Le changement climatique menace la santé et la sécurité alimentaire en Afrique

Le réchauffement climatique fait peser des menaces croissantes sur l'Afrique, avec de graves conséquences pour la sécurité alimentaire, l'économie et la santé du continent
nundación en el área administrativa de Greater Pibor en el sur de Sudán, el viernes 4 de septiembre de 2020.

PHOTO/TETIANA GAVIUK/MEDECINS SANS FRONTIERES  -   nundación en el área administrativa de Greater Pibor en el sur de Sudán, el viernes 4 de septiembre de 2020.

Selon un rapport d'une quinzaine d'organisations, coordonné par l'Organisation météorologique mondiale (OMM), la hausse des températures, l'élévation du niveau de la mer, la modification du régime des précipitations et l'augmentation du nombre de phénomènes météorologiques extrêmes font peser de graves menaces sur la santé, la sécurité alimentaire et le développement socio-économique en Afrique.

Le continent africain, qui abrite 17 % de la population mondiale, n'est responsable que d'environ 3,5 % des émissions de CO2. Bien que l'Afrique contribue très peu à la crise climatique, le rapport indique que le PIB global du continent diminuerait de 2 à 12 % par an en raison de ces conséquences climatiques.  

Le réchauffement climatique fait peser des menaces croissantes sur l'Afrique, avec de graves conséquences pour la sécurité alimentaire, l'économie et la santé du continent. « Les sécheresses, la hausse des températures, les inondations et même une invasion fréquente de criquets, ainsi que la persistance de maladies telles que le paludisme, les conséquences du changement climatique qui frappent très durement l'Afrique, et le pire est encore à venir pour la sécurité alimentaire, l'économie et la santé du continent », a averti l'agence météorologique des Nations unies.

 Ganaderos recogiendo agua de un pozo para el ganado en Pitsane, en el sur de Botswana
PHOTO/AFP- Distribución de agua por la organización benéfica "Gift of the Givers" 

Dans les pays touchés par la sécheresse, le nombre de personnes sous-alimentées a augmenté de 45,6 % depuis 2012, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). « Certains pays, notamment en Afrique de l'Est, sont rapidement passés de la sécheresse aux inondations et n'étaient pas préparés à faire face à ces catastrophes », déclare Omar Baddour, coordinateur du rapport et du Système mondial de surveillance du climat de l'OMM. Cette situation perdure jusqu'en 2020, lorsque de fortes pluies ont dévasté la ceinture sahélienne, tandis que le Maroc et l'Afrique australe sont touchés par la sécheresse. 

« Le changement climatique a un impact croissant sur le continent africain, frappant plus durement les plus vulnérables et contribuant à l'insécurité alimentaire, aux déplacements de population et à la pression sur les ressources en eau », a déclaré le Secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas. 

Chozas están sumergidas en las aguas de una planicie de inundación en el asentamiento informal de Danoon, cerca de Ciudad del Cabo (Sudáfrica), el martes 14 de julio de 2020
PHOTO/AP-Chozas están sumergidas en las aguas de una planicie de inundación en el asentamiento informal de Danoon, cerca de Ciudad del Cabo (Sudáfrica), el martes 14 de julio de 2020

Cela augmentera les déplacements de population. Selon les données de l'Organisation internationale pour les migrations et du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, 60 % de tous les déplacements internes dans la région de l'Est et de la Corne de l'Afrique en 2019 étaient dus à des catastrophes liées au climat.

Comment la faim est utilisée comme une arme de guerre en Afrique 

Fuir pour sauver sa vie est une réaction humaine primaire à la violence. Lorsque des personnes sont massivement déplacées, elles le font souvent de manière soudaine, avec leurs vêtements, abandonnant leurs maisons et leurs moyens de subsistance. Lorsqu'ils parviennent à atteindre un camp de réfugiés, ils dépendent de l'aide humanitaire pour survivre. Ils sont souvent entassés dans des endroits sans accès à l'eau potable et où les conditions d'hygiène et d'assainissement sont mauvaises, ce qui favorise la propagation des maladies et des épidémies. Lorsque cette situation se prolonge dans le temps, elle crée souvent des tensions avec la population d'accueil.

