PUBLICIDAD

Iberdrola

Le conflit entre le Kosovo et la Serbie se poursuit

La confrontation politique se poursuit entre Serbes et Kosovars
serbia-kosovo-albania

PHOTO/Caique Cesar das Dores  -   Des enfants avec le drapeau kosovar lors de la célébration du jour de l'indépendance (17 février 2021)

Les tensions entre le Kosovo et la Serbie sont revenues au premier plan de l'actualité des Balkans. À moins de deux semaines du sommet de l'UE avec les Balkans occidentaux, le principal conflit de la région a atteint son point culminant depuis des années. Le Kosovo a décidé de ne pas renouveler l'accord sur l'enregistrement des frontières et a donc commencé à obliger les voitures portant des plaques d'immatriculation serbes à les changer pour pouvoir entrer sur le territoire. C'est ce que fait la Serbie depuis plus de dix ans.

MNE, ALB, RKS, SB... on les lit partout sur la frontière terrestre de l'Albanie avec le Kosovo, comme sur celle-ci, sur celles des Balkans. Ce sont les acronymes marquant le pays où la voiture en question a été immatriculée. MNE, Monténégro ; ALB, Albanie ; RKS, République du Kosovo ; SB, Serbie... et ainsi de suite. Indiquant le pays et même la province d'où provient le véhicule. Passer d'un pays à l'autre est facile, tout dépend pour qui, et dans cette région il est normal que ses habitants circulent quotidiennement entre ses frontières. Cependant, malgré le fait que beaucoup doivent les franchir quotidiennement, les Balkans n'entretiennent pas tous de bonnes relations. Entre la Bulgarie et la Macédoine du Nord, par exemple, les bus se croisent rarement. Les mauvaises relations diplomatiques entre les deux pays affectent directement ces passages frontaliers et leurs passants.

serbia-kosovo-albania
PHOTO/Caique Cesar das Dores - Père et fille le jour de l'indépendance (17 février 2021)

Mais la Bulgarie et la Macédoine semblent être un jeu d'enfant par rapport aux tensions entre la Serbie et le Kosovo. Ce n'est pas un secret, mais plutôt l'un des principaux conflits en Europe. Depuis l'autoproclamation de l'indépendance du Kosovo, la Serbie est fermée à toute forme de reconnaissance de son voisin, qu'elle considère toujours comme faisant partie de son territoire. Toutefois, Pristina et Belgrade discutent, par intermittence, de la manière de normaliser leurs relations depuis 2006.

Dans ce contexte, les deux parties se sont rencontrées ces dernières années afin de répondre aux intérêts de l'autre, bien que certaines questions les maintiennent toujours en désaccord ; l'indépendance est la plus importante, mais pas la seule. L'influence de la Serbie sur les communautés serbes du Kosovo est une autre question litigieuse. Ainsi, les zones à majorité serbe du pays ne sont que partiellement intégrées et constituent une source potentielle de violence. Les Serbes élus au parlement du Kosovo et nommés à des postes gouvernementaux suivent ouvertement les ordres de Belgrade. C'est pourquoi, plus de dix ans après le conflit, les troupes de l'OTAN sont toujours déployées en divers points du pays, même si les affrontements entre les deux communautés se font de plus en plus rares. Lorsque vous rencontrez l'un des soldats de l'OTAN, l'ennui est évident. Avec un visage amusé, ils essaient de vous entraîner dans une conversation avec les carabiniers, des troupes italiennes en service officiel de l'OTAN, stationnées sur le pont de Mitrovica qui sépare les communautés serbe et albanaise.

Mitrovica est la ville la plus au nord du pays et l'une des nombreuses municipalités kosovares où les tensions intercommunautaires sont quotidiennes. Ici, un pont sépare les populations albanaise et serbe. La division est visible dès que vous traversez le pont ; lorsque vous passez du côté nord, le drapeau rouge avec l'aigle noir albanais disparaît, et le drapeau serbe apparaît à sa place.

serbia-kosovo-albania
 PHOTO/Caique Cesar das Dores - Femme dansant dans le centre de Pristina lors de la fête de l'indépendance (17 février 2021).

Des dinars au lieu d'euros, même si la monnaie officielle du Kosovo est cette dernière. On ne parle pas albanais et, lorsqu'on pose la question, la réponse est la même des deux côtés : "Nous n'avons pas l'habitude de traverser le pont", "Non, nous n'avons pas d'amis albanais/serbes". Mitrovica est le reflet de la division entre les deux parties du conflit, mais ce n'est pas le seul endroit où les communautés vivent séparément, ou où l'indépendance du Kosovo n'est pas validée.

Gracanica, à seulement 9 kilomètres de Pristina, est connue comme la municipalité serbe du Kosovo. Le drapeau serbe couronne sa mairie, 67,7% de sa population est serbe. Comme celle-ci, Leposavic, Ranilug, Partesh, Zubin Potok ou Zveçan. Toutes ces villes sont à majorité serbe. Selon le Minority Rights Group, environ 146 128 Serbes vivent au Kosovo, ce qui représente 7,8 % de la population totale et en fait la plus grande minorité du pays.

