L'Argentine et le Mexique s'allient à la dictature nicaraguayenne au sein de l'Organisation des États américains

L'OEA, au sein du Conseil permanent, a voté une résolution condamnant la situation au Nicaragua
Atalayar_Nicaragua represión

REUTERS/LUISA GONZALEZ  -   José Miguel Vivanco, directeur de Human Rights Watch Americas

Human Rights Watch a critiqué mercredi le vote de l'Argentine et du Mexique à l'Organisation des États américains sur le Nicaragua, qualifiant de "pitoyable" le vote de ces deux territoires. Le directeur exécutif pour les Amériques, José Vivanco, a partagé sur son compte Twitter un message à propos de la déclaration publiée par le ministère argentin des Affaires étrangères : "Rapport pitoyable du Mexique et de l'Argentine sur l'affaire au Nicaragua. Une chose est de rechercher une solution négociée à cette crise et une autre de telles absurdités".

Mardi, l'Argentine et le Mexique ont exprimé leur opposition à une intervention dans les affaires intérieures du Nicaragua, ce qui les a conduits à être les moutons noirs de la résolution débattue au Conseil permanent de l'Organisation des États américains. Les deux États ont également exprimé leur désaccord avec la "prétention" d'"imposer des lignes directrices de l'extérieur ou de préjuger indûment du développement des processus électoraux". "Dans cet environnement, il n'a pas été viable pour nous d'escorter le plan de résolution mis à l'importance aujourd'hui dans le Conseil permanent de l'OEA. Le Conseil permanent de l'Organisation des États américains s'est penché mardi, lors d'une session spéciale, sur le cas du Nicaragua, après que le secrétaire général de l'organisation, Luis Almagro, ait exhorté à recourir à la Charte démocratique interaméricaine en raison de la répression qui s'est abattue sur l'opposition nicaraguayenne.

Atalayar_Nicaragua represión
AFP PHOTO / PRESIDENCE ARGENTINIENNE / ESTEBAN COLLAZO - Alberto Fernández, Président de l'Argentine

Avec 26 voix pour, 3 contre et 5 abstentions, l'organe a approuvé la résolution : "La situation au Nicaragua", qui, entre autres points de vue, condamne "sans équivoque l'arrestation, le harcèlement et les limitations arbitraires imposées aux candidats présidentiels, aux partis politiques et aux médias indépendants" et demande "la libération immédiate des candidats présidentiels et de tous les prisonniers politiques". Lundi, le régime de Daniel Ortega a défendu les arrestations de plusieurs dirigeants de l'opposition, dont quatre candidats à la présidence et deux anciens guérilleros historiques, et a exigé la "non-ingérence de tout régime étranger" dans ses affaires intérieures, à cinq mois des élections auxquelles M. Ortega, devenu président en 2007, cherche à se faire réélire et que plusieurs organisations internationales ont dénoncées comme illégales. 

Atalayar_Nicaragua represión
PHOTO/REUTERS - Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador

Entre-temps, depuis Washington mercredi, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a indiqué qu'"il n'y a pas de conditions" pour des "élections libres et équitables" au Nicaragua et a demandé la "libération immédiate" des quatre candidats à la présidence.

M. Blinken a exprimé son "soutien ferme" à la résolution approuvée mardi par une large majorité de 26 pays de l'Organisation des États américains (OEA), qui exige "la libération rapide des candidats à la présidence et de tous les prisonniers politiques". "Compte tenu de la récente répression du régime et de son manque de réforme électorale approfondie, les conditions pour des élections justes et libres en novembre prochain ne sont pas réunies", a déclaré le chef de la diplomatie américaine. 

Atalayar_Nicaragua represión
PHOTO/AP - L'ancienne commandante de la révolution sandiniste Dora María Téllez, arrêtée par la police nicaraguayenne

La nouvelle législation adoptée au Nicaragua rejette ceux qui "dirigent ou financent un renversement ... encouragent les obstructions à distance, appellent à une intervention militaire ... proposent ou organisent des barricades financières, recommandent et appellent à l'imposition de sanctions contre le Nicaragua ou ses citoyens". Les coupables "sont des traîtres à la patrie et ne peuvent donc pas se présenter à des fonctions publiques". La trahison est passible d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à 15 ans. Ortega a jusqu'à présent capturé quatre candidats potentiels de l'opposition qui auraient pu contester son choix pour un quatrième mandat continu, et de nombreux dirigeants de la résistance nicaraguayenne craignent maintenant que ce ne soit qu'une question de temps avant que la police ne vienne les chercher.