Le Brésil élargit son alliance stratégique avec l'Inde pour équilibrer l'influence de la Chine

Le gouvernement de Brasilia renforce sa position de partenaire privilégié de New Delhi en Amérique du Sud dans le domaine de l'industrie et de la technologie spatiales
Avec le Premier ministre Narendra Modi, le président brésilien Jair Bolsonaro assiste au défilé du Jour de la République le 26 janvier 2020 à New Delhi en tant qu'invité d'honneur

PHOTO/India Presidency  -   Avec le Premier ministre Narendra Modi, le président brésilien Jair Bolsonaro assiste au défilé du Jour de la République le 26 janvier 2020 à New Delhi en tant qu'invité d'honneur

Le président brésilien Jair Bolsonaro a encore renforcé ses relations personnelles privilégiées avec le premier ministre indien Narendra Modi, alors que les deux dirigeants cimentent l'alliance entre leurs nations en réalisant un premier grand succès commun.

L'étape qui a scellé le partenariat stratégique entre l'Inde et le Brésil a été le lancement récent du satellite d'observation du gouvernement brésilien Amazonia-1 par un lanceur PSLV indien, la première fois que Brasilia a écarté les fusées de Pékin au profit de celles de New Delhi.

Amazonia-1 est la première plateforme spatiale entièrement conçue et fabriquée par l'industrie de Rio et l'Institut national de recherche spatiale (INPE) du Brésil, dirigé par le professeur Clezio Marcos De Nardin. Situé à une altitude de 752 kilomètres, c'est un satellite électro-optique à haute résolution qui a été développé. Sa mission est de lutter contre la déforestation, de veiller au respect des plans de reforestation, de surveiller la biodiversité et de préserver les ressources en eau de cet immense pays d'Amérique du Sud, en particulier la forêt amazonienne. 

El Amazonia-1 ha sido desarrollado durante una docena de años en el Instituto Nacional de Investigaciones Espaciales (INPE) de Brasil. Sus primeras imágenes se descargaron y procesaron el 3 de marzo en el Centro de Recepción, Control y Seguimiento de Satélites que la Agencia Espacial Brasileira (AEB) posee en São José dos Campos, a 350 kilómetros de Río de Janeiro
PHOTO/ISRO - Amazonia-1 est en cours de développement depuis une douzaine d'années à l'Institut national de recherche spatiale (INPE) du Brésil. Ses premières images ont été téléchargées et traitées le 3 mars au centre de réception, de contrôle et de suivi des satellites de l'Agence spatiale brésilienne à São José dos Campos, à 350 kilomètres de Rio de Janeiro.

Envoyée dans l'espace le 28 février, ses premières images avaient déjà été téléchargées et traitées le 3 mars au Centre de réception, de contrôle et de suivi des satellites de l'Agence spatiale brésilienne (AEB) à São José dos Campos, à 350 kilomètres de Rio de Janeiro.

Le ministre brésilien de la science, de la technologie et de l'innovation, Marcos Pontes, a assisté au décollage du centre de contrôle de l'Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), dirigé par le Dr Kailasavadivoo Sivan, sur la base Satish Dhawan au Sriharikota, dans l'État d'Andhra Pradesh.

El teniente coronel retirado de la Fuerza Aérea y primer y único astronauta brasileño que ha viajado al espacio, Marcos Pontes fue elegido por Jair Bolsonaro para dirigir el Ministerio de Ciencia, Tecnología e Innovación
PHOTO/Sergio Lima-Poser360 - Lieutenant colonel à la retraite de l'armée de l'air et premier et seul astronaute brésilien à avoir voyagé dans l'espace, Marcos Pontes a été choisi par Jair Bolsonaro pour diriger le ministère des sciences, de la technologie et de l'innovation. 
Invité d'honneur de la Fête de la République

Lieutenant-colonel à la retraite de l'armée de l'air brésilienne, Pontes est le premier et le seul astronaute brésilien à avoir voyagé dans l'espace. Cela s'est passé fin mars 2006, lorsqu'il est parti pour la Station spatiale internationale dans une capsule russe Soyouz et qu'il est resté dans le complexe orbital pendant huit jours.

Marcos Pontes a rencontré après le lancement le ministre responsable des affaires spatiales, Jitendra Singh, pour explorer de nouvelles voies de coopération entre les deux pays. Selon le ministre brésilien, le lancement réussi d'Amazonia-1 dans l'espace conduit à un partenariat "très prometteur" avec l'Inde et représente une "nouvelle impulsion" pour le programme spatial brésilien. 

