PUBLICIDAD

Iberdrola

Le commerce du gaz kurde, la face B du bombardement d'Erbil par l'Iran

Les projets d'exportation de gaz naturel kurde vers le reste de l'Irak, la Turquie et l'Europe pourraient être la principale cause du bombardement d'Erbil par l'Iran
atalayar-building-destroyed-region-kurdistan-iraqi-attack-iran-erbil

REUTERS/AZAD LASHKARI  -   Vue d'un bâtiment endommagé après des frappes de missiles à Erbil, en Irak, le 13 mars 2022

Le 13 mars, après presque deux ans sans attaques directes entre Téhéran et Washington, les Gardiens de la révolution islamique iranienne (IRGC) ont affirmé avoir lancé une douzaine de missiles qui pourraient mettre fin à la trêve. L'offensive a été menée avec "douze missiles balistiques tirés sur un quartier d'Erbil [capitale de la région autonome du Kurdistan] et visant le consulat américain", a dénoncé l'unité anti-terroriste kurde, qui a fait deux blessés et de nombreux dégâts matériels. 

Les autorités perses ont rejeté ces accusations, soulignant que l'attentat ne visait pas les installations diplomatiques américaines - qui n'étaient pas encore pourvues en personnel - mais un "centre stratégique des conspirations sionistes" de l'agence de renseignement israélienne, le Mossad. Il s'agissait d'une réponse aux attaques menées par Tel Aviv sur le territoire syrien, au cours desquelles quatre personnes ont été tuées, dont deux membres des gardiens de la révolution.

atalayar-mapa-kurdistan-iraqui-erbil
PHOTO/MAP - L'Iran a revendiqué la responsabilité d'un barrage de missiles qui a frappé près d'un vaste complexe consulaire américain dans la ville d'Irbil, dans le nord de l'Irak, affirmant qu'il s'agissait de représailles à une frappe israélienne en Syrie qui a tué deux membres de ses Gardiens de la révolution

Toutefois, les récentes déclarations faites par des responsables turcs, irakiens et américains - sous couvert d'anonymat - à l'agence de presse Reuters ont mis en lumière la possibilité que les intérêts iraniens dans cette attaque aillent au-delà de la vengeance et d'une démonstration de force sur le sol irakien.

Lors du bombardement, l'un des sites les plus lourdement endommagés était les villas de Baz Karim Al-Barzanji, un homme d'affaires kurde spécialisé dans l'énergie qui possède la société Kar Oil Group et qui travaillerait au développement d'un pipeline pour exporter du gaz naturel vers le reste de l'Irak, l'Europe et la Turquie. En fait, la plupart des missiles ont frappé cet endroit particulier. Selon des responsables irakiens, "deux réunions ont eu lieu récemment entre des responsables israéliens et américains et des spécialistes de l'énergie dans le village pour discuter de l'envoi de gaz du Kurdistan vers la Turquie par un nouveau gazoduc". 

atalayar-ataque-erbil-edificio-destruido-kurdistan
BUREAU DE PRESSE DU PREMIER MINISTRE IRAKIEN via REUTERS - Le Premier ministre irakien, Mustafa Al-Kadhimi, inspecte le site d'un bâtiment endommagé, un jour après un tir de missile, à Erbil, en Irak, le 14 mars 2022

Une situation qui aurait alarmé Téhéran, car ses projets d'exportation de gaz vers l'Irak et la Turquie seraient sérieusement menacés par la production de gaz au Kurdistan irakien. Et, pour ne rien arranger, tout cela en plein milieu de négociations pour tenter de relancer le pacte nucléaire de 2015, qui n'ont toujours pas porté leurs fruits, et de sanctions internationales, qui continuent d'extorquer l'économie perse. 

En outre, le risque de pénurie énergétique imminente en Europe - causé par les sanctions contre le pétrole et le gaz russes - a rapproché Israël et la Turquie, historiquement antagonistes. Ces dernières années, les deux puissances ont cherché à renforcer leur coopération sur les questions énergétiques, comme en témoigne la déclaration d'Erdogan, le mois dernier, selon laquelle Ankara et Tel-Aviv pourraient collaborer pour transporter le gaz israélien vers l'Europe.  

atalayar-campo-petrolifero-kurdistan-iraqui
REUTERS/AZAD LASHKARI - Champ pétrolier de Taq Taq à Arbil, dans la région du Kurdistan irakien

"Le timing de l'attaque à Erbil est très intéressant", ont expliqué des responsables turcs à Reuters. "Il semble avoir visé davantage les exportations énergétiques du nord de l'Irak et une éventuelle coopération qui inclurait Israël" que la réaffirmation de son pouvoir sur le territoire et le défi direct à Washington. D'une manière générale, tous les responsables ont convenu que l'attaque envoyait un message multiple à tous les alliés des États-Unis dans la région. 

Le Kar Oil Group de l'homme d'affaires Baz Karim Al-Barzanji gère, avec la société russe Rosneft, un tiers de l'un des principaux oléoducs nationaux de la région. Et, selon des sources américaines, Al-Barzanji serait en train d'accélérer un projet de pipeline qui se raccordera à une ligne déjà achevée du côté turc de la frontière. 

"Des pourparlers ont eu lieu pour l'exportation de gaz naturel du nord de l'Irak et nous savons que l'Irak, les États-Unis et Israël étaient impliqués dans le processus", a déclaré l'un des responsables ottomans. "Et la Turquie soutient cela."

atalayar-presidente-kurdistan-iraqui-nechirvan-barzani
PHOTO/REUTERS - Le président de la région du Kurdistan irakien, Nechirvan Barzani, s'exprime lors d'une conférence de presse alors que les Irakiens se rendent aux urnes pour les élections législatives, à Erbil, en Irak, le 10 octobre 2021

Toutefois, le bureau de Nechirvan Barzani, président de la région autonome du Kurdistan, a nié que de telles réunions avec des représentants américains et israéliens aient eu lieu, niant même qu'ils se trouvent sur le territoire. Mais les analystes internationaux n'écartent pas la véracité de ces déclarations, estimant que cette position pourrait être motivée par la crainte des conséquences politiques pour le Bloc sadriste chiite et l'Alliance souveraine sunnite - tous deux opposés au rapprochement avec Washington - en pleine élection d'un nouveau président. 

Le potentiel kurde

Dans le même ordre d'idées, les déclarations faites lundi par le Premier ministre du Kurdistan irakien, Masrour Bargzani, soutiendraient l'intérêt d'Erbil à compenser une partie des pénuries d'énergie auxquelles l'Europe est actuellement confrontée. Plus précisément dans le secteur pétrolier. "Nous, au Kurdistan, avons maintenant la capacité de combler au moins une partie du déficit pétrolier en Europe, si nos partenaires à Bagdad sont prêts à travailler avec nous", a posté Bargzani sur son compte Twitter officiel. 

atalayar-primer-ministro-kurdistan-iraqui-masrour-barzani
PHOTO/REUTERS - Masrour Barzani, Premier ministre de la région du Kurdistan

Concernant les exportations de gaz, le Premier ministre a déclaré que le nord de l'Irak pourrait devenir "un exportateur net de gaz vers le reste de l'Irak, la Turquie et l'Europe dans un avenir proche". Le Kurdistan "deviendra bientôt une importante source d'énergie et contribuera à satisfaire la demande mondiale", a-t-il ajouté.

Masrour Bargzani a également fait remarquer que la région produit et exporte environ un demi-million de barils de pétrole brut par jour, et 500 millions de mètres cubes de gaz naturel, et qu'elle a "le potentiel d'accroître ces deux volumes".