C'est pourquoi les tensions entre les deux parties ne se limitent pas à l'arène politique. La séparation entre les deux pays est le quotidien de la population ; la langue, la reconnaissance ou non du génocide, le passeport qu'ils détiennent et même les acronymes sur les plaques d'immatriculation de leurs voitures marquent leur vie quotidienne. Et ce sont ces acronymes qui ont ravivé les tensions entre la Serbie et le Kosovo cette semaine. Après des mois de réunions à Bruxelles, Belgrade et Pristina sont de nouveau à couteaux tirés suite au non-renouvellement par le Kosovo de l'accord d'enregistrement pour le transit des véhicules entre les deux pays.

Cet accord, en vigueur depuis plus de dix ans, limitait l'entrée en Serbie aux véhicules en provenance du Kosovo munis de plaques d'immatriculation KS, c'est-à-dire celles enregistrées sous l'administration de l'ONU du territoire, c'est-à-dire avant l'autoproclamation de l'indépendance. En revanche, ceux qui portent des plaques RKS, qui signifie République du Kosovo, doivent changer leurs plaques à la frontière et recevoir un document provisoire délivré par la partie serbe, ainsi que payer une taxe à cet effet. En revanche, les véhicules portant des plaques d'immatriculation serbes pouvaient entrer librement au Kosovo, sans formalités supplémentaires. Jusqu'à présent.

Depuis le 15 septembre, le jeune pays a décidé de ne pas renouveler l'accord. Le Kosovo a déclaré que l'accord était censé être temporaire et signifiait qu'il devait accepter deux types de plaques d'immatriculation, "l'une pour ses propres besoins et l'autre selon les préférences de la partie serbe", a expliqué Besnik Bislimi, le vice-premier ministre du pays, lors d'une session parlementaire.

serbia-kosovo-albania
PHOTO/Caique Cesar das Dores - Graffitis dans la partie serbe de la municipalité de Mitrovica

Suite au non-renouvellement de l'accord, le gouvernement kosovar a décidé de demander un traitement équivalent pour les voitures avec des plaques RKS, c'est-à-dire que les voitures avec des plaques serbes qui souhaitent entrer au Kosovo doivent les échanger contre des plaques kosovares temporaires, comme les conducteurs kosovars ont dû le faire au cours des deux dernières décennies. La présidente du Kosovo, Vjosa Osmani, a déclaré sur son compte Facebook officiel : " Cette décision garantit l'égalité de traitement et la libre circulation des citoyens des deux pays ".

Actuellement, seuls 2 147 véhicules au Kosovo ont des plaques d'immatriculation commençant par KS, ce qui représente seulement 1 % du nombre total de voitures dans le pays, a déclaré le vice-premier ministre, qui a également qualifié la question d'"artificielle", affirmant que seuls 74 des 2 147 voitures appartiennent à des Serbes de souche ; le reste appartient à des Albanais de souche qui, pour des raisons personnelles, se rendent très souvent en Serbie.

Les deux parties ont accepté, lors de pourparlers médiatisés par l'UE en 2016, de permettre la libre circulation entre les deux parties. Jusqu'à présent, seul le Kosovo s'était conformé à cet accord. Maintenant que l'accord a expiré, et selon les responsables kosovars, seuls les symboles kosovars appropriés sont valables sur le territoire, à savoir les plaques d'immatriculation portant les initiales RKS. Une décision avec laquelle Belgrade n'est pas d'accord, et pour laquelle elle entend sanctionner ce qu'elle considère toujours comme sa propre province, dont la frontière est considérée comme une frontière "administrative" et temporaire.

Cette décision a une fois de plus divisé les populations, "nous sommes heureux de cette décision, cela signifie que nous allons vraiment avoir la liberté de mouvement", explique Genta Limani, une jeune Albanaise kosovare vivant à Pristina, "nous en avons assez de toutes ces absurdités (faisant référence au fait que nous devons changer nos plaques d'immatriculation chaque fois que nous passons en Serbie)". Ce que dit la jeune femme est ce que l'on entend dans tout le pays, à la télévision et sur les médias sociaux, les Albanais du Kosovo considèrent ces mesures comme "justes". Il n'en va pas de même pour les Serbes du Kosovo.

serbia-kosovo-albania
PHOTO/Caique Cesar das Dores- Graffiti dans la partie serbe de la municipalité de Mitrovica où l'on peut lire "Le Kosovo est la Serbie, la Crimée est la Russie".

Ces derniers jours, ce ne sont pas tant des voitures que des manifestants qui se sont entassés aux frontières nord du plus jeune pays, bloquant les voies d'accès à ces frontières. La majorité serbe du nord du pays campe depuis plusieurs jours aux frontières de Jarinje et Brnjak, protestant contre ces nouvelles mesures, affirmant qu'elles sont discriminatoires envers la population serbe du Kosovo. Cette situation a contraint le gouvernement du Kosovo à envoyer des troupes d'urgence à la frontière pour contrôler la situation.

