Le chef de Boko Haram meurt après s'être fait exploser lors d'affrontements avec l'État islamique au Nigeria

Le chef aurait été tué dans une embuscade présumée dans le nord-ouest du Nigeria par l'État islamique de la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP), selon les médias locaux
Atalayar_Boko Haram

AP PHOTO/JOSSY OLA  -   Un groupe d'hommes identifiés par la police nigériane comme étant des combattants de Boko Haram et des leaders extrémistes au Nigeria

Le chef du groupe djihadiste nigérian Boko Haram, Abubakar Shekau, serait mort après des affrontements entre le groupe terroriste et sa faction rivale, l'État islamique de la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP), comme l'a rapporté l'armée aux médias locaux.

L'incident s'est produit après une embuscade tendue par l'ISWAP autour de la forêt de Sambisa, où Boko Haram s'était retranché dans l'État de Borno, selon le site Web HumAngle. L'ISWAP aurait réussi à pénétrer dans le "triangle de Tombouctou" où Shekau a été blessé et enlevé par le groupe avec plusieurs de ses gardes du corps.

Selon un haut gradé de l'armée nigériane qui s'est confié à EFE, la confrontation entre les deux s'est avérée être "un combat difficile entre les deux groupes. D'après ce que nous savons, les combattants de l'ISWAP, qui avaient envahi le bastion de Boko Haram dans la forêt de Sambisa, ont maîtrisé Shekau et ses hommes."

Atalayar_Boko Haram
PHOTO/REUTERS  -   Convoi de l'armée nigériane, Bama, État de Borno

Après son enlèvement, des sources nigérianes rapportent que l'ISWAP aurait forcé le chef du groupe à prêter serment d'allégeance à l'État islamique d'Afrique de l'Ouest lors d'une réunion au cours de laquelle une négociation devait avoir lieu, mais Shekau a répondu en s'immolant après avoir secrètement porté un gilet explosif sous ses vêtements. Toutes les personnes présentes auraient été tuées. Pour l'instant, on ne sait pas si de hauts responsables de l'ISWAP étaient parmi eux.

Shekau est le chef de Boko Haram depuis 2009, après la mort de Mohamed Yusuf en garde à vue. Depuis le début de son mandat, Shekau a mené des attaques indiscriminées contre des civils et des attaques contre des enfants. À cet égard, la mort du leader a fait l'objet de rumeurs à quatre reprises entre juillet 2009 et août 2015. Un an plus tard, l'armée nigériane a déclaré que Shekau avait été gravement blessé dans un attentat à la bombe, mais le groupe terroriste a publié un mois après les événements une vidéo du leader en parfaite santé.

Les affrontements entre l'ISWAP et Boko Haram se répètent depuis des années, mais ces derniers mois, les hostilités entre les deux groupes sont devenues plus agressives et continues. Depuis la séparation de l'ISWAP de Boko Haram il y a cinq ans, des dizaines de combattants de l'ISWAP ont été tués dans les batailles contre Boko Haram. Cependant, l'ISWAP a réussi à survivre en battant plusieurs sous-groupes de Boko Haram et en absorbant d'autres.

Atalayar_Boko Haram
ACLED- Répartition des incidents violents entre Boko Haram (faction de Shekau) et ISWAP (faction de Barnawi)

Boko Haram a réussi à contrôler de grandes parties du Nigeria et le groupe a tenté de créer une sorte de califat dans certaines parties du Borno. Cependant, une offensive militaire conjointe menée par les troupes nigérianes, camerounaises et tchadiennes a réussi à leur arracher ces zones et à leur rendre une tranquillité intermittente. Selon l'ONU, plus de 35 000 personnes sont mortes aux mains du groupe terroriste et près de deux millions de personnes ont été déplacées par les offensives du groupe contre la population.

Selon une étude de l'International Crisis Group, "des affrontements occasionnels se produisent encore, notamment lorsque les assaillants de Shekau cherchent à voler et à enlever des civils dans les zones contrôlées par l'ISWAP sur les rives nigérianes du lac Tchad, ainsi que dans la zone de gouvernement local de Konduga au Nigeria, et que les unités de l'ISWAP tentent de se défendre contre eux".

La scission de l'ISWAP est due à des affrontements et des désaccords constants sur l'usage excessif de la force par Boko Haram sur les désignations takfir (infidèles) après avoir perpétré de multiples meurtres et massacres à leur encontre. Depuis sa scission, l'ISWAP s'est affilié aux rangs de l'État islamique et est responsable de la violence croissante dans le nord du pays, ainsi que des affrontements entre Boko Haram.Boko Haram est le groupe qui a mené le plus d'attaques dans la région du Sahel, étant responsable de plus de 40% d'entre elles. D'autre part, ISWAP arriverait en troisième position avec environ 20% des attaques. Cependant, elles n'ont pas toutes été commises autour du lac Tchad. Au niveau mondial, ils se classent respectivement au quatrième et au cinquième rang.