Le compte à rebours pour quitter l'Afghanistan commence

Les dernières heures à Kaboul sous la menace d'une nouvelle attaque rendent difficile le départ de l'Afghanistan 
Empieza la cuenta atrás para salir de Afganistán

 -  

Les pays du monde entier se précipitent dans les dernières heures avant la date limite fixée par les États-Unis et les Talibans pour le départ de tous les étrangers. Plusieurs pays ont déjà annoncé qu'ils ne seront pas en mesure d'évacuer tout le personnel, principalement des collaborateurs afghans. Alors que la situation en Afghanistan se précise, les troupes internationales poursuivent leur évacuation avec l'intention d'achever leur retrait pour le 31 août, date limite imposée par les talibans. 

Les insurgés rejettent catégoriquement la proposition de prolonger le délai et ont interdit aux Afghans de se déplacer et de séjourner à proximité de l'aéroport. Toutefois, ils affirment qu'ils autoriseront le passage des vols commerciaux après le 31 août. Pendant ce temps, l'Afghanistan a été plongé dans le chaos suite au shutdown complet, qui a entraîné la fermeture des banques et des magasins. Les femmes et les collaborateurs du gouvernement qui n'ont pas pu quitter le pays restent enfermés dans leurs maisons. Arriver à l'aérodrome est une odyssée pleine de risques que la plupart des Afghans ne peuvent supporter.

Empieza la cuenta atrás para salir de Afganistán

Près de 1 000 civils attendent à l'aéroport de la capitale afghane de pouvoir s'envoler vers d'autres pays avant que les forces américaines ne quittent définitivement l'aérodrome, la date limite du 31 août qu'elles se sont imposée se rapprochant de plus en plus. Les forces américaines et alliées ont secouru quelque 113 500 personnes ces dernières semaines, mais des dizaines de milliers d'Afghans qui souhaitent quitter le pays devront y rester. Quelles options resteront pour ceux qui ne peuvent pas quitter le pays d'ici le 31 août ? Les Afghans qui ont collaboré avec l'Occident et qui vivent dans les provinces rurales de l'Afghanistan sont laissés pour compte et n'ont pas d'autre choix. Pour eux, il ne restera qu'une seule option : fuir par la route et franchir les postes frontières contrôlés par les talibans.

Jour après jour, les évacuations deviennent de plus en plus compliquées, des milliers de personnes se pressent à l'entrée de l'aéroport avec le seul espoir de pouvoir quitter le pays, alors que les talibans ont annoncé que seuls les étrangers seraient autorisés à accéder à l'aéroport. Les talibans se disent prêts à reprendre l'aéroport avec l'aide de la Turquie et du Qatar, les seules forces étrangères qui assureront le fonctionnement de l'aéroport après le départ des membres de l'OTAN. Pendant ce temps, les pays du monde entier ont dû avancer les plans d'évacuation de leurs ressortissants alors que la capitale tombe aux mains des insurgés dans un laps de temps qu'aucune nation ou agence de renseignement n'avait prévu.  L'histoire semble se répéter en Afghanistan. Vingt ans plus tard, l'Afghanistan est à nouveau confronté aux mêmes défis. 

Empieza la cuenta atrás para salir de Afganistán

Depuis que le groupe d'insurgés a pénétré dans Kaboul, plus de 113 000 Afghans ont réussi à fuir le pays dans des avions affrétés par les États-Unis et leurs alliés, avec l'intervention notable de l'Espagne. Pendant ce temps, des dizaines de milliers de personnes attendent toujours aux abords de l'aéroport international de Kaboul, espérant un miracle, alors que les tensions s'exacerbent avec les dernières attaques terroristes, menées par la branche afghane de la province de Daesh Khorasan (ISIS-K), l'une des factions les plus dangereuses qui ont combattu les forces de l'OTAN au cours des deux dernières décennies, ainsi que les talibans contre lesquels ils se sont disputés des territoires, notamment dans l'est de l'Afghanistan.

Les États-Unis sont en état d'alerte depuis jeudi, date à laquelle un combattant de l'ISIS-K a fait exploser un gilet explosif à l'une des portes d'accès de l'aéroport, où des milliers de personnes se pressaient dans l'espoir d'embarquer sur un vol militaire américain. Depuis lors, le Pentagone a déclaré qu'il disposait d'informations crédibles sur des projets de groupes radicaux visant à attaquer ses soldats, que ce soit au moyen d'une voiture piégée, de roquettes ou d'un attentat suicide.

Empieza la cuenta atrás para salir de Afganistán

Ce climat de menace a obligé Washington à mettre en marche ses mécanismes. Le commandement militaire américain a informé le président Joe Biden qu'il est "hautement probable" qu'une nouvelle attaque soit perpétrée à Kaboul dans les 24 à 36 prochaines heures. Le président a qualifié la situation sur le terrain d'"extrêmement dangereuse", car le risque de répétition d'une attaque similaire à celle qui a tué près de 200 Afghans et 13 militaires américains est "élevé". 

Comme s'il s'agissait de prédire ce qui allait se passer, une nouvelle attaque a eu lieu dimanche après que deux nouvelles explosions près de l'aéroport de Kaboul ont fait au moins six morts, l'une causée par une frappe de drone américain sur un véhicule transportant des membres présumés d'ISIS-k et l'autre par une roquette frappant une maison. Jusqu'à présent, les talibans n'ont pas fait état de leurs actions à la suite de l'attaque de l'aéroport, bien qu'ils aient assuré qu'ils arrêteraient les responsables. Toutefois, un haut responsable du bureau politique des Talibans a critiqué les attaques des forces américaines contre des cibles de l'ISIS-K à Kaboul, affirmant qu'elles ne font pas partie de l'accord de désengagement signé.

Depuis la prise de Kaboul, les Talibans ont mené une forte campagne médiatique à travers laquelle ils ont tenté d'envoyer un message de calme au public, ainsi qu'à la communauté internationale, en montrant un visage plus modéré. De nombreux analystes s'accordent à dire qu'il ne s'agit là que d'une stratégie visant à acquérir une légitimité internationale et à éviter d'être à nouveau isolés, comme cela s'est produit lors de l'émirat de 1996-2001, lorsqu'ils n'étaient reconnus que par le Pakistan, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Les pires prédictions pour l'Afghanistan indiquent que, malgré l'image renouvelée que les talibans veulent présenter à la communauté internationale, la réalité sur le terrain est très différente, et que lorsque les dernières troupes et le dernier personnel étrangers quitteront le pays, l'obscurité et le terrorisme reviendront.