PUBLICIDAD

Iberdrola

L'attaque d'Al-Shabaab dimanche sur l'hôtel de Mogadiscio fait 5 morts

Huit enfants ont également été tués lors d'une autre attaque à Golweyn, à 40 km de la ville côtière de Merca
Somalia_Atalayar3

AFP/ABDIRAZAK HUSSEIN FARAH  -   The remains of a car that was destroyed during the car bomb attack are seen in Mogadishu, December 28, 2019

Le groupe terroriste Al-Shabaab a de nouveau semé le chaos en Somalie, causant la mort de cinq personnes et une douzaine de blessés dans un hôtel près de l'aéroport de la capitale, Mogadiscio, comme l'ont confirmé les autorités du pays africain. 

L'Afrik Hotel accueillait une conférence politique de l'opposition, qui prépare les élections du 8 février, lorsque cinq agresseurs sont entrés dans l'hôtel en tirant des coups de feu, en lançant des grenades et en se faisant finalement sauter. L'hôtel est également fréquenté par des fonctionnaires du gouvernement local et des officiers de l'armée, a déclaré le porte-parole de la police, Ali Hasan.

"Un véhicule en mouvement a explosé à côté du contrôle d'accès de l'hôtel. L'explosion nous a touchés et des tirs nourris ont suivi l'explosion", a déclaré à Reuters un commerçant de la région. "L'explosion a secoué l'hôtel alors que nous étions assis à l'intérieur, la panique et la confusion régnaient", a déclaré un autre qui a réussi à s'échapper en se jetant par-dessus un mur : "J'ai sauté et j'ai couru", a-t-il résumé.

La police a confirmé que l'un des terroristes, qui s'était barricadé dans les chambres d'hôtel, a été tué lundi matin, mettant ainsi fin à l'attentat du dimanche après-midi dans lequel neuf des terroristes ont été tués.

Parmi les cinq civils tués figurait le général Mohamed Nur Galal, commandant militaire de haut rang et ancien vice-ministre de la défense à la fin des années 1970 et ministre de la défense sous le président Ali Mahdi en 1991.

"La raison pour laquelle il a fallu tant de temps pour mener à bien l'opération était de sauver les personnes coincées dans l'hôtel avant de neutraliser les agresseurs", a déclaré Sadik Adan, un autre porte-parole de la police. 

Atalayar_Somalia
REUTERS/FEISAL OMAR - Somali military officers attend a training programme Mogadishu, Somalia 

Aucun groupe terroriste n'a initialement revendiqué l'attentat, mais Al-Shabaab a été le principal suspect dès le début. L'organisation affiliée à Al-Qaïda depuis 2012 et qui contrôle les zones rurales du centre et du sud de la Somalie, pays dans lequel elle cherche à imposer un État islamique wahhabite, organise fréquemment des attentats à Mogadiscio. 

Plus tard, l'organisation elle-même l'a confirmé par le biais de sa radio, dans laquelle elle a parlé d'une "opération de martyre" perpétrée par des "moudjahidin de l'hôtel Afrik" contre des "fonctionnaires apostats", bien que des personnes liées à l'opposition aient été principalement présentes. Ils ont ensuite prétendu avoir pris le contrôle de l'hôtel.

Le président somalien Mohamed Abdulahi Mohamed a condamné l'attaque et a envoyé ses condoléances aux familles et aux proches des victimes. Il a également fait une mention spéciale de Nur Galal, en soulignant le rôle qu'il a joué dans la construction et le renforcement des forces armées. "Le peuple somalien uni vaincra cet ennemi impitoyable, le moment est venu de s'unir et de libérer notre pays tout entier", a-t-il déclaré.

Le Premier ministre Mohamed Hussein Roble s'est joint aux condoléances et a qualifié l'attaque du groupe islamiste d'"atroce". 

Les Etats-Unis, qui soutiennent le gouvernement somalien, bombardent régulièrement les positions d'al-Shabaab. Le dernier attentat à la bombe a eu lieu vendredi dernier contre un complexe du groupe terroriste dans la région sud-ouest du pays, où ils tenaient une réunion.

La Somalie, considérée comme un État en faillite, est en état de guerre permanent depuis 1991, date à laquelle le dictateur Mohamed Siad Barre a été renversé, détruisant l'appareil d'État et laissant le pays sans gouvernement efficace et aux mains des milices et des seigneurs de guerre islamistes. À tout cela s'ajoute l'autoproclamation du Jubaland, du Somaliland et du Puntland en tant qu'États indépendants malgré le fait qu'ils ne soient pas reconnus.