PUBLICIDAD

Iberdrola

Lavrov prévoit une nouvelle tournée en Afrique pour début 2023

Le ministre russe des Affaires étrangères se rendra au Maroc et dans sept autres pays africains entre janvier et février de l'année prochaine
Serguéi Lavrov Moussa Faki Mahamat

AFP/SERGEI CHIRIKOV  -   Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le président de la Commission de l'Union africaine Moussa Faki Mahamat lors du sommet Russie-Afrique 2019

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, effectuera deux visites officielles en Afrique en janvier et février prochains, selon son numéro deux, le vice-ministre des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, dans des déclarations rapportées par l'agence Sputnik. Il s'agira de sa deuxième tournée continentale en moins d'un an, qui vise à recueillir un soutien diplomatique pour le Kremlin et à renforcer l'influence croissante de la Russie en Afrique. 

Le ministre des Affaires étrangères chevronné doit se rendre dans huit pays du continent. Le Maroc est jusqu'à présent le seul pays confirmé sur l'itinéraire par le ministère de Lavrov. Il existe également "une communication bilatérale avec les ministres des Affaires étrangères des pays arabes, y compris, bien sûr, les pays arabes d'Afrique du Nord", a déclaré Bogdanov, et la tournée pourrait donc être étendue au Moyen-Orient. 

Lavrov a déjà visité quatre pays africains en juillet dans le but d'obtenir un soutien diplomatique pour la Russie en pleine invasion de l'Ukraine. Le diplomate russe a atterri en Égypte, au Congo-Brazaville, en Ouganda et en Éthiopie, et selon Peter Fabricius, analyste à l'Institut d'études de sécurité en Afrique (ISS), il semble avoir été "bien accueilli". "Non seulement avec les dirigeants des quatre pays de destination soigneusement choisis, mais aussi à Addis-Abeba, où il a rencontré les ambassadeurs de plusieurs autres pays".

Museveni Lavrov
Servicio de Prensa del Ministerio de Asuntos Exteriores de Rusia vía AP  -   Le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov, à gauche, et le président ougandais Yowerei Museveni échangent des documents lors de leur rencontre à Entebbe, en Ouganda, mardi 26 juillet 2022

Le Kremlin consacrera les mois de janvier et février à l'organisation du deuxième sommet Russie-Afrique à Saint-Pétersbourg, prévu pour juillet 2023. 

La ville balnéaire de Sotchi a accueilli le premier sommet en octobre 2019, auquel ont participé 43 chefs d'État et de gouvernement. Cette réunion multilatérale, coprésidée par les présidents russe et égyptien Vladimir Poutine et Abdel Fattah El Sisi, a permis de rapprocher les deux parties et de renforcer la coopération à différents niveaux. Poutine a l'intention de réitérer l'exploit trois ans plus tard dans le but d'envoyer un message de force et de réparer son image mondiale, qui a été fortement endommagée par l'agression sur l'Ukraine. 

"Nous avons envoyé des invitations à tous les participants [du dernier sommet], mais la tâche principale est de parvenir à une réunion productive. Bien entendu, nous comptons sur la participation représentative des délégations africaines de haut niveau", a déclaré l'ambassadeur Oleg Ozerov, qui dirige le secrétariat du Forum de partenariat Russie-Afrique. Il a ajouté que l'ordre du jour de cette deuxième édition comprendra des questions liées à la coopération politique, commerciale, économique, d'investissement, scientifique, technique et humanitaire.

Putin Rusia Africa
AFP/SERGEI CHIRIKOV  -   Photo de famille des dirigeants des pays africains participant au sommet et au forum économique Russie-Afrique 2019 dans la station balnéaire de Sotchi

Mais le Kremlin souhaite que la conférence soit axée sur la sécurité alimentaire et énergétique. " La Russie a quelque chose à offrir : à la fois des céréales et des engrais... . Outre l'énergie, il existe d'autres secteurs dans lesquels la Russie peut offrir son expertise : le pétrole et le gaz, les infrastructures de transport, l'aviation et l'automobile, les technologies de l'information et l'agriculture", a expliqué Ozerov. 

Le diplomate russe chargé des relations avec l'Afrique a déclaré que la plupart des pays du continent perçoivent Moscou comme "un allié luttant contre la domination néocoloniale de l'Occident", ainsi que comme un "marché alternatif" aux États-Unis et à l'Union européenne. 

