PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Australie nomme une femme maréchal de l'air pour faire face à la menace spatiale chinoise

L'immense pays océanien renforce son système de défense et crée un commandement spatial pour surveiller la défense contre les attaques venues de l'espace
PHOTO/Oliver Carter-Defence - Con 39 años de servicio en la Real Fuerza Aérea Australiana (RAAF), la vicemariscal del Aire Catherine Roberts ha sido la elegida para encabezar y poner en marcha el Mando Espacial de Defensa

PHOTO/Oliver Carter-Defence - Con 39 años de servicio en la Real Fuerza Aérea Australiana (RAAF), la vicemariscal del Aire Catherine Roberts ha sido la elegida para encabezar y poner en marcha el Mando Espacial de Defensa  -   PHOTO/Oliver Carter-Défense - Avec 39 ans de service dans la Royal Australian Air Force (RAAF), le vice-maréchal de l'air Catherine Roberts a été choisi pour diriger et mettre en œuvre le Defence Space Command.

Le gouvernement australien dirigé par le Premier ministre libéral Scott Morrison a effectivement donné vie au Defence Space Command. Il s'agit d'une nouvelle étape convenue avec le président Joe Biden et le premier ministre britannique Boris Johnson pour tenter de contrer la présence et l'influence croissantes de la Chine dans la région indo-pacifique et dans l'espace. 

Le ministre de la défense Peter Dutton, 51 ans, et le chef d'état-major de la Royal Australian Air Force (RAAF), le maréchal en chef de l'air Mel Hupfeld, 60 ans, ont convenu que l'officier militaire le plus apte à diriger la nouvelle organisation était une femme, la vice-maréchale de l'air Catherine Roberts. Ingénieur aérospatial de formation, elle a rejoint l'armée en 1983 et, dans ses postes précédents, a dirigé la division des systèmes aérospatiaux et la planification des capacités de la RAAF.

PHOTO/Lockheed Martin - Entre las misiones de la nueva organización está  defender los satélites australianos y aliados posicionados en el espacio y las instalaciones militares y gubernamentales terrestres frente a posibles acciones agresivas de China
 PHOTO/Lockheed Martin - L'une des missions de la nouvelle organisation est de défendre les satellites australiens et alliés basés dans l'espace ainsi que les installations militaires et gouvernementales au sol contre une éventuelle action agressive de la Chine. 

Les responsabilités du vice-maréchal Roberts à la tête de la nouvelle composante spatiale comprennent le développement, le maintien et la défense des priorités gouvernementales et industrielles de l'Australie en matière d'espace. Elle est également chargée d'examiner la stratégie et la politique spatiales, d'orienter les priorités scientifiques et technologiques et de définir une architecture spatiale résiliente en coopération avec les partenaires de l'alliance AUKUS de Canberra, Washington et Londres.

Le commandement spatial de la défense australienne a été activé il y a quelques jours seulement, le 22 mars, bien que sa création remonte au 18 janvier 2022. Complémentaire de l'Agence spatiale australienne créée en juillet 2018, elle a pour objectif de veiller à ce que le grand pays océanien réalise ses ambitions stratégiques et mène l'effort pour garantir le libre accès de l'Australie à l'espace, "essentiel pour notre sécurité", a souligné le ministre Dutton.

PHOTO/Brenton Kwaterski - Adscrito a la Fuerza Aérea, el Mando Espacial de Defensa tiene carácter conjunto y está integrado por personal de los ejércitos de Tierra y Aire, la Armada y funcionarios civiles
PHOTO/Brenton Kwaterski - Rattaché à l'armée de l'air, le Commandement spatial de la défense est de nature interarmées et comprend du personnel de l'armée de terre, de l'armée de l'air, de la marine et des fonctionnaires civils. 

La décision du Premier ministre Scott Morrison - 63 ans et au pouvoir depuis août 2018 - s'inscrit dans la lignée des initiatives prises par les grandes puissances mondiales pour préserver leurs engins spatiaux en orbite et la défense de leurs installations au sol. La Russie et la Chine ont formé leurs forces ou commandements spatiaux respectifs en 2015, l'Inde en 2018 et les États-Unis en 2019, tous avec un degré d'indépendance total ou partiel par rapport à leurs forces aériennes.


Faire de l'espace extra-atmosphérique un lieu sûr et non un théâtre de conflits

Suivant l'exemple de Washington, plusieurs puissances régionales ont également créé des organisations spatiales militaires. Le gouvernement de Paris a établi son commandement spatial en 2019, Tokyo en 2020, et Berlin et Londres en 2021. Tous ont créé des structures similaires à celles du Pentagone américain, mais beaucoup plus petites et placées sous la tutelle de leurs forces aériennes respectives.

PHOTO/Brett Sherriff - El gobierno de Canberra ha seguido los pasos de Washington al crear su Mando Espacial. El Jefe de la RAAF, mariscal Mel Hupfeld, la vice mariscal Catherine Roberts y el Jefe del Mando Espacial de Estados Unidos, general James Dickinson, el 22 de marzo en Canberra
PHOTO/Brett Sherriff - Le gouvernement de Canberra a emboîté le pas à Washington en créant son commandement spatial. Le maréchal en chef de la RAAF Mel Hupfeld, le maréchal en chef adjoint Catherine Roberts et le général James Dickinson, chef du commandement spatial américain, à Canberra le 22 mars

C'est également l'option que vient de prendre l'Australie. Le chef de la RAAF, le maréchal en chef de l'air Mel Hupfeld, a souligné que le commandement spatial de la défense est interarmées par nature et est composé de personnel de l'armée de terre, de l'armée de l'air, de la marine et de fonctionnaires civils, mais qu'il est rattaché à l'armée de l'air, qu'il commande lui-même.

