L'avenir de l'Europe

L'Union européenne lance la Conférence sur l'avenir de l'Europe, pour stimuler la participation citoyenne
Atalayar_ Conferencia sobre el futuro de Europa

AP/JEAN-FRANCOIS BADIAS  -   La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le président du Parlement européen David Sassoli, le Premier ministre portugais Antonio Costa et le président français Emmanuel Macron écoutent des discours lors d'une conférence sur l'avenir de l'Europe au Parlement européen à Strasbourg, en France, le 9 mai 2021.

À l'occasion de la Journée de l'Europe, l'Union européenne a organisé la Conférence sur l'avenir de l'Europe (CoFE) à Strasbourg. Cet événement n'est que le début d'une série de débats où les citoyens européens sont encouragés à participer à la conception d'une nouvelle communauté européenne. La conférence sur l'avenir de l'Europe était annoncée pour la fin de l'année 2019, mais en raison de la pandémie de coronavirus, elle n'a pas pu être ouverte plus tôt.

Cet événement a été mené par le Président français, Emmanuel Macron, le Président du Parlement européen, David Sassoli, le Premier ministre portugais, Antonio Costa et la Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Dès le début de l'événement, les citoyens européens ont été encouragés à participer à la conférence en exprimant leurs idées ou leurs opinions sous le hashtag #TheFutureIsYours.

Atalayar_conferencia sobre el futuro de Europa
AFP/FREDERICK FLORIN - Le président français Emmanuel Macron, le Premier ministre portugais Antonio Costa, le président du Parlement européen David Sassoli et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen écoutent alors qu'ils assistent à la Conférence sur l'avenir de l'Europe le 9 mai 2021 au Parlement européen à Strasbourg.

Le président français a été chargé de lancer le tour de parole des quatre dirigeants européens. Macron, considéré comme le "père" de la Conférence, a commencé par rappeler l'importance de Strasbourg. "Strasbourg est le symbole vivant de l'Europe qui a tourné le dos à la guerre", a déclaré le président français. Le discours de Macron a tourné, avant tout, autour de la pandémie de coronavirus. Mais au lieu de le faire dans une perspective pessimiste, il a essayé de montrer les aspects positifs et les leçons que nous pouvons tirer de cette crise. Au cours de ces mois, le modèle européen a été réaffirmé et la solidarité de l'Europe a été stimulée par des projets tels que Covax. Le président français a demandé aux citoyens de rester optimistes et ambitieux.

M. Macron a énuméré certains des défis qui seront abordés lors de la conférence, comme la défense de la souveraineté de l'espace européen et de la démocratie, que "nous devons garder comme un trésor". Il a également fait allusion au changement climatique, l'une des questions centrales de la conférence. Pour conclure son discours, M. Macron s'est engagé à ce que les résultats de ce cycle de débats changent le mode de fonctionnement de l'UE.

Atalayar_conferencia sobre el futuro de Europa
AFP/FREDERICK FLORIN - Le président français Emmanuel Macron prononce un discours lors de la Journée de l'Europe 2021 et de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, le 9 mai 2021, au Parlement européen à Strasbourg.

David Sassoli, heureux d'être de retour au Parlement européen, l'organe européen qu'il dirige, s'est concentré sur les leçons que l'UE peut tirer de cette crise sanitaire. "Le coronavirus nous a appris que nous sommes tous un rouage de la même roue", a déclaré M. Sassoli.

L'homme politique italien a exprimé son désir d'améliorer le fonctionnement de l'UE, toujours basé sur les "valeurs européennes". Louant la démocratie du continent, il a fait allusion à l'autoritarisme, "très présent sur la scène internationale". Il a également rappelé la prise d'assaut du Capitole américain en janvier. "La démocratie se construit chaque jour, mais c'est un système fragile", a-t-il déclaré.

C'était le tour d'Antonio Costa. Le Premier ministre portugais a basé son discours sur un poème de l'écrivain portugais Luís de Camões. M. Costa s'est exprimé en trois langues lors de son discours, signe de la diversité linguistique de la communauté européenne. Cet aspect a été souligné par l'homme politique portugais, qui a rappelé que les nouvelles adhésions à l'UE ont apporté davantage de diversité culturelle. "Nous avons parcouru un long chemin dans notre syndicat, mais nous sommes encore en dessous de ce qui est nécessaire", a-t-il souligné.

M. Costa s'est dit satisfait de l'opinion du public sur la gestion du coronavirus. Selon un Eurobaromètre, la réponse de Bruxelles à la pandémie a placé l'UE dans une position de confiance maximale auprès des citoyens. "Les Européens ne se sont pas sentis abandonnés", a-t-il déclaré.

Atalayar_conferencia sobre el futuro de Europa
AFP/FREDERICK FLORIN - La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, assiste à la conférence sur l'avenir de l'Europe le 9 mai 2021 au Parlement européen à Strasbourg.

