Le commerce mondial se redresse au troisième trimestre, bien qu'il soit encore négatif

À l'exception de la Chine, l'activité commerciale est restée négative au troisième trimestre. Toutefois, un rapport de la CNUCED souligne que cet important secteur économique commence à se redresser au milieu de la crise provoquée par la pandémie du COVID
Contenedores Miami

PHOTO/ Unsplash/Jared Sanders  -   Conteneurs de fret dans un port de Miami aux États-Unis

Malgré des signes de reprise au cours du troisième trimestre de cette année, la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) prévoit une baisse de 7 à 9 % de la valeur du commerce mondial en 2020 par rapport à l'année précédente. 

Selon les données de sa dernière étude, qui comprend des tendances et des prévisions à court terme pour le commerce mondial, l'activité commerciale chutera d'environ 5 % au troisième trimestre de cette année, ce qui constitue une amélioration par rapport à la baisse de 19 % en glissement annuel du deuxième trimestre, mais montre encore des résultats « insuffisants » pour sortir du rouge.  

Les premières projections de l'étude fixent la croissance annuelle pour le quatrième trimestre à -3 % ; toutefois, la CNUCED met en garde contre les « incertitudes » de ce chiffre dues à l'évolution de la pandémie de coronavirus et à son effet sur l'économie. 

La Chine montre des signes de reprise

Le rapport souligne également une reprise remarquable du commerce par le géant asiatique. Après les chutes qu'elle a connues pendant les premiers mois de la pandémie, les exportations se sont stabilisées au cours du deuxième trimestre 2020 et ont fortement rebondi au cours du troisième trimestre avec des taux de croissance de près de 10 % par rapport à l'année dernière. 

Un examen des importations chinoises indique qu'elles se sont stabilisées en juillet et août et ont augmenté de 13 % en septembre, contrairement à d'autres grandes économies. 

Autres tendances commerciales notables 

Les exportations des pays en développement ont été plus performantes que celles des pays développés. En glissement annuel, la croissance des premiers s'est améliorée, passant de –18 % au deuxième trimestre à -6 % en juillet, tandis que celle des seconds est passée de –22 % à -14 %.

La chute du commerce international au cours du deuxième trimestre a touché toutes les régions, la plus forte baisse ayant été enregistrée en Asie occidentale et méridionale, où les importations ont chuté de 35 % et les exportations de 41 %. Depuis juillet, la baisse des échanges commerciaux reste importante dans la plupart des régions, à l'exception de l'Asie de l'Est. 

Le volume du commerce international dans les secteurs de l'énergie et de l'automobile reste sensiblement inférieur aux niveaux de 2019. Cependant, la demande accrue d'équipements de bureau à domicile et d'équipements de protection individuelle a généré des taux de croissance élevés du commerce dans les secteurs des communications, des équipements de bureau, du textile et de l'habillement. 

Impact du COVID-19 sur le commerce mondial

L'étude consacre également une section aux fournitures médicales liées au COVID-19 telles que les équipements de protection individuelle, les produits de désinfection, les tests de diagnostic, les respirateurs et autres matériels liés à la maladie. 

Depuis avril dernier, le commerce de fournitures médicales a augmenté de plus de 50 % en moyenne, principalement au profit des citoyens des pays riches. 

Depuis le début de la pandémie, chaque résident des pays à revenu élevé a gagné en moyenne 10 dollars supplémentaires par mois grâce aux importations de produits liés au COVID-19, contre seulement 1 dollar pour les personnes vivant dans les pays à revenu moyen et 10 cents seulement pour les personnes des pays à faible revenu.