PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Conseil souverain du Soudan rejette l'ingérence étrangère

Le Conseil souverain et les citoyens soudanais deviennent réticents à l'intervention des Nations unies, qui visent à mener à bien le processus de transition après le coup d'État d'octobre dernier
darfur-occidental-onu

AFP/ASHRAF SHAZLY  -   Personal de mantenimiento que forma parte de la misión de la ONU y la Unión Africana en Darfur (UNAMID) hace guardia

Début janvier, les Nations unies ont annoncé le lancement officiel d'une initiative de coopération pour des rencontres bilatérales afin de mener à bien le processus de transition dans le pays africain après la chute du régime d'Omar Al-Bashir et le coup d'État d'octobre. Cette initiative a été soutenue par le Conseil souverain du Soudan, ainsi que par les gouvernements des États-Unis, du Royaume-Uni, de l'Égypte, des Émirats arabes unis et de l'Arabie saoudite.

En revanche, le principal bloc d'opposition au Soudan, la coalition dite des Forces de la liberté et du changement (FFC), a accepté l'initiative de l'Organisation internationale, pour autant que l'objectif ultime soit de "rétablir la transition démocratique", ont-ils déclaré. Cependant, la proposition a été rejetée par le parti communiste ou le Congrès national.

manifestaciones-democracia-gobierno-sudan
PHOTO/ ARCHIVO - Démonstrations Soudan

Les Nations unies ont mené des consultations tout au long du mois sur le processus politique soudanais, qui "élargit la participation des groupes soudanais de différents États", selon une déclaration de la Mission intégrée d'assistance à la transition des Nations unies au Soudan (UNITAMS). L'envoyé spécial du secrétaire général pour le Soudan et chef de la mission intégrée de soutien à la transition des Nations unies au Soudan, Volker Peretz, a déclaré qu'il avait reçu la semaine dernière des représentants de la société civile et des groupes politiques dans le cadre des sessions de consultation facilitées par la mission sous l'égide des consultations sur un processus politique. Il a ajouté que "ces consultations continuent de fournir un espace aux parties prenantes soudanaises pour présenter des visions et des propositions sur la manière de faire avancer le processus de transition démocratique".

Le communiqué de la Mission des Nations unies pour le soutien transitoire au Soudan indique également que "la semaine dernière, il y a eu une série de sessions de consultation avec des représentants de divers groupes d'États extérieurs à Khartoum, notamment des représentants des comités de résistance du Darfour, des groupes de femmes du Darfour". Par ces consultations préliminaires, ils veulent guider et aider les Soudanais à la suite du coup d'État d'octobre dernier. 
 

hamdok-fattah-sudan
PHOTO/ Consejo Soberano de Transición de Sudán vía AP  - Le général Abdel Fattah Al-Burhan, au centre gauche, et le Premier ministre Abdalla Hamdok tiennent des documents lors d'une cérémonie visant à rétablir Hamdok, qui a été déposé par un coup d'État le mois dernier.

Ali al Sadiq, ministre des Affaires étrangères du Soudan, a présenté au Conseil souverain soudanais les activités de certaines des missions diplomatiques basées à Khartoum. Ils ont également souligné que nombre de ces activités violaient les règles diplomatiques et portaient atteinte à la souveraineté du pays. "La réunion a entendu une déclaration du ministre des Affaires étrangères en charge des relations étrangères et les activités de certaines missions diplomatiques résidant à Khartoum qui violent les règles diplomatiques et violent la souveraineté du pays", a déclaré l'agence de presse soudanaise SUNA citant Salma Abdul Jabbar Al-Mubarak, membre du Conseil de souveraineté transitoire et porte-parole du Conseil, dans un communiqué.

Outre l'annonce du Conseil souverain, une série de rassemblements devant le siège de l'UNITAMS à Khartoum a eu lieu cette semaine, plus précisément mercredi, à l'appel d'un nouveau mouvement appelé "Soudanais contre l'ingérence étrangère", auquel ont participé divers courants politiques et sociaux de chefs soufis et tribaux. Ozman Al-Bashir, porte-parole des manifestants, a manifesté son soutien au Soudan aux manifestants, mais a exprimé son rejet de l'ingérence étrangère et a appelé à l'expulsion de Volker Perthes, ainsi qu'à l'expulsion de plusieurs ambassadeurs occidentaux. 

manifestaciones-democracia-gobierno
PHOTO/ ARCHIVO - Démonstrations Soudan

Les manifestants étaient opposés à l'intervention de l'ONU et portaient des banderoles avec différents slogans tels que "respect de la souveraineté nationale" et "parce que nous sommes un pays souverain, nous rejetons votre ingérence dans nos affaires intérieures". Ils ont également manifesté leur rejet de Volker Perthes en tant qu'envoyé spécial de l'ONU pour l'intervention dans le pays avec des slogans tels que "nous ne voulons pas de toi Volker" et "n'interfère pas, Volker".

UNITAMS via Twitter a assuré que leur séjour sur le territoire est par un mandat exprès du Conseil de sécurité de l'ONU, a également défendu la liberté d'expression exercée par les manifestants et a déclaré qu'ils ont offert de commencer à négocier avec la délégation des manifestants, mais ils ont refusé.