Le Club des exportateurs propose des réformes structurelles pour renforcer l'impact du secteur étranger

Se référant au plan de redressement, de transformation et de résilience
En referencia al Plan de Recuperación, Transformación y Resiliencia

 -  

Le Club des exportateurs et investisseurs espagnols a exprimé son regret au gouvernement pour le fait que le Plan national de relance, de transformation et de résilience, " indispensable pour continuer à renforcer l'activité internationale de notre tissu productif ", consacre peu d'attention à l'internationalisation et ne prévoit l'attribution au secteur que de 0,3 % des fonds prévus, soit seulement 200 millions d'euros sur les 70 000 millions que l'on espère injecter dans le chapitre de l'investissement et de la transformation productive. 

Antonio Bonet, président du Club des exportateurs et des investisseurs, rappelle que le secteur étranger a traditionnellement été le moteur de la reprise lors de différentes crises économiques, et attribue la relative stagnation du secteur des exportations espagnoles davantage à des problèmes structurels qu'à des questions cycliques. C'est pourquoi il estime que le programme de réforme économique qui accompagnera la mise en œuvre du plan de relance national "peut constituer un stimulant important pour que les exportations retrouvent leur dynamisme". 

Afin de contribuer à améliorer l'impact du Plan de relance national dans le secteur extérieur, le Club des exportateurs propose au gouvernement une série de mesures structurelles qui mettent l'accent à la fois sur la fiscalité des entreprises et sur les investissements. 

Ne pas pénaliser fiscalement l'activité

Dans le domaine fiscal, le Club des exportateurs appelle à promouvoir la compétitivité extérieure des entreprises espagnoles par une fiscalité qui ne pénalise pas leur activité et à réduire leurs coûts, notamment les cotisations de sécurité sociale. En ce sens, elle souligne que "l'augmentation de l'imposition des revenus obtenus par les filiales à l'étranger décourage clairement la présence de nos entreprises sur les marchés cibles".

L'organisation, qui regroupe des entreprises espagnoles internationalisées, insiste également sur la nécessité de profiter de l'opportunité que représente le plan de relance national pour faciliter la croissance des petites entreprises afin de les convertir en entreprises de taille moyenne. À cette fin, il demande de favoriser fiscalement la fusion des PME et de modifier les règles fiscales et réglementaires du travail qui découragent la croissance des entreprises. Concrètement, elle demande de relever le seuil de chiffre d'affaires de 6 à 20 millions d'euros afin que les déclarations fiscales soient mensuelles et non plus trimestrielles.

Il propose également des incitations fiscales pour les investissements des entreprises dans la R+D+i et la valorisation de la marque, ainsi que des réformes juridiques visant à rationaliser l'octroi des aides publiques au financement des exportations, et à faciliter la prise en charge des risques au nom de l'État dans les pays où les concurrents des entreprises espagnoles disposent de plus de fonds. 

Promouvoir la diversification des marchés

En ce qui concerne les fonds à allouer à la mise en œuvre du plan de relance, de transformation et de résilience, le Club des exportateurs juge " positives et nécessaires " les mesures envisagées pour l'amélioration du capital humain pour l'internationalisation, auxquelles sont destinées 50 % des ressources allouées à l'internationalisation. Toutefois, il recommande de promouvoir la diversification des marchés par le biais d'investissements en matière d'information, de promotion, d'image et de présence institutionnelle dans les régions où les entreprises espagnoles ont une pénétration marginale, à savoir l'Afrique subsaharienne et l'ANASE, ainsi que dans des pays comme les États-Unis, le Japon ou la Chine, où les exportations représentent une proportion relativement faible par rapport aux importations en provenance de ces pays. 

Par ailleurs, en tant que soutien aux entreprises exportatrices, le Club des exportateurs propose un accompagnement et un soutien individualisés aux PME ayant des projets ambitieux de croissance de leur activité internationale. Par rapport à cet aspect, note que les 7,5 millions d'euros prévus "ne semblent pas permettre une activité ambitieuse", et considère comme "nécessaire et positif" que les entreprises qui demandent un financement du plan, "acquièrent des engagements d'exportation pour élargir la base des entreprises exportatrices".

Enfin, le Club juge insuffisants les fonds initialement prévus pour le financement non remboursable des études de faisabilité des projets dans les pays en développement, qui ne s'élèvent qu'à 50 millions sur trois ans. 

À propos du Club des exportateurs et investisseurs espagnols

Le Club des exportateurs et investisseurs espagnols est une association d'entreprises multisectorielle dont l'objectif est de représenter et de défendre les intérêts des entreprises espagnoles ayant une activité internationale. Le chiffre d'affaires mondial des membres du Club est équivalent à 20 % du PIB de l'Espagne. Elles comptent environ 800 000 employés et leurs investissements à l'étranger représentent 40 % du stock d'investissements espagnols à l'étranger.