Le QG est "organisé et dimensionné pour soutenir et exploiter les capacités spatiales existantes et générer de nouvelles forces". Il est également conçu pour comprendre l'environnement spatial et déterminer si les actifs en orbite du pays sont "sujets à des interférences accidentelles, menacés ou attaqués", explique le maréchal Mel Hupfeld.

Si nécessaire, ou "si une agression est confirmée", les activités du Space Command seront placées sous l'autorité du Joint Operations Command", souligne le chef de la RAAF, responsable en dernier ressort du domaine spatial. Sous sa direction, l'actuelle stratégie spatiale de défense a déjà été rédigée. Elle définit la feuille de route et les efforts de l'Australie dans le domaine de l'espace jusqu'en 2040.

PHOTO/NASA-JPL - El complejo de antenas de la NASA en Australia (en imagen) está localizado cerca de Canberra. Forma parte de la Red de Espacio Profundo de la citada Agencia, al igual que el español de Robledo de Chavela, en Madrid
PHOTO/NASA-JPL - Le complexe d'antennes de la NASA en Australie (photo) est situé près de Canberra. Il fait partie du réseau Deep Space Network de l'agence, tout comme le réseau espagnol situé à Robledo de Chavela, à Madrid. 

Le ministre de la défense, Dutton, a déjà déclaré que l'Australie et ses alliés souhaitent que l'espace extra-atmosphérique reste "sûr et stable" et ne devienne pas "une nouvelle zone de conflit". Il souhaite que l'Australie prenne la place qui lui revient dans le cadre de l'espace extra-atmosphérique, "mais en la partageant et non comme le font d'autres pays - dans une référence voilée à la Russie et à la Chine - qui la considèrent comme leur territoire".

L'Australie et l'Espagne, clés du suivi des missions extraterrestres

Avec une superficie de plus de 7 741 000 km² - plus de 15 fois la taille de l'Espagne - l'Australie est fortement dépendante des infrastructures spatiales. C'est pourquoi le maréchal en chef adjoint Catherine Roberts a exprimé ses "craintes" qu'une action intentionnelle de Pékin ou de Moscou sur d'importantes installations terrestres de réception, de surveillance et de contrôle ou sur des plates-formes déployées dans l'espace puisse "dégrader, neutraliser ou même perturber" le réseau national régional à large bande du vaste pays.

HOTO/Sam Price - El ministro de Defensa de Australia, Peter Dutton (segundo por la izquierda), recibe explicaciones sobre las muchas instalaciones del segmento terreno espacial que existen en el país, en su mayor parte situadas en la costa Sur
  PHOTO/Sam Price - Le ministre australien de la Défense, Peter Dutton (deuxième à partir de la gauche), reçoit des informations sur les nombreuses installations spatiales du pays, dont la plupart sont situées sur la côte sud. 

Le chef d'état-major de la RAAF estime que l'Australie a "3-4 ans de retard en matière de défense spatiale par rapport aux capacités qu'elle devrait posséder". C'est pourquoi le gouvernement de Canberra prévoit d'investir de l'ordre de 7 milliards de dollars au cours des dix prochaines années pour développer de nouveaux programmes nationaux ou en coopération et accroître sa flotte de satellites civils et militaires, y compris les satellites espions.

L'opérateur commercial de communications australien Optus dispose de trois grands engins spatiaux reliant la grande nation au reste du monde. Les forces armées ne disposent que de deux petites plateformes de reconnaissance et de surveillance maritimes appelées RAAF M2 A et B. Lancés en mars 2021, ils complètent tous deux l'imagerie fournie par le ministère américain de la Défense. 

Les communications militaires sont couvertes par les satellites Optus C1 et WSG-6. Ce dernier est un vaisseau spatial de près de 6 tonnes construit par Boeing. Il appartient à la constellation WSG dirigée par le Pentagone, a été lancé en août 2013 et émet dans les fréquences des bandes X et Ka. L'Optus C1 pèse environ 5 tonnes, a été fabriqué par Mitsubishi Electric Co, et dessert les bandes Ku, Ka, X et UHF. 

PHOTO/ULA - Lanzado al espacio el 8 de agosto de 2013, la imagen recoge la parte del cohete Delta IV donde está alojado el WSG-6, satélite australiano de la constelación global de comunicaciones de banda ancha en la que están asociados los departamentos de Defensa de Estados Unidos, Canadá y Australia
 PHOTO/ULA - Lancée dans l'espace le 8 août 2013, l'image montre la partie de la fusée Delta IV abritant WSG-6, le satellite australien de la constellation mondiale de communications à large bande dans laquelle les ministères de la défense américain, canadien et australien sont partenaires.  

L'Australie n'est pas un nouveau venu dans le domaine spatial, au contraire. En collaboration avec le Royaume-Uni, elle a été une nation pionnière en se dotant d'un centre d'essais de missiles et d'armes atomiques à Woomera, à 1 300 kilomètres de Canberra. Et au milieu des années 1950, en même temps que l'Espagne, elle a été choisie par Washington pour installer les grandes antennes qui, avec celles de Goldstone dans le désert de Mojave en Californie, devaient suivre les missions habitées Mercury, Gemini et Apollo de la NASA.

Aujourd'hui, la NASA et l'Agence spatiale européenne (ESA) continuent d'utiliser l'Australie pour suivre les sondes qui voyagent dans le système solaire et au-delà. Le complexe d'antennes du Deep Space Network de l'ESA se trouve à Perth, sur la côte sud de l'océan Indien. Celui de la NASA est situé près de Canberra, sur le Pacifique, à quelque 3 100 kilomètres de Perth. En Espagne, le site de l'ESA se trouve à Cebreros (Ávila) et celui de la NASA à Robledo de Chavela (Madrid).