PUBLICIDAD

Iberdrola

Le câble sous-marin EllaLink reliera également le Maroc

Le projet lancé en 2015 commencera à fonctionner dans les prochains mois
Atalayar_Ella Link Marruecos

PHOTO/ARCHIVO  -   L'objectif du câble transatlantique EllaLink est de mettre en place un système de câble sous-marin de pointe entre l'Amérique latine et l'Europe

Le câble sous-marin transatlantique EllaLink a pour mission de mettre en œuvre et d'exploiter un système de câble sous-marin de pointe entre l'Amérique latine et l'Europe. Il fournit une base solide sur laquelle les opérateurs et les fournisseurs de contenu Internet peuvent développer des offres compétitives. Le Maroc va maintenant voir ce câble traverser le pays pour relier les principaux hubs de Sao Paulo, Rio de Janeiro et Fortaleza à ceux de Lisbonne, Madrid et Marseille.

Le câble devrait entrer en service au cours du prochain trimestre et supporter un trafic de données de plus de 100 Tbps, notamment entre le Brésil et le Portugal, 30 Tbps entre le Portugal et Madère, et 40 Tbps entre le Portugal et le Maroc.

EllaLink prévoit également de relier le Maroc, Madère, le Cap-Vert, la Mauritanie, la Guyane et les îles Canaries. Le câble sous-marin, long de quelque 6 000 km, a coûté 150 millions d'euros, dont 25 millions ont été financés par la Banque européenne d'investissement (BEI).

La société affirme que le câble atteindra "un niveau de connectivité internationale sans précédent" et permettra de réduire de 50 % les temps de latence dans les communautés entre les pays bénéficiant du projet.

Le projet a été lancé en 2015 sous la direction de la société espagnole IslaLink et de la société brésilienne Telebras. En 2017, Alcatel Submarine Networks s'est vu confier la construction des câbles sous-marins et, en 2018, le fonds d'investissement paneuropéen Margueritte II est devenu le sponsor du projet. En 2019, la prospection sous-marine a été achevée et la fabrication des câbles a commencé.

D'autres entreprises telles que la banque d'affaires et d'investissement Natixis, la société Subsea Networks, spécialisée dans l'étude, la conception et l'installation de routes maritimes, l'opérateur public de télécommunications de Madère Emacom, la société de télécommunications du Cap-Vert CVTelecom et BELLA, une société chargée de connecter les besoins en matière d'éducation et de recherche entre l'Amérique latine et l'Europe, sont d'autres entreprises qui font partie du projet.

Le premier réseau câblé reliant l'Amérique latine et l'Europe remonte à 2000, lorsque le câble Atlantis-2 a relié l'Argentine et le Portugal. En 2018, un autre câble transatlantique a été annoncé par Hemisphere Cable Company (HCC) qui reliera la ville brésilienne de Fortaleza aux îles Canaries et à Seixal, tout en ayant des connexions supplémentaires au Cap-Vert, à Casablanca et à Madère.

La première reliant le Maroc à l'Europe a été construite en 2012 grâce à une subvention de Maroc Telecom. Le câble du Loukkos, long de 187 km, relie la ville côtière marocaine d'Asilah et la ville espagnole de Rota.

EllaLink bénéficiera des innovations de la technologie ICE6 d'Infinera et de sa gestion intelligente de l'énergie, qui apportent des performances de pointe, indique la société dans un communiqué de presse.

"L'implémentation de la solution 800G d'Infinera sur le nouveau réseau d'EllaLink offrira une expérience réseau supérieure à ses clients lors de leurs connexions entre l'Europe et l'Amérique Latine," explique Nick Walden, senior vice président des ventes mondiales chez Infinera. "La solution optique ouverte d'Infinera va permettre à EllaLink de proposer des services nouveaux et différenciés, contribuant ainsi à garantir à ses clients le plus haut niveau de service," conclut-il.

À l'avenir, le réseau devrait être connecté aux États-Unis, à d'autres pays d'Europe, d'Asie, d'Afrique et du Moyen-Orient.