Après plusieurs décennies d'absence, la Russie a fait un retour en force en Afrique il y a un peu plus de trois ans, coïncidant précisément avec le premier sommet de Sotchi. Au cours de cette période, le Kremlin a réussi à infiltrer le continent grâce à trois outils principaux : l'héritage colonial, la force militaire et les canaux d'information alternatifs

Le soutien de l'ancienne Union soviétique aux mouvements postcoloniaux africains en pleine guerre froide a une influence aujourd'hui. Comme le rappelle W. Gyude Moore, analyste au Centre for Global Development (CGD), les sujets politiques qui ont pris le pouvoir pendant la période de décolonisation dans des pays comme l'Afrique du Sud, la Namibie et le Zimbabwe sont toujours au pouvoir et, de plus, considèrent la Russie comme l'héritière naturelle de l'URSS.

vladimir putin
PHOTO/ARCHIVO  -   L'Afrique est l'une des principales priorités du président russe Vladimir Poutine

"La deuxième raison est qu'un nombre considérable de pays africains achètent des armes à la Russie, dépendent de ces fournitures, et ne veulent donc pas contrarier Moscou. La situation dans beaucoup d'entre eux est instable, il est extrêmement important pour eux d'avoir un accès fiable non seulement aux armes, mais ils peuvent avoir besoin de conseillers militaires étrangers que la Russie est prête à fournir", explique W. Gyude Moore dans une interview pour Radio Free Europe

L'influence du groupe Wagner se distingue ici. La société militaire privée, détenue par l'oligarque controversé Evgeny Prigozhin, a déployé des dizaines de milliers de mercenaires dans plus d'une douzaine de pays africains avec la connivence des autorités. De la Libye au Mozambique, du Soudan à la République centrafricaine. Le Mali est le dernier à avoir rejoint cette liste. 

Mais la Russie a encore renforcé sa présence sur le continent par le biais de médias et de canaux d'information alternatifs. Également par le biais des réseaux sociaux, où il a pu installer un récit corrosif contre l'Occident qui a gagné en puissance au fur et à mesure que la guerre en Ukraine progressait. Le Kremlin a su tirer parti de la forte hausse des prix des carburants et des denrées alimentaires pour promouvoir le faux discours selon lequel les sanctions occidentales sont responsables de la crise alimentaire. 

La Russie n'offre même pas d'aide humanitaire en retour aux États africains. L'intérêt du Kremlin réside dans l'exploitation des ressources naturelles, un objectif pour lequel il utilise les mercenaires russes de Wagner.

PHOTO/AP  -   Malienses se manifiestan contra Francia y en apoyo de Rusia en el 60º aniversario de la independencia de la República de Malí en 1960, en Bamako, Malí, el 22 de septiembre de 2020. La pancarta en francés dice: "Putin, el camino hacia el futuro"
PHOTO/AP  -   Des Maliens manifestent contre la France et en soutien à la Russie à l'occasion du 60e anniversaire de l'indépendance de la République du Mali en 1960, à Bamako, au Mali, le 22 septembre 2020. La bannière en français indique : "Poutine, la voie de l'avenir"
Les États-Unis interviennent 

Washington a devancé la Russie et accueillera le sommet États-Unis-Afrique à la mi-décembre. La diplomatie américaine a lancé des invitations à presque tous les pays africains, à l'exception du Mali, du Burkina Faso, du Soudan et de la Guinée, quatre pays qui ont récemment connu des coups d'État militaires contre des régimes démocratiques. L'administration Biden veut souligner sa condamnation de telles actions et envoyer un message au reste du continent. 

Le sommet a été annoncé il y a un an, mais l'invasion de l'Ukraine par la Russie a incité la diplomatie américaine à apporter quelques ajustements au scénario. De nombreux pays africains se sont abstenus de condamner l'agression de la Russie. Sur les 54 États africains, 28 ont signé la résolution condamnant Moscou à l'Assemblée générale des Nations unies, les autres ayant choisi de s'abstenir ou de ne pas voter. Seule l'Érythrée, la Corée du Nord africaine, a été la seule à voter contre. Pour parler en termes globaux, plus de la moitié du groupe des 50 pays qui n'ont pas condamné l'invasion de l'Ukraine par la Russie étaient africains. Ces chiffres donnent une bonne indication de l'influence russe sur le continent. 

Mais la démarche des États-Unis ne correspond pas à la stratégie du Kremlin, dont la représentation en Afrique est encore plus faible que celle de la Turquie. Washington concentre ses efforts pour contrer l'avancée de la Chine. Le géant asiatique a axé ses investissements en Afrique sur la construction d'infrastructures destinées à faciliter l'approvisionnement en matières premières. Les États-Unis devront désormais se tailler une place.