El lanzador indio PSLV despegó el 28 de febrero desde la base espacial de Satish Dhawan, en Sriharikota (estado de Andhra Pradesh) para colocar a 752 kilómetros de altura el satélite gubernamental de observación brasileño Amazonia-1
PHOTO/ISRO - Le 28 février, le lanceur indien PSLV a décollé de la base spatiale Satish Dhawan au Sriharikota (État d'Andhra Pradesh) pour placer le satellite d'observation Amazonia-1 du gouvernement brésilien à une altitude de 752 kilomètres.

La nouvelle étape des relations bilatérales entre le géant sud-américain et la puissance asiatique a été consolidée il y a 14 mois, lorsque le président Jair Bolsonaro - un capitaine d'artillerie et parachutiste à la retraite - a été l'invité d'honneur du défilé annuel du jour de la République, une commémoration qui se tient à New Delhi chaque 26 janvier. Le président brésilien est arrivé dans la capitale indienne accompagné d'un large entourage de ministres et d'hommes d'affaires afin de renforcer les liens économiques et géopolitiques et de resserrer les liens entre les deux pays.

Les autorités politiques indiennes et cariocas ont évalué les résultats des accords signés en 2006 et ont signé une quinzaine de nouveaux accords pour améliorer et développer les relations commerciales. Parmi celles-ci figure l'amélioration de la coopération en matière de sécurité et de défense, notamment dans le domaine spatial, où les deux pays sont très actifs.

Ils ont convenu d'utiliser les stations de contrôle de satellites de l'Agence brésilienne à Alcántara et Cuiabá pour améliorer le suivi des satellites indiens, augmenter la réception et le traitement des données et des images de leurs plateformes d'observation et collaborer à la mission robotique lunaire Chandrayaan-3 et aux missions Gaganyaan habitées que l'Inde a prévues.

El científico Kailasavadivoo Sivan (en el centro de la mesa) es desde enero de 2018 el máximo responsable de la Organización de Investigación Espacial de India (ISRO), la Agencia Espacial del gran país asiático
PHOTO/ISRO - Le scientifique Kailasavadivoo Sivan (au centre de la table) est depuis janvier 2018 le haut fonctionnaire de l'Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), l'agence spatiale du grand pays asiatique.
Une grande famille de satellites sino-brésiliens

Jair Bolsonaro tente de réduire la dépendance de l'économie brésilienne à l'égard de la Chine. Il essaie d'équilibrer sa balance des paiements en stimulant le commerce bilatéral avec New Delhi, dont le volume des échanges est environ dix fois moindre que celui avec Pékin.

Toutefois, le gouvernement brésilien estime que dans quelques années, il est possible d'atteindre un volume de transactions de 15 milliards par an, car la population de l'Inde dépasse largement 1,3 milliard d'habitants et celle du Brésil plus de 200 millions. Afin de renforcer leurs intérêts mutuels dans l'industrie spatiale, les deux pays ont identifié le secteur spatial comme "un domaine de collaboration très important", indique un communiqué commun.

Cependant, la coopération en matière spatiale entre le Brésil et la Chine est beaucoup plus proche de celle établie avec l'Inde. Brasilia et Pékin ont signé un accord en 1988 pour développer, construire et exploiter des plates-formes optiques à large bande et de haute précision sous le nom de China-Brazil Earth Resources Satellites (CBERS).

El ministro Marcos Pontes presenció el despegue desde el Centro de Control de ISRO en la base espacial de Satish Dhawan. Después se reunió con su homónimo indio para explorar nueva vías de cooperación entre los dos países
PHOTO/ISRO - Le ministre Marcos Pontes a assisté au décollage du centre de contrôle de l'ISRO à la base spatiale Satish Dhawan. Il a ensuite rencontré son homologue indien pour explorer de nouvelles voies de coopération entre les deux pays.

Un projet commun entre l'Académie chinoise des technologies spatiales (CAST) et l'Institut national de recherche spatiale (INPE) du Brésil, six de ces satellites ont déjà été mis en orbite. Toutes ont été lancées par des fusées chinoises entre 1999 et 2019 et seules deux d'entre elles restent actives à une altitude d'environ 770 kilomètres.

Les premières relations spatiales entre l'Inde et le Brésil remontent à 2002 et le lancement d'Amazonia-1 par un PSLV (Polar Satellite Launch Vehicle, para son acronyme en anglais) trouve son origine dans un accord signé à la mi-juillet 2014 entre le Premier ministre Narendra Modi et la présidente du Brésil de l'époque, Dilma Rousseff. La rencontre entre les deux hommes politiques a eu lieu lors du sixième sommet des dirigeants des pays BRICS au palais d'Alvorada, la résidence officielle des présidents brésiliens.