Le Brésil descend en masse dans la rue pour demander la destitution de Bolsonaro

Les Brésiliens protestent contre la gestion de la pandémie par le président
Des manifestants contre le gouvernement du président brésilien Jair Bolsonaro.

AFP/MICHAEL DANTAS  -   Des manifestants contre le gouvernement du président brésilien Jair Bolsonaro

Des milliers de personnes sont descendues dans la rue samedi au Brésil pour demander la destitution du président Jair Bolsonaro en raison de sa gestion de la pandémie de coronavirus, la quatrième manifestation en moins de deux mois où le pays se soulève massivement contre le leader négationniste.

Dans plus de 400 villes du pays, les manifestants ont également demandé d'accélérer le processus de vaccination et d'augmenter le montant des allocations pour les personnes les plus pauvres afin de faire face à la crise liée au virus, qui a déjà laissé plus de 14,8 millions de personnes sans emploi.

Appelées par les centrales syndicales, les partis de gauche et les mouvements sociaux, les manifestations se sont déroulées pacifiquement tout au long de la journée, avec des perturbations uniquement à Sao Paulo.

Outre les manifestations au Brésil, une douzaine de pays, dont l'Allemagne, l'Espagne, le Canada, les États-Unis, l'Angleterre, le Mexique et le Portugal, ont accompagné les marches à l'étranger depuis différentes villes.

Manifestación en Brasil
REUTERS/AMANDA PEROBELLI - Manifestation au Brésil

Dans le géant sud-américain, les plus grandes manifestations ont eu lieu à Sao Paulo, la ville la plus peuplée du pays et la plus durement touchée par la pandémie, à Rio de Janeiro, Recife, Belo Horizonte et aussi à Brasilia, où les protestations se sont concentrées devant le bâtiment du Congrès, afin de renforcer la pression en faveur d'un procès en destitution contre Bolsonaro.

Dans la capitale brésilienne, les dirigeants politiques et les manifestants s'accordent à dire que la pression du peuple brésilien contre Bolsonaro augmente.

"L'indignation des gens et les manifestations de rue vont atteindre le Congrès. Les partis et les syndicats font pression pour que le processus de destitution soit ouvert", a déclaré à Efe Gleissi Hoffman, président du Parti des travailleurs (PT), le principal parti d'opposition auquel appartient l'ancien président Luiz Inácio Lula da Silva.

Victor Ferreira, un homme d'affaires de 25 ans qui est venu protester contre le président habillé en Indiana Jones, a déclaré que Bolsonaro sera évincé par ses propres partisans.

El presidente brasileño Jair Bolsonaro
PHOTO/ISAC NOBREGA - Le président brésilien Jair Bolsonaro

"Tout comme Captain America, il combat le fascisme et cela reflète tout ce que je pense. C'est le bien contre le mal (...) Indiana Jones combat le fascisme, il combat le mal et je pense que c'est une bonne analogie", a-t-il déclaré.

Le gouvernement de M. Bolsonaro est durement mis en cause par des soupçons de corruption dans l'achat de vaccins, qui ont été mis au jour par les enquêtes menées par une commission du Sénat et qui ont placé le président lui-même sous l'œil du bureau du procureur général.

Le négationnisme du leader d'extrême droite face à la pandémie et la corruption présumée aux dépens du COVID ont suscité des appels au Brésil en faveur de sa destitution, sous l'impulsion de l'opposition.

D'immenses banderoles portant les slogans "Bolsonaro dehors !", "Vaccin pour tous maintenant !" et "Bolsonaro génocidaire" étaient le dénominateur commun des manifestations, qui n'ont connu la violence qu'à Sao Paulo.

Los pacientes de COVID-19 están acostados en las camas de un hospital de campaña construido dentro de un gimnasio en Santo Andre, en las afueras de Sao Paulo, Brasil
AP/ANDRE PENNER - Des patients du COVID-19 sont allongés sur des lits dans un hôpital de campagne construit à l'intérieur d'un gymnase à Santo Andre, dans la banlieue de Sao Paulo, au Brésil.

En début de nuit, alors que les marches se dispersaient déjà dans la capitale de São Paulo, la police a tiré des gaz lacrymogènes après avoir été attaquée à coups de pierres par un groupe d'hommes cagoulés, qui ont également détruit la façade d'une banque.

Malgré les efforts des organisateurs, la foule était au rendez-vous, même si la grande majorité des participants portaient des masques.

Le Brésil est l'un des pays les plus durement touchés par la pandémie de coronavirus, avec plus de 548 000 morts et 19,6 millions de personnes infectées.

Le nombre de décès et de cas positifs a considérablement diminué au cours du mois dernier, grâce à la campagne de vaccination en cours dans le géant sud-américain.

Depuis le début du processus de vaccination au Brésil il y a six mois, 45 % de la population a reçu au moins une dose du vaccin. Cependant, seuls 17 % des plus de 212 millions de Brésiliens sont entièrement vaccinés.