L'auteur du massacre de 51 musulmans en Nouvelle-Zélande est condamné à la prison à vie

L'événement a eu lieu dans les mosquées Al-Noor et Linwood
Brenton Tarrant, auteur des attaques contre les mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, reçoit le verdict d'un tribunal néo-zélandais

REUTERS/JOHN KIRK-ANDERSON  -   Brenton Tarrant, auteur des attaques contre les mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, reçoit le verdict d'un tribunal néo-zélandais

L'auteur avoué du massacre de 51 musulmans lors d'un attentat contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande le 15 mars 2019 a été condamné jeudi à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle, une première dans ce pays océanien. « Ses crimes sont si mauvais que même s'il est maintenu en prison jusqu'à sa mort, cela n'épuisera pas la peine et le châtiment qu'ils requièrent », a déclaré le juge Cameron Mander de la Haute Cour de Christchurch à l'Australien Brenton Tarrant, 29 ans.

Tarrant a été reconnu coupable de 51 chefs d'accusation de meurtre, 40 chefs d'accusation de tentative de meurtre et un chef d'accusation de terrorisme pour l'attaque aux armes semi-automatiques, qu'il a partiellement relayée via les réseaux sociaux, sur les mosquées Al-Noor et Linwood dans la ville de Christchurch lors de la prière traditionnelle du vendredi. La sentence intervient après trois jours au cours desquels plus de 90 survivants de l'attaque et des parents des victimes ont témoigné devant le tribunal, après que Tarrant ait plaidé coupable à toutes les accusations en mars dernier et ait décidé d'abandonner sa défense

Le juge Mander, qui a décrit les événements en détail et parlé de chacune des victimes, a expliqué que le massacre planifié et perpétré par Tarrant « n'a pas sa place ici et n'a sa place nulle part ». Il a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle pour les 51 chefs d'accusation de meurtre, tandis que chacun des 40 chefs d'accusation de tentative de meurtre était passible d'une peine de 12 ans d'emprisonnement et le crime de terrorisme d'une autre peine à vie

La décision sans précédent de Mander d'appliquer la prison à vie sans libération conditionnelle s'appuie sur une réforme législative introduite il y a dix ans pour les crimes les plus graves de meurtre. « Si ce n'est pas maintenant, quand », a déclaré le magistrat, qui a également noté que Tarrant a déclaré par l'intermédiaire de son avocat commis d'office son intention d'accepter la peine maximale, mais n'a jamais montré de « remords » ou de « reconnaissance publique » pour ce meurtre perpétré dans une « indifférence sans cœur ». « Vous êtes un égocentrique », a fait remarquer le juge à Tarrant, qui est resté impassible et silencieux tout au long de la procédure.