PUBLICIDAD

Iberdrola

Le berceau de la diplomatie marocaine devient un musée

Le bâtiment "Dar al Niyaba" dans la médina de Tanger
cuna-diplomacia-marruecos-tánger

PHOTO/TWITTER/@EmbEspanaRabat  -  

Berceau de la diplomatie marocaine, le bâtiment historique Dar al Niyaba, situé dans la médina de Tanger, est aujourd'hui un musée exposant des œuvres de peintres qui ont marqué la mémoire de la ville, tels que l'Espagnol Antonio Fuentes et le Français Eugène Delacroix.

Lors de l'inauguration de ce nouvel espace, le directeur intérimaire du centre, Brahim Salimi, a expliqué à Efe que les œuvres exposées reflètent la mémoire de Tanger en tant que ville ancienne et son rôle de capitale de la diplomatie marocaine à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

Sont également exposées des œuvres d'artistes de renommée mondiale qui se sont installés ou sont passés par Tanger, comme l'Espagnol Fuentes, qui est né et a vécu jusqu'à sa mort en 1995 dans cette ville du détroit de Gibraltar, et dont les tableaux, offerts au musée par sa famille, sont exposés dans deux galeries.

L'ambassadeur d'Espagne au Maroc, Ricardo Díez-Hochleitner, a évoqué Fuentes lors de l'inauguration du musée pour lui rendre hommage et a souligné que ses œuvres seront exposées dans le bâtiment de manière permanente.

cuna-diplomacia-marruecos-tanger
PHOTO/TWITTER/@EmbEspanaRabat

Un autre artiste qui a laissé son empreinte sur le bâtiment est Delacroix, qui a vécu dans le "Dar al Niyaba" pendant deux mois lors de sa visite à Tanger en 1832, ce qui lui a inspiré certaines de ses œuvres les plus célèbres, comme "Le mariage juif au Maroc".

Le musée, qui comprend des salles de conférence et des ateliers pour les peintres locaux, propose également aux visiteurs des œuvres de peintres orientalistes, comme le peintre français Jacques Majorelle (1886-1962) et ses peintures de la vie à Tanger.

Pour le président de la Fondation Moments de Tanger, Younes Cheij Ali, dont l'organisation est dédiée à la préservation de la mémoire de la ville atlantique, le bâtiment est "l'un des plus beaux" de la rue touristique de Siaghine, qui traverse la vieille ville.

D'inspiration portugaise avec ses nombreuses arches et ses grandes fenêtres, il a été fondé au début du XIXe siècle pour être le consulat de France à Tanger, mais au cours des décennies suivantes, il a été utilisé à différentes fins.

Après 1848, le sultan alaouite Mulay Abdelrahman (1789-1859) l'achète aux Français pour en faire la résidence de leur représentant à Tanger et l'interlocuteur des puissances internationales, ce qui en fait le premier bâtiment de la diplomatie marocaine.

Les accords historiques entre le Maroc et d'autres pays du monde ont été paraphés à "Dar al-Niyaba" (la "Maison du Représentant" en arabe), comme l'accord commercial avec le Royaume-Uni en 1856 et l'accord de paix avec l'Espagne en 1860 après la guerre de Tétouan.

cuna-diplomacia-marruecos-tanger
PHOTO/TWITTER/@EmbEspanaRabat

C'est de là que partent les délégations marocaines pour assister aux événements internationaux décisifs, comme les représentants du "Makhzen" (nom de l'autorité centrale marocaine) qui assistent à la conférence d'Algésiras en 1906, qui fait du Maroc une colonie européenne.

La création de ce noyau diplomatique, qui visait à unifier les canaux officiels du Maroc avec le monde extérieur, reflétait un changement dans la politique étrangère marocaine, le pays adoptant une position d'ouverture face à une menace coloniale accrue après ses défaites face à la France lors de la bataille d'Isly (1844) et face à l'Espagne lors de la guerre de Tétouan (1859).

Le bâtiment, composé de deux étages et d'une grande cour centrale bordée d'arbres, était jusqu'à il y a 20 ans le siège administratif de la mairie. Après deux décennies presque en ruines, il a été restauré dans le cadre d'un vaste programme de rénovation de la médina de Tanger.

La restauration a coûté environ 13 millions de dirhams (1,2 million d'euros) et a été financée par le ministère de la Culture, la Wilaya (gouvernorat) de Tanger, l'Agence pour le développement des provinces du nord du Maroc et la Fondation nationale des musées.