PUBLICIDAD

Iberdrola

Le coronavirus frappe le secteur touristique en Égypte

Le pays commençait à se remettre de la crise sécuritaire qui a fait fuir les touristes européens après la Révolution en 2011 et les attentats de 2015
Des touristes se promènent dans une ruelle de bazar du quartier islamique du Caire dans la capitale égyptienne le 13 mars 2020

AFP/AHMED HASAN  -   Des touristes se promènent dans une ruelle de bazar du quartier islamique du Caire dans la capitale égyptienne le 13 mars 2020

Le coronavirus a pris le relais de la relance du tourisme en Egypte. La peur des touristes européens due à l'instabilité politique et aux attaques terroristes de 2015 commençait à prendre fin. Le pays des pharaons a reçu jusqu'à 45,7 % de visiteurs étrangers en plus entre janvier et mai de l'année dernière, selon le rapport sur les perspectives du tourisme pour le deuxième trimestre, publié par Exceltur, l'organisation espagnole des entreprises du tourisme. Mais la propagation de la pandémie de COVID-19 est arrivée et les autorités ont décidé de suspendre les vols internationaux du 19 mars au 15 avril, avec 366 cas et 19 décès. Le flot d'annulations de voyages en provenance d'Europe a atteint presque 100 %.  

Il y a quelques mois, tout indiquait que le tourisme était en plein essor. « Par rapport à il y a trois ans, les recherches pour l'Égypte ont augmenté de 143 % », a expliqué Miguel Miranda, de l'équipe marketing du moteur de recherche de voyages Liligo, en octobre. « Les destinations concurrentes en Méditerranée orientale se redressent et ralentissent la croissance des destinations soleil et plage, en particulier sur les îles et le long de la côte espagnole », peut-on lire dans l'étude d'Exceltur.  

Turistas con mascarillas en la mezquita de al-Hussein, en el distrito islámico de El Cairo de la capital egipcia, el 13 de marzo de 2020
AFP/AHMED HASAN - Touristes portant des masques à la mosquée al-Hussein dans le quartier islamique du Caire, dans la capitale égyptienne, le 13 mars 2020

Depuis le déclenchement du printemps arabe en 2011, l'Égypte a subi un déclin du tourisme par rapport au record de 14,7 millions de visiteurs enregistré en 2009. Le redressement a commencé en 2016, lorsque les arrivées de touristes étrangers ont augmenté de 55 % pour atteindre 8,3 millions de touristes. En 2018, le nombre de touristes visitant le pays des pharaons était à nouveau supérieur à 11 millions et les autorités avaient des prévisions très optimistes pour 2019 et 2020. Rien qu'en février, quelque 900 000 personnes ont visité l'Égypte, soit 4 % de plus qu'en février de l'année précédente, selon les dernières données fournies par le ministère du tourisme et recueillies par l'agence Efe.  

Le tourisme s'est à nouveau effondré juste avant Pâques en raison de la propagation du coronavirus dans le pays, au plus fort de la haute saison du tourisme dans les sites archéologiques et historiques, avant que les températures ne s'élèvent. Les vacances de Pâques, ainsi que Noël, représentent entre 10 et 15 % du chiffre d'affaires annuel du secteur, selon Medhat Hammad, président de Promo Travel, dans des déclarations à l'agence Efe. « Pâques a été très bonne cette année et a tout perdu », se lamente Hammad. 

Los pasajeros, a bordo de un vuelo Egypt-Air con destino a El Cairo procedente de Luxor, en el sur de Egipto, el 13 de marzo de 2020
AFP/KHALED DESOUKI - Passagers à bord d'un vol Egypt-Air à destination du Caire en provenance de Louxor, dans le sud de l'Égypte, le 13 mars 2020

Plus de 11 % du PIB égyptien dépend du tourisme, c'est pourquoi les professionnels du secteur soulignent le coup qu'il portera à l'économie du pays. « L'économie de l'Égypte dépend essentiellement du tourisme et est totalement stoppée par les mesures gouvernementales. Toutes les réservations ont été annulées et tous les hôtels sont également fermés », explique Ihab, un guide égyptien qui organise des visites en espagnol pour les visiteurs hispanophones.  

