PUBLICIDAD

Iberdrola

L'avenir de l'Opération de passage étroit est dans l'air

L'OPE permet à plus de trois millions de personnes et à environ un million de voitures de passer de l'Espagne au Maroc
Des milliers de Marocains travaillant et vivant en Europe traversent le détroit de Gibraltar lorsqu'ils reviennent passer leurs vacances au Maroc

AFP/JORGE GUERRERO  -   Des milliers de Marocains travaillant et vivant en Europe traversent le détroit de Gibraltar lorsqu'ils reviennent passer leurs vacances au Maroc

La pandémie du coronavirus, qui a fait plus de 400 000 morts et sept millions de personnes infectées dans le monde, a également modifié la dynamique des flux migratoires à travers le globe. Cette année, le gouvernement espagnol est confronté à l'Opération de passage étroit (OPE) - un plan qui est réalisé chaque année entre le 15 juin et le 15 septembre pour faciliter le voyage de milliers de citoyens maghrébins vivant en Europe qui visitent leurs pays d'origine en Afrique - qui est assez incertaine. Le président du gouvernement andalou, Juan Manuel Moreno, a demandé au chef de l'exécutif, Pedro Sánchez, de ne pas approuver cette opération qui permettrait à plus de trois millions de Maghrébins de traverser le détroit de Gibraltar pour rejoindre leurs familles dans leurs lieux d'origine.

La gente espera para subir a los transbordadores con destino a Ceuta y Tánger en el puerto de Algeciras
AFP/MARCOS MORENO - Les gens attendent au port d'Algésiras pour embarquer sur les ferries vers Ceuta et Tanger

La plus grande opération de migration internationale régulière en Europe doit commencer le 15 juin prochain. Cependant, les dimensions qu'a atteintes la pandémie du COVID-19, qui a causé en Espagne la mort de plus de 27 000 personnes, ont sonné l'alarme dans l'exécutif andalou. Le chef du Parti populaire (PP) dans cette région considère que, pour l'instant, les circonstances pour effectuer les contrôles ne sont pas « idéales » et a exhorté Sánchez à, dans le cas de la poursuite de cette opération, le faire de manière ordonnée, planifiée et en appliquant les mesures de sécurité maximales.  

 Quiosco que vende billetes de ferries con destino a Ceuta y Tánger cerca de Algeciras
AFP/MARCOS MORENO - Point de vente de billets pour les ferries vers Ceuta et Tanger près d'Algésiras 

Ce système de gestion organisée des déplacements transfrontaliers, considéré comme le deuxième en importance après celui du pèlerinage à la Mecque, a vu le jour au début des années 80, après qu'un grand nombre de Maghrébines vivant dans différentes parties de l'Europe comme l'Espagne, la France et la Belgique aient tenté de profiter de la période des vacances pour rejoindre leur famille. Cet événement migratoire qui se répétait chaque année a été l'étincelle qui a mis le feu aux poudres pour la création d'une relation de collaboration entre l'Espagne et le royaume alaouite pour organiser ce flux de personnes qui chaque année dépasse les trois millions.  Jusque-là, à chaque fois que les vacances arrivaient, Algésiras se retrouvait au bord du gouffre, alors que des milliers et des milliers de véhicules faisaient la queue pour embarquer.

Un hombre revisa su equipaje mientras espera para embarcar en los transbordadores con destino a Tánger en el puerto de Algeciras el 27 de julio de 2019
AFP/JORGE GUERRERO - Un homme contrôle ses bagages en attendant de monter à bord des ferries versTanger au port d'Algésiras le 27 juillet 2019 

Cette opération est envisagée dans le cadre d'un plan spécial de protection civile qui est mis en œuvre par le ministère de l'intérieur. Selon les forces de sécurité espagnoles, l'objectif de ce dispositif est de « prévenir les situations à risque et de faire face aux contingences liées à tout mouvement massif de personnes », ainsi que de « rendre le transit des citoyens maghrébins à travers la péninsule confortable, fluide et sûr ». La peur et l'incertitude causées par la pandémie de coronavirus ont conduit le président du PP en Andalousie à manifester son inquiétude au gouvernement de Sanchez sur le possible démarrage de l'OPE.  Pour l'instant, le Royaume du Maroc n'a fait aucune déclaration sur la date d'ouverture de ses frontières, de sorte que l'avenir de cette opération est encore incertain.

El presidente de la Junta de Andalucía, Juanma Moreno
PHOTO/ ANDALUSIAN GOVERNMENT- Le président de la Junte d'Andalousie, Juanma Moreno 

Lors d'une réunion avec les présidents des communautés autonomes pour aborder les nouvelles mesures dans le contexte de la pandémie, Pedro Sanchez a déclaré qu'en ce qui concerne l'OPE, l'exécutif travaille « au cas où cela se produirait ». Auparavant, M. Moreno était favorable à ce que l'Opération de passage étroit ne soit pas menée cette année « parce que les circonstances ne sont pas idéales » par la pandémie du coronavirus. De même, le chef de l'exécutif andalou a demandé un protocole d'action qui prévoit des espaces pour pouvoir tester la présence de cet agent pathogène sur les migrants arrivant sur les côtes andalouses.  Plus de trois millions de personnes traversent chaque année leur pays d'origine grâce à l'OPE, dont 80 % le font par le port d'Algésiras (Cadix), une question qui suscite la peur à Moreno en raison du « va et vient », vu l'impact de cette épidémie sur l'ensemble de la planète. 

Pour sa part, le vice-président du gouvernement andalou et ministre du tourisme, Juan Marin, a critiqué les actions du gouvernement central pour considérer qu'elles « tirent au flanc » en ne voyant pas les vrais problèmes liés à la mise en œuvre de l'OPE. Dans une interview avec Onda Cero, Marín a demandé « de la prudence et non de l'improvisation ». Pour l'instant, le port d'Algésiras maintient ses opérations pour les marchandises afin de contribuer au fonctionnement de la chaîne d'approvisionnement, bien que les lignes maritimes de passagers Algésiras-Tanger Med-Algésiras, Algésiras -Ceuta-Algésiras et Tarifa-Tanger Ville-Tarifa soient suspendues, selon les données publiées par l'Autorité portuaire de la baie d'Algésiras (APBA), qui gère les ports de la baie d'Algésiras et de Tarifa.

Los coches hacen cola antes de embarcar en los transbordadores con destino a Tánger en el puerto de Algeciras el 27 de julio de 2019
AFP/ JORGE GUERRERO - Les voitures font la queue avant d'embarquer sur les ferries vers Tanger au port d'Algésiras le 27 juillet 2019

La suspension de ce plan empêcherait plus de trois millions de personnes de passer leurs vacances avec leur famille en Afrique, à un moment où le tourisme est un secteur essentiel pour relancer l'économie suite à l'épidémie du COVID-19. En 2019, un total de 3,34 millions de personnes et 760 215 véhicules ont traversé le détroit entre les phases de départ et de retour grâce à cette opération, soit 3 % de plus qu'en 2018. D'autre part, l'incertitude causée par le processus de désescalade signifie que les résidents du Maghreb en Espagne et dans d'autres parties de l'Europe ne savent toujours pas s'ils pourront retourner dans leur pays.