À la frontière de Jarinje même, Goran Rakic, chef de la Kosvo Srpska Lista, le parti politique serbe du Kosovo soutenu par Belgrade, a déclaré qu'il avait "informé l'envoyé spécial [de l'Union européenne pour le Kosovo], Miroslav Lajcak, et nous avons demandé l'aide de l'UE. Et je demande au président Vucic de réagir".

Et il l'a fait, le président serbe Aleksandar Vucic a convoqué une session d'urgence de son Conseil de sécurité nationale pour aborder la question, affirmant que les Serbes du Kosovo "ont subi l'une des pires journées" après ce qu'il a appelé "une attaque brutale" de la police du Kosovo, faisant référence aux attaques au gaz lacrymogène que les forces de police ont utilisées contre les manifestants aux postes frontières, rapportées par certains médias serbes, et a appelé les troupes de l'OTAN à protéger les Serbes. "Ils pensent que notre patience est infinie", a déclaré le président lors d'une conférence de presse à Belgrade, "nous saurons protéger notre pays, il n'y a aucun doute là-dessus".

serbia-kosovo-albania
PHOTO/Caique Cesar das Dores - Drapeau serbe accroché dans un magasin de la partie nord de Mitrovica correspondant à la zone serbe.

De son côté, le Premier ministre kosovar Albin Kurti insiste sur le fait que les nouvelles mesures "ne sont pas dirigées contre la communauté serbe", et que ces changements répondent à "un accord que la Serbie et l'Union européenne ont conclu", a-t-il assuré lors de la session parlementaire lundi à Pristina.

Cette nouvelle escalade des tensions dans le conflit entre les deux pays est parvenue jusqu'à Bruxelles, où le porte-parole de la Commission européenne, Peter Stano, a exhorté le Kosovo et la Serbie à "agir immédiatement, et sans délai, avec retenue et à s'abstenir de toute action unilatérale". "La liberté de circulation est l'une des pierres angulaires de l'Union européenne et, à ce titre, nous attendons du Kosovo et de la Serbie qu'ils encouragent la liberté de circulation dans la région", a-t-il déclaré à Bruxelles.

Les manifestations à la frontière s'éternisent depuis plus d'une semaine, et les tensions entre les deux parties ont forcé l'action.

Les tensions entre les deux parties ont forcé l'action. La Serbie a décidé ce week-end d'envoyer des troupes et des avions à la frontière avec le Kosovo, affirmant qu'elle ne permettrait pas "l'humiliation de la Serbie et de ses citoyens".

M. Vucic a également rencontré les ambassadeurs des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de l'Italie et de l'Allemagne, ainsi que le chef de la délégation de l'Allemagne et de l'Union européenne, pour discuter de la crise.

serbia-kosovo-albania
PHOTO/Caique Cesar das Dores - Voiture de carabiniers en mission officielle de l'OTAN au pont de Mitrovica qui sépare les zones albanaise et serbe.

Le Kosovo, pour sa part, a envoyé des forces spéciales à ces frontières pour travailler conjointement avec les forces officielles de l'OTAN qui ont effectué des exercices et des rotations prolongées ce week-end. En outre, le plus jeune pays bénéficie du soutien de son voisin, l'Albanie.

Le Premier ministre albanais Edi Rama a montré son soutien au Kosovo lors de sa visite à Pristina lundi, où il a qualifié les actions des troupes serbes à la frontière de "théâtre" et a souligné le "droit légitime de l'État du Kosovo" de demander aux gens d'échanger leurs plaques serbes contre des plaques kosovares lorsqu'ils traversent la frontière. Rama a conclu l'affaire en affirmant que "la position de l'Albanie, qui est claire, juste et inchangée, est claire, juste et inchangée, est que le Kosovo a raison. Arrêt complet".

Ce nouveau chapitre du conflit, le plus tendu depuis 2011, a contraint le haut représentant de l'UE, Josep Borrell, à déclarer aux dirigeants des deux parties, lors d'une conversation téléphonique, que toutes deux "sont pleinement responsables de tout risque pour la sécurité et le bien-être des communautés locales". "La Serbie et le Kosovo doivent sans condition désamorcer la situation sur le terrain en retirant immédiatement les unités de police spéciales et en démantelant les barrages routiers", a conclu M. Borrell dans un communiqué.

Il y a déjà eu plusieurs jours de manifestations aux frontières nord du pays, des troupes spéciales envoyées en raison de possibles tensions, et des déclarations croisées entre les deux parties. Ces nouvelles mesures mises en place par le gouvernement Osmani ont ravivé les différents points de vue qui existent sur la réalité du jeune pays des Balkans, comme l'explique Genta, "pour le reste du monde, ce genre de choses peut sembler petit, mais pour nous c'est beaucoup. Ce n'est pas que nous faisons quelque chose contre la Serbie, nous faisons quelque chose pour l'arrêter, pour montrer que nous n'allons plus sauter à travers des cerceaux".