Le chef de l'OTAN se dit "préoccupé" par le comportement de la Turquie

Stoltenberg admet qu'un effort accru de l'UE en matière de défense profite à l'OTAN
El Secretario General de la OTAN, Jens Stoltenberg AFP/JOHANNA GERON

AFP/JOHANNA GERON  -   El Secretario General de la OTAN, Jens Stoltenberg

Le secrétaire général de l'OTAN, le Norvégien Jens Stoltenberg, s'est dit lundi "préoccupé" par le comportement de la Turquie et les violations des droits démocratiques dans le pays, une semaine avant une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'alliance.

"Je suis très préoccupé par les divergences d'opinion (entre alliés) en Méditerranée orientale, par la décision de la Turquie d'acheter le système russe de défense antimissile S400 et par les violations des droits démocratiques en Turquie", a-t-il déclaré lors d'une vidéoconférence avec les membres de la sous-commission sécurité et défense du Parlement européen.

"L'OTAN compte 30 alliés différents, avec des géographies différentes, des coalitions de gouvernement différentes", a-t-il noté. "L'OTAN est une plateforme de discussion et son rôle est de réduire les tensions. Mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a aucune raison de ne pas s'inquiéter", a-t-il insisté.

Jusqu'à présent, Stoltenberg avait minimisé les problèmes soulevés par le comportement d'Ankara.

"La Turquie est un allié important qui joue un rôle clé dans la lutte contre Daesh, qui a subi un nombre important d'attaques terroristes et qui accueille plusieurs millions de réfugiés", avait-il déclaré dans son compte rendu de la réunion des ministres de la Défense de l'OTAN du 17 février.

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a reconnu lundi que les mesures prises par l'Union européenne ces dernières années en matière de défense sont bénéfiques pour la sécurité transatlantique.

"Une Union européenne qui dépense plus pour la défense, investit dans de nouvelles capacités et réduit la fragmentation de l'industrie européenne de la défense n'est pas seulement bonne pour la sécurité européenne, mais aussi pour la sécurité transatlantique", a déclaré l'homme politique norvégien lors d'un débat conjoint de la commission des affaires étrangères du Parlement européen et de la sous-commission de la sécurité et de la défense.

El Secretario de Defensa de los Estados Unidos, Lloyd Austin AFP/SAUL LOEB
AFP/SAUL LOEB-Secrétaire à la Défense des États-Unis, Lloyd Austin

Il a insisté pour saluer les efforts de l'UE en matière de défense, "y compris la participation la plus complète possible des alliés non membres de l'UE à la PESCO et au Fonds européen de défense, dans notre intérêt mutuel".

Lors de la précédente présidence de Donald Trump aux États-Unis, marquée par l'isolationnisme et l'unilatéralisme, le club communautaire a dynamisé son action dans le domaine de la défense et lancé des initiatives telles que la Coopération structurée permanente en matière de défense (PESCO), avec laquelle les États membres qui le souhaitent (l'Espagne et 24 autres pays) collaborent à des projets militaires communautaires.

Les pays extérieurs à l'Union européenne qui souhaitent participer à des projets militaires promus par des États de l'UE désireux de collaborer davantage dans le domaine de la défense doivent remplir des conditions telles que partager des valeurs avec l'UE, apporter une valeur ajoutée et avoir un accord pour partager des données classifiées.

Tout en saluant les initiatives des Vingt-sept, M. Stoltenberg a souligné que les pays de l'UE ne contribuent qu'à hauteur de 20 % aux dépenses de défense de l'OTAN.

"Il est donc évident que le lien transatlantique fort au sein de l'OTAN reste la pierre angulaire de la sécurité de l'Europe, aujourd'hui et à l'avenir", a-t-il déclaré.

En outre, il a estimé que l'Union et l'Alliance "peuvent et doivent intensifier leur coopération dans des domaines clés", parmi lesquels il a cité la mobilité militaire, le développement de nouvelles technologies, la résilience, la lutte contre le changement climatique ou la protection de l'ordre international fondé sur des règles.

"Nous avons beaucoup de choses en commun. Et dans un monde plus compétitif, nous pouvons faire plus ensemble que seuls", a déclaré le secrétaire général qui, en tout cas, a souligné la collaboration entre l'UE et l'Alliance dans des domaines tels que la mobilité militaire, la migration irrégulière dans la mer Égée, la cyberdéfense et dans des pays comme la Bosnie-Herzégovine, la Tunisie, l'Irak et l'Afghanistan.

Malgré la pandémie, il a déclaré que l'OTAN continue de veiller à ce que la crise sanitaire ne devienne pas une crise de sécurité et a souligné qu'avec le coronavirus, les menaces pour l'Alliance "n'ont pas disparu".

El presidente turco Tayyip Erdogan PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS-El président turc Tayyip Erdogan

En ce sens, il a souligné que les tendances et les tensions déjà existantes "se sont accélérées", comme le comportement "déstabilisateur" de la Russie, le terrorisme, les cyberattaques, les technologies perturbatrices, la montée de la Chine ou le changement climatique.

"Aucun pays ou continent ne peut faire face seul à ces défis. Pas l'Europe seule, pas l'Amérique seule, mais l'Europe et l'Amérique du Nord ensemble", a-t-il déclaré, avant d'évoquer l'opportunité d'ouvrir "un nouveau chapitre" dans les relations transatlantiques et de saluer l'engagement du président américain Joe Biden en faveur du renforcement de l'OTAN.

D'autre part, il a salué la prolongation du traité New START, qui limite le nombre d'armes nucléaires stratégiques, mais a déclaré que cette prolongation doit être "le début d'efforts renouvelés pour aborder le contrôle des armements" qui incluent la Chine.

Il a également admis qu'il ne voyait pas de "menace imminente" d'attaque militaire de la part de la Russie ou de la Chine contre les pays de l'OTAN, même s'il estime que cela s'explique notamment par le principe de défense collective de l'OTAN, selon lequel si un allié est attaqué, tous les partenaires de l'OTAN doivent réagir.