit que, même avec le rétablissement du Plan d'action global conjoint, de nombreuses sanctions imposées par Trump peuvent rester en place, comme l'explique le secrétaire du Département d'État américain, Antony Blinken : " Même dans le cas d'un retour au respect du JCPOA, des centaines de sanctions contre l'Iran resteront en place, y compris celles imposées par Trump ". Si ces sanctions ne sont pas incompatibles avec ce plan et si l'Iran ne change pas son comportement, elles resteront en place.

ejercito-pakistan
PHOTO/AP - Un combattant yéménite soutenu par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite tire avec son arme sur la ligne de front à Marib, au Yémen

L'inquiétude est grande au sein de différentes organisations, comme, par exemple, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA, par son acronyme en français). Et malgré le fait qu'actuellement "il n'y a pas d'information indiquant qu'à l'heure actuelle", en référence à l'existence possible d'un plan actif d'armement nucléaire iranien, oui, "quand vous enrichissez (l'uranium) à 60 %, vous êtes très proche. Il est techniquement impossible de le distinguer des matériaux de qualité militaire", a affirmé le directeur général de l'AIEA, Rafael Grossi.

Grossi lui-même a déclaré que, même avec le travail de surveillance effectué, il n'existe aucun sentiment de confiance à l'égard des activités iraniennes, car les assurances ne sont pas - et n'ont jamais semblé être - transparentes. En dépit du fait que le programme nucléaire actuel de l'Iran est ostensiblement poursuivi à des fins pacifiques, la confiance en Téhéran est pratiquement inexistante. Les Nations unies elles-mêmes ont également exprimé leur inquiétude quant aux garanties offertes par les Iraniens pour pouvoir surveiller leurs actions, car elles sont très rares.

al saud-erdogan-arabia saudi-turquia
PHOTO/REUTERS - Le président turc Tayyip Erdogan (R) et le roi saoudien Salman assistent à une cérémonie à Ankara, en Turquie

Pour l'instant, Raisi n'a pas donné la priorité à la reprise du plan d'action global commun, comme il l'a fait pour les relations avec l'Arabie saoudite. Riyad a préféré se mettre au travail le plus tôt possible pour établir sa propre feuille de route sans avoir à dépendre des actions imprévisibles que l'Iran pourrait entreprendre. Le rapprochement avec le Pakistan est la première des initiatives prises par les Saoudiens dans un plan qui pourrait être beaucoup plus vaste dans son intention d'éloigner le plus grand nombre de pays possible de l'influence iranienne.

On s'attend à ce que, dans un avenir proche, le nouveau gouvernement de Téhéran prenne des mesures en réponse aux actions orchestrées depuis Riyad. Cependant, il y a aussi la possibilité que le nouveau gouvernement continue avec son désir apparent de conciliation et offre formellement un rapprochement avec l'Arabie saoudite, quelque chose qui pour le moment semble encore compliqué, même si le visage de Raisi est beaucoup plus proche de Riyad que celui de Rohani. Le retour à l'accord avec le Pakistan montre la volonté de réconciliation du gouvernement iranien et la possibilité que le nouveau gouvernement continue avec son désir apparent de réconciliation et offre formellement un rapprochement avec l'Arabie saoudite. Le retour à l'accord avec le Pakistan montre que l'Arabie veut retrouver au plus vite ses données économiques d'avant la pandémie sans avoir à attendre les faux pas de ses rivaux iraniens. Après l'effondrement de la demande de pétrole l'année dernière en raison de la pandémie, ils ont réussi à relancer d'autres secteurs financiers du pays, obtenant pour la première fois en juin une augmentation de l'économie depuis l'arrivée du virus.

erdogan-khan-turquia-pakistan
PHOTO/ Service de presse présidentiel via AP - Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à gauche, et le Premier ministre pakistanais Imran Khan

Le premier trimestre a vu une hausse de 2,9 % dans le secteur non pétrolier, un chiffre très important pour la diversification de l'économie qui est menée en Arabie saoudite, avec l'ambitieuse Vision 2030 comme pierre angulaire de son projet. Cependant, le secteur pétrolier qui, comme il ne pouvait en être autrement, est une fois de plus le protagoniste des relations entre l'Arabie saoudite et l'Iran, continue son déclin en laissant une baisse de près de 12 % par rapport aux données du même trimestre de l'année dernière. Cela, ajouté à ce qui est peut-être la véritable raison du rapprochement avec le Pakistan pour isoler le peuple de Raisi, signifie que l'Arabie saoudite a déjà fait un geste sans même laisser la place au nouveau gouvernement de Téhéran pour prendre ses premières décisions.