Le coronavirus provoque une chute du trafic aérien dans les pays du Conseil du Golfe et du sud de la Méditerranée

L'IATA demande une aide pour éviter la faillite des compagnies aériennes en raison de l'effondrement des réserves de billets et de la perte de 7,2 milliards de dollars en moins de deux mois
Le directeur général et chef de l'IATA appelle à des mesures urgentes pour sauver la crise et à une contribution des compagnies aériennes à la reprise de l'économie après la défaite de COVID-19

PHOTO/IATA  -   Le directeur général et chef de l'IATA appelle à des mesures urgentes pour sauver la crise et à une contribution des compagnies aériennes à la reprise de l'économie après la défaite de COVID-19

L'Association internationale du transport aérien (IATA) a alerté les gouvernements des pays du Golfe et du sud de la Méditerranée sur l'urgence de mettre en place des mesures de soutien à la survie des compagnies aériennes face à l'évaporation de la demande de billets d'avion provoquée par l'expansion galopante de COVID-19 dans le monde. 

Dans les six pays qui composent le Conseil de coopération des États arabes du Golfe - Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar, Arabie saoudite et Émirats arabes unis - et les cinq pays africains membres de l'IATA sur la rive sud de la Méditerranée - Maroc, Tunisie, Égypte, Jordanie et Liban - pas moins de 16 000 vols passagers ont été annulés pour la seule période de fin janvier à mi-mars.

L'IATA - qui compte 290 compagnies aériennes dans le monde - a estimé que les interdictions et les restrictions de vol ont obligé les compagnies aériennes à suspendre les liaisons entre les aéroports des pays arabes et d'Afrique du Nord et le reste du monde. Les transporteurs qui desservent les pays du Proche-Orient voient le taux d'occupation des vols chuter - à 60 % et plus - sur les lignes encore en service, jour après jour.  

Los comercios de las grandes terminales aeroportuarias sufren las consecuencias de una drástica disminución de transeúntes
PHOTO/Jeddah Airport - Les boutiques des grands terminaux de l'aéroport subissent les conséquences d'une baisse drastique du nombre de passagers    

Le résultat est que leurs revenus s'effondrent malgré des mesures draconiennes de réduction des coûts, des millions d'emplois sont en jeu et les compagnies aériennes cherchent à sauver leur situation afin de « contribuer à la reprise mondiale une fois COVID-19 battu », affirme Alexandre de Juniac, directeur général et directeur général de l'IATA.

L'Association estime que la contribution économique du tissu industriel et de services liés au transport aérien de passagers et de marchandises dans les pays du Moyen-Orient est de 130 milliards, génère environ 2,4 millions d'emplois et contribue à 4,4 % du PIB de la région. Pour ces raisons convaincantes, le vice-président régional de l'IATA pour l'Afrique et le Moyen-Orient, Muhammad Al Bakri, estime que les chaînes d'approvisionnement doivent « continuer à fonctionner et à assurer la connectivité avec le tourisme et le commerce pour alimenter une reprise rapide de la croissance économique ».

Ce qui est grave, c'est que le nombre d'annulations continue d'augmenter de manière exponentielle en raison des mesures de restriction de la circulation des personnes qui sont progressivement mises en œuvre par les gouvernements des pays de la zone et des pays de destination. L'ampleur de la baisse du nombre de passagers et les limites imposées par de nombreux pays ont été telles que la compagnie aérienne Emirates, par la bouche de son dirigeant, Ahmed bin Saeed Al Maktoum, a décidé de suspendre tous ses vols commerciaux de passagers et de réduire les salaires du personnel de la compagnie afin de ne pas provoquer de licenciements et de revenir solidement sur le marché une fois la crise passée.  

Emirates ha decidido suspender todos sus vuelos de pasajeros a partir del 25 de marzo y recortar los salarios del personal de la compañía para no provocar despidos
PHOTO/EMIRATES - Emirates a décidé de suspendre tous les vols de passagers à partir du 25 mars et de réduire les salaires du personnel de la compagnie afin de ne pas provoquer de licenciements
Peu de réservations mais beaucoup d'annulations et de remboursements 

À ce jour, les réservations de billets pour les vols internationaux au Proche-Orient pour les mois de mars et avril ont diminué de 40 % par rapport à l'année précédente, un pourcentage qui s'élève pour l'instant à 30 % dans le cas des réservations fermes pour les mois de mai et juin.

Au niveau des vols intérieurs, les réservations ont diminué d'environ 20 % pour les mois de mars et avril, et tombent à 40 % pour les mois de mai et juin. En outre, les remboursements pour les retours de billets ont augmenté de 75 % du 1er février au 11 mars 2020, par rapport à la même période en 2019. La somme de la baisse des réserves dans les deux scénarios représente un effondrement des recettes de 7,2 milliards de dollars jusqu'au 11 mars 2020. 

Par pays, l'IATA a calculé que les déséquilibres COVID-19 dans le scénario dit de « propagation généralisée » affecteraient très directement l'Arabie saoudite, avec 15,7 millions de passagers ne prenant plus l'avion.

La IATA prevé que compañía de bandera de Bahrein, Gulf Air, sufrirá un descenso de 1,1 millones de pasajeros cuando acaba de cumplir su 70 aniversario
PHOTO/GULF AIR - L'IATA prévoit que le transporteur national de Bahreïn, Gulf Air, subira une baisse de 1,1 million de passagers alors qu'il vient de célébrer son 70e anniversaire  

Cela signifierait une perte de revenus de 3,1 milliards de dollars US qui mettrait en péril environ 140 300 emplois dans tout le pays, tant dans ses compagnies aériennes - Saudia, SaudiGulf, Flynas, Flyadeal, Nesma - que dans ses quelque 30 aéroports, sept internationaux, cinq régionaux et 15 pour les vols intérieurs. 