Presa municipal seca de Graaff-Reinet, Sudáfrica
PHOTO/AFP-Campo de cultivos en un pueblo cerca de Lubango en Angola el 16 de febrero de 2020. -

Dans une guerre, il est courant que les gens fuient sans avoir le temps de récolter leurs cultures, ou qu'ils manquent les périodes de plantation. Ils abandonnent ou perdent leurs animaux et leurs outils de travail. Souvent, les parties au conflit utilisent les cultures comme tactique militaire en appliquant une politique de « terre brûlée » ou en pratiquant assidûment le vol de bétail. L'une des premières cibles militaires dans une guerre est les voies de communication, interrompant ainsi l'approvisionnement de populations entières. Les agriculteurs sont également incapables de commercialiser leurs produits dans des environnements menacés par la violence. Il est courant que les guerres déclenchent l'inflation. Les conflits armés réduisent le PIB d'un pays de 17,5 % en moyenne. La hausse des prix des denrées alimentaires et des produits de base a, à son tour, allumé la mèche de nombreux conflits actuels.

Bien que dans de nombreux endroits, les écoles fonctionnent comme un espace sûr et un lieu de protection, il est courant que les enfants cessent de venir si les routes pour s'y rendre ne sont pas sûres. Trop souvent, les réseaux d'approvisionnement en eau sont parmi les premiers à être attaqués. Parfois, ce sont les parties au conflit elles-mêmes qui utilisent les écoles et les hôpitaux à des fins militaires, en faisant ainsi des cibles et en utilisant les enfants et les malades comme boucliers humains. L'une des conséquences immédiates du stress post-traumatique consécutif à une évasion ou à un épisode de violence est l'interruption de l'allaitement, condamnant des milliers d'enfants de moins de six mois à la malnutrition. Dans le contexte de la guerre, même dans les camps de réfugiés, les cas de violence sexiste ou de violence domestique sont également en augmentation. En moyenne, les personnes déplacées passent plus de 17 ans dans des camps de réfugiés.

Ganaderos recogiendo agua de un pozo para el ganado en Pitsane, en el sur de Botswana
PHOTO/AFP-Ganaderos recogiendo agua de un pozo para el ganado en Pitsane, en el sur de Botswana

Les organisations humanitaires doivent s'assurer de l'intégrité de leurs professionnels pour garantir l'aide. Cela est de plus en plus difficile dans les guerres, où l'aide est non seulement entravée ou ralentie, mais devient souvent une cible militaire directe. En 2016, 101 professionnels de l'humanitaire ont perdu la vie suite à des attaques directes dans des conflits. D'autre part, les conflits les plus médiatisés monopolisent l'aide des donateurs internationaux, reléguant les autres crises aux oubliettes. 

Presa municipal seca de Graaff-Reinet, Sudáfrica
PHOTO/ REUTERS-Presa municipal seca de Graaff-Reinet, Sudáfrica 

Il est difficile de considérer un sac de riz comme un élément mortel. Ou des bidons d'eau comme des grenades en attente d'être activés. La guerre, cependant, a beaucoup à voir avec la nourriture. Ou plutôt, l'absence de celle-ci. La faim est à la fois une cause et une conséquence des combats et, en bref, elle provoque une spirale inséparable de malnutrition et de violence. L'ordre habituel du cercle vicieux commence par l'éclatement de la violence, qui provoque le déplacement de la population. Vient ensuite la destruction des cultures et des marchés ou d'autres moyens de communication. Jusqu'à ce que des milliers de personnes soient privées de nourriture. Et si nous ajoutons à tout cela les conséquences du changement climatique, les résultats peuvent être dévastateurs pour l'Afrique.  ​​​​​​​