Le Premier ministre portugais a mentionné des questions qui n'ont pas encore été abordées, telles que le chômage des jeunes, la crise démographique, la précarité du marché du travail et l'égalité des sexes, une expression qui a suscité la controverse lors du récent sommet de Porto.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a clôturé le tour de parole. Comme Sassoli, elle a exprimé son bonheur de retrouver le Parlement européen, fermé à cause de la pandémie. Et, comme Macron, elle a souligné l'importance de la ville dans l'histoire européenne. Von der Leyen a également fait une référence littéraire et a commencé son discours par une citation d'un livre d'Antoine de Saint-Exupéry, "aimer, ce n'est pas se regarder, c'est regarder ensemble dans la même direction". Son discours était basé sur cette phrase, sur l'unité et la recherche d'une vision commune à tous les Européens. Le président a mis l'accent sur le changement climatique et les conséquences qu'il pourrait avoir. "Nous avons autant d'enjeux qu'en 1950, lorsque l'Europe était dévastée par la guerre. Car le changement climatique peut être aussi destructeur que la guerre", a prévenu Mme von der Leyen.

Ensuite, c'était le tour des citoyens. Plusieurs Européens ont eu l'occasion de poser des questions à Guy Verhofstadat, député européen, Dubravka Suica, vice-présidente de la Commission européenne pour la démocratie et la démographie, et Ana Paula Zacarias, secrétaire d'État aux affaires européennes du Portugal. Les intérêts des citoyens comprenaient la culture, le changement climatique, la diversité et la démocratie. Dans cette série de questions, M. Verhofstadat a fait allusion à l'"autoritarisme" de la Chine et de la Russie. Il a qualifié la Russie d'"État policier" et a avancé l'idée d'une armée européenne, une possibilité qui a été évoquée à plusieurs reprises.

Atalayar_conferencia sobre el futuro de Europa
AFP/FREDERICK FLORIN - Le président français Emmanuel Macron (C) signe un livre à côté du président du Parlement européen David Sassoli (R) avant de participer à la Journée de l'Europe 2021 et à la Conférence sur l'avenir de l'Europe le 9 mai 2021 au Parlement européen à Strasbourg, dans l'est de la France.
Un regard sur le passé

Cela fait 71 ans que Robert Schuman, ministre français des affaires étrangères, a fait la déclaration qui porte son nom. Il proposait la création d'une Communauté européenne du charbon et de l'acier, qui allait céder la place, des années plus tard, à l'Union européenne.

Cette communauté a été fondée dans une Europe d'après-guerre qui luttait encore pour surmonter les ravages de la guerre. Une Europe qui, après deux guerres funestes, avait besoin de construire un projet commun pour ne pas retomber dans la violence. "La paix mondiale ne peut être sauvegardée sans des efforts créatifs à la mesure des dangers qui la menacent", déclare Schuman le 9 mai 1950.

Aujourd'hui, 71 ans plus tard, le projet européen est consolidé et cherche des mesures pour affronter l'avenir et ses défis actuels. Un plan dont des hommes politiques tels que Schuman, Konrad Adenauer et Joseph Bech avaient rêvé. Cependant, il y avait aussi des femmes pionnières dans le projet européen. Comme Ursula Hirschmann, fondatrice du Mouvement fédéraliste européen et de l'association Femmes pour l'Europe; ou Marga Klompé, première femme membre de l'Assemblée de la CECA et précurseur du Parlement européen.

 

Atalayar_conferencia sobre el futuro de Europa
AP/JEAN-FRANCOIS BADIAS - Le président français Emmanuel Macron, à droite, et le président du Parlement européen David Sassoli, arrivent au Parlement européen à Strasbourg, dans l'est de la France, dimanche 9 mai 2021.
La pertinence de la citoyenneté

L'Europe a changé. Elle l'a déjà fait après la crise économique de 2008, créant des divisions entre les États membres. La crise des réfugiés a également provoqué une fracture à Bruxelles, où il y a eu des moments de confrontation en raison de désaccords sur la politique migratoire. L'Union européenne a eu tendance à se diviser à des moments où elle devrait être plus unie. Il en va de même pour la pandémie de coronavirus. Cette fois, cependant, il semble que ce soit différent, car les dirigeants européens ont finalement tenu compte de l'opinion des citoyens.

Pour que cette conférence soit un succès, il faut que non seulement les politiciens fassent leur part, mais aussi les citoyens, qui sont encouragés à participer à la création d'un nouvel avenir européen. Bruxelles doit cependant tenir son engagement et mettre les demandes des Européens sur la table. Si l'Union européenne aspire à devenir une communauté démocratique et libre qui soit un modèle mondial, elle doit écouter ses citoyens. Il ne suffit pas de promettre, il faut aussi tenir ses promesses pour qu'elles ne restent pas lettre morte.