L'impact est un peu moins important dans les Émirats arabes unis. Les compagnies aériennes opérant dans le pays, et en particulier les grandes compagnies nationales comme Emirates et Ethiyad - mais aussi Air Arabia, Flydubai et d'autres - vont perdre environ 13,6 millions de voyageurs et ne rapporteront plus 2,8 milliards de dollars, mettant en péril une grande partie des 163 000 emplois dans ses nombreux aéroports.

Le troisième pays touché par le déclin des vols dans la région est le Qatar, où quelque 2,3 millions de passagers seront dissipés, 746 millions de dollars seront perdus et quelque 33 200 emplois seront touchés, en particulier à Qatar Airways et dans ses trois aéroports internationaux. 
 
Le Koweït, Oman et Bahreïn figurent également sur la liste des personnes touchées. Dans le cas du Koweït, le scénario envisagé par l'IATA attribue au pays des pertes de quelque 2,9 millions de passagers, avec des conséquences économiques de 547 millions de dollars. Environ 19 800 emplois sont menacés, essentiellement au sein de la compagnie aérienne d'État Kuwait Airways et de l'aéroport international de Farwaniya, à 15,5 kilomètres au sud de la capitale koweïtienne.

Todas las aerolíneas y aeropuertos del Cercano Oriente aplican a rajatabla las medidas de desinfección frente al COVID-19 que aconseja la Organización Mundial de la Salud
PHOTO/MEA - Toutes les compagnies aériennes et les aéroports du Proche-Orient appliquent strictement les mesures de désinfection contre COVID-19 recommandées par l'Organisation mondiale de la santé
Une compagnie aérienne descend du Maroc vers la Jordanie  

En ce qui concerne Oman, l'impact de COVID-19 affectera un déficit de 2 millions de passants, avec un manque de revenus d'environ 328 millions de dollars. Elle mettra en danger quelque 36 700 personnes dans ses aéroports internationaux de Mascate et de Salalah, principalement chez sa compagnie aérienne Oman Air et ses sous-traitants.  

Le moins touché est l'État insulaire de Bahreïn, qui ne fait que 760 kilomètres carrés, soit une superficie légèrement supérieure à celle occupée par la capitale Madrid. Son trafic aérien va subir une baisse de 1,1 million de passagers, un manque à gagner de 204 millions de dollars et environ 5 100 emplois seront en danger, tant à l'aéroport international de Muharraq, à environ 7 kilomètres au nord-est de la capitale, Manama. C'est là que se trouve la base d'opérations de Gulf Air, le transporteur national qui a récemment célébré son 70e anniversaire.

En seis países del Golfo y cinco de la ribera Sur del Mediterráneo se han cancelado 16.000 vuelos de pasajeros desde finales de enero hasta mediados de marzo
PHOTO/Reuters-Stephen Kalin - 16 000 vols de passagers ont été annulés entre fin janvier et mi-mars dans six pays du Golfe et cinq pays de la rive sud de la Méditerranée

Parmi les pays du sud du bassin méditerranéen, l'Égypte est sans doute le plus touché. Les analystes de l'IATA estiment à 6,3 millions la baisse du nombre de passagers, ce qui signifie qu'un milliard de dollars va disparaître, affectant ses nombreuses compagnies aériennes - EgyptAir, Nile Air, AMC Airlines, etc. - et les emplois des 138 000 salariés générés par ses compagnies aériennes et les douze aéroports internationaux du pays. 

Les répercussions pour le Maroc ne se sont pas fait attendre et provoqueront un effondrement de 4,9 millions de passagers et une chute de 728 millions de dollars, ce qui aura un impact négatif sur les 225 000 emplois directs et indirects qui se trouvent autour des plus de 20 aéroports et de la demi-douzaine de compagnies aériennes du pays, dont la compagnie nationale Royal Air Maroc et les compagnies à bas prix.

Las aerolíneas del Cercano Oriente observan día tras día el descenso en más del 60% de la ocupación en las rutas que permanecen en servicio
PHOTO/OMAN AIR - Les compagnies aériennes du Proche-Orient constatent jour après jour la diminution de plus de 60 % de l'occupation sur les lignes qui restent en service

Le carrefour que représente le Liban en subit également les conséquences. Le pays des cèdres verra la disparition de 1,9 million de passagers et subira un trou économique de 365 millions de dollars, affectant une bonne partie des 51 700 emplois. Les plus touchés seront les compagnies turques et européennes opérant dans le pays, ainsi que MEA, la plus importante compagnie aérienne libanaise.

Les deux pays où l'incidence est la plus faible sont la Tunisie et la Jordanie. Dans le premier cas, l'IATA estime que le coronavirus entraînera la perte de 2,2 millions de passagers et un déficit de 297 millions de dollars. En Jordanie, dont les principales attractions touristiques sont la ville de Petra, Aqaba et la mer Morte, la baisse sera de 1,6 million à 645 000 passagers, ce qui entraînera une baisse des recettes de 118,5 à 302,8 millions de dollars. La baisse du trafic aérien met en danger au moins 6 100 personnes dans tout le pays.