« Cela a été dévastateur, comme dans le reste du monde, mais ici c'est le gagne-pain de beaucoup de familles. J'espère que la crise sanitaire passera quand elle le fera, sinon l'effondrement de l'économie sera tout aussi dévastateur que le virus », explique Marisa Lopez Chicote, une Espagnole vivant en Égypte et responsable du département événementiel du tour opérateur Galaxia Group, basé en Égypte et aux Émirats arabes unis.  

Turistas con mascarillas caminan por un callejón del bazar en el distrito islámico de El Cairo de la capital egipcia, el 13 de marzo de 2020
AFP/AHMED HASAN - Des touristes masqués se promènent dans une allée de bazar du quartier islamique du Caire, dans la capitale égyptienne, le 13 mars 2020

Les célèbres croisières sur le Nil ont également été frappées par le coronavirus. Les premiers cas de COVID-19 dans le pays ont été enregistrés sur l'un de ces navires naviguant entre les villes de Louxor et Assouan. Les autorités ont contrôlé au hasard les touristes et les employés de la région pour détecter une éventuelle infection. 

L'occupation de ces bateaux de croisière a chuté. En février, il était de 90 % et en mars, il avait chuté à 10 % en raison de l'annulation de vols et de réservations, selon l'agence Efe.  

Un trabajador sube el equipaje por las escaleras de un crucero del Nilo amarrado a la orilla del río en la ciudad sureña de Luxor, en Egipto, el 9 de marzo de 2020
PHOTO/AFP - Un travailleur porte ses bagages sur les marches d'un bateau de croisière sur le Nil amarré au bord du fleuve dans la ville de Louxor, au sud de l'Égypte, le 9 mars 2020  
Travaux de restauration 

Le complexe monumental des pyramides de Gizeh a également été fumigé à titre préventif dans les sites archéologiques et historiques du pays. « Nous profitons de la pause pour préparer le site pour le retour du tourisme, nous nettoyons tout et le restaurons », a expliqué le directeur général de la zone archéologique des pyramides, Ahraf Mohi, dans des déclarations recueillies par le journal El Mundo. Les murs des temples d'Abou Simbel et de Karnak ont également été désinfectés, ainsi qu'une grande partie des complexes hôteliers du pays, a annoncé le gouvernement lui-même le 18 mars.  

Les travaux de construction du Grand Musée égyptien et les travaux de ses ateliers de restauration n'ont pas non plus cessé ces jours-ci, bien qu'ils fonctionnent à moitié au gaz en raison des mesures préventives contre le coronavirus, ce qui a obligé à reporter l'ouverture de l'immense complexe qui exposera le trésor de Toutankhamon. Le ministre des Antiquités et du Tourisme, Khaled Al Anani, a expliqué que les travaux ne s'arrêtent pas et que l'ouverture du nouveau complexe a été reportée à 2021 - ce qui devait en principe avoir lieu fin 2020 - lors d'une visite des installations le 13 avril.  

Un guía de camellos conduce a los turistas en la meseta de las pirámides de Giza, el 13 de marzo de 2020
PHOTO/AFP - Un guide à dos de chameau conduit les touristes sur le plateau des pyramides de Gizeh le 13 mars 2020

Jusqu'à 1 700 travailleurs, 300 ingénieurs et des représentants de 33 entreprises égyptiennes travaillent pour effectuer au moins 50 % du travail quotidien, a expliqué le ministère des Antiquités et du Tourisme dans un communiqué. Début avril, les autorités avaient déjà avancé que l'inauguration du Grand Musée égyptien, qui sera le plus grand musée d'archéologie au monde avec une superficie de 480 000 mètres carrés, et d'autres projets nationaux, devraient être reportés à 2021 en raison de l'expansion de la COVID-19.