PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Bundestag reçoit une délégation de la société civile sahraouie

Les représentants du peuple sahraoui dénoncent la répression au sein du Polisario et leur position d'unique représentant sahraoui
saharauis-bundestag (rec)(1)

 -  

L'Allemagne a réitéré il y a quelques jours son soutien au plan d'autonomie proposé par le Maroc en 2007. Ils estiment que le royaume alaouite "a apporté une contribution importante à la réalisation d'une solution politique dans le cadre des Nations unies", ont-ils déclaré dans une déclaration cette semaine. Cependant, l'intention de l'ONU est de réaliser un référendum que les Sahraouis espèrent depuis longtemps, bien que l'organisation supranationale soit critiquée de toutes parts pour son incapacité à mettre son idée en pratique.

saharauis-bundestag-arbol (rec) (1)

La délégation de la société civile sahraouie est arrivée à Berlin mardi pour une série de réunions avec des parlementaires allemands. Le Bundestag a accueilli les représentants sahraouis qui ont reproché au Front Polisario de vouloir se prétendre le seul acteur de la défense des Sahraouis, affirmant que les seuls représentants légitimes de la population du Sahara marocain sont les élus locaux de la région, dont fait partie Shaibata Mrabih Rabou, présidente du Centre d'études et de recherche sur le développement et les droits de l'homme au Sahara, l'un des membres de la délégation.

En outre, ils ont également critiqué le Polisario pour la dureté de la répression au sein de l'organisation, ce que le Front Polisario a lui-même reconnu. Brahim Ghali a admis "les réparations aux victimes des erreurs et abus passés", ce qui confirme les accusations historiques de violations des droits de l'homme par le Polisario.

folleto-ponencia-saharauis (1)

Pour la première fois depuis un demi-siècle, ces mots reconnaissent la commission de crimes contre l'humanité dans les camps de Tindouf en Algérie contre la population dissidente. De plus, cette localité est témoin du recrutement forcé d'enfants pour devenir soldats, ce que dénonce également la délégation sahraouie qui s'est rendue en Allemagne. Elle le fait dans une conférence à l'Université Quadriga de Berlin sous le titre "Stop au recrutement d'enfants soldats dans les camps de Tindouf par le Polisario".

Cette conférence a été suivie par Shaibata Mrabihrabou, vice-présidente du Conseil provincial de Tarfaya et les entrepreneurs Zeinabu Ramdan de Laayoune et L'imam Boussef de Dakhla. La conférence à l'université allemande est le point culminant d'une semaine de réunions de la délégation sahraouie qui est venue à Berlin précisément à un moment où le problème du Sahara est sur les lèvres de nombreux politiciens allemands. Le gouvernement d'Olaf Scholz a réaffirmé sa position du côté marocain face aux critiques d'un secteur de la gauche représenté par Sevim Dağdelen, député du parti Die Linke (La Gauche) qui estime que "l'Allemagne ignore le droit international, c'est de l'hypocrisie".

universidad-quadriga-alemania (1)

Malgré ces propos, le gouvernement de Scholz est clair : le Maroc est un allié important, notamment parce que la possibilité d'une indépendance du territoire "n'est plus envisageable", selon Werner Ruf, professeur de relations internationales à l'université de Kassel. Néanmoins, étant donné la sensibilité de cette question et ses répercussions sur les relations avec Rabat, Berlin a joué un rôle important en donnant une voix à une partie de la population sahraouie qui se dissocie du Front Polisario et critique sévèrement les crimes commis par ce dernier.

universidad-quadriga-alemania-2 (1)

Ce sont précisément ces violations dans les régions sahraouies qui ont fait l'objet du deuxième panel de la conférence tenue à Quadriga, où Khira Suleiman et Ramdan Mesaud Larb ont abordé la question des droits de l'homme. Mesaud a parlé des disparitions forcées et des abus perpétrés par les milices séparatistes dans les camps de Tindouf avec la complicité des autorités algériennes et a fait le point sur le procès intenté devant les tribunaux espagnols pour l'entrée illégale de Brahim Ghali en Espagne. Pour sa part, Mme Suleiman a parlé de son expérience personnelle, témoignant de la situation compliquée de nombreuses personnes dans la région qui, comme elle, sont obligées d'être séparées de leur famille.

Zeinabu Ramdan de Laayoune et Limam Boussef ont axé leurs interventions sur les possibilités d'entrepreneuriat pour les jeunes dans les provinces du sud et ont approfondi le potentiel de la région en termes d'investissements durables, de développement des énergies vertes et de possibilités de pêche et de port. Dans ce sens, la délégation sahraouie, en plus d'expliquer les problèmes et de dénoncer la situation à laquelle la population est soumise par le Front Polisario, a également montré l'avenir et les opportunités offertes par la région.