PUBLICIDAD

Iberdrola

Le coronavirus renforce la quarantaine sur la liberté d'expression au Venezuela

L'origine des arrestations se trouve dans une loi controversée sur la haine, qui n'a pas été approuvée par le Parlement mais par l'Assemblée nationale constituante
Des piétons et des voyageurs portant des masques faciaux au milieu de la propagation du nouveau coronavirus marchent sur un trottoir où des bus s'arrêtent à Caracas, au Venezuela, le lundi 1er juin 2020.020

AP/ARIANA CUBILLOS  -   Des piétons et des voyageurs portant des masques faciaux au milieu de la propagation du nouveau coronavirus marchent sur un trottoir où des bus s'arrêtent à Caracas, au Venezuela, le lundi 1er juin 2020.020

Le 21 mars, le journaliste vénézuélien Darvinson Rojas a commencé son étrange épreuve en étant arrêté avec ses parents. L'accusation, l'incitation à la haine. Le crime, la propagation des chiffres des personnes infectées par le COVID-19, un exemple de plus de la façon dont la pandémie a accru le siège de la liberté d'expression.  

« J'ai été détenu pendant douze jours, j'ai été accusé des crimes d'incitation à la haine et d'instigation publique simplement pour avoir donné des informations sur le COVID-19 au Venezuela, en particulier des données fournies par des sources officielles, des maires et des gouverneurs », a déclaré Rojas, 26 ans, à Efe.  

Il ne l'a pas fait dans un média, mais par le biais de son compte Twitter, où il a diffusé les données fournies par le gouverneur de l'État central de Miranda, Héctor Rodríguez, et le maire de Los Salias, José Fernández, qui, selon lui, contredisent celles fournies par le gouvernement.  

À la recherche du COVID-19 

La plus grande surprise lorsque des officiers des forces d'action spéciales de la police (FAES) se sont présentés au domicile de sa famille a été qu'ils prétendaient rechercher un suspect d'être infecté par le COVID-19.  ​​​​​​​

Après avoir signalé l'affaire sur ses réseaux sociaux, il a ouvert la porte aux responsables de la FAES, qui sont entrés chez lui et ont arrêté Rojas, dont il a été confirmé quelques heures plus tard qu'il était recherché pour avoir diffusé des informations sur la pandémie. Pendant ce temps, ils ont pris « les ordinateurs, les téléphones et les tablettes » du journaliste et de sa famille.

« Cette arrestation est réalisée simplement en donnant des données du COVID-19 dans l'État de Miranda, des chiffres qui, selon le ministère public, ont été faussement publiés pour susciter l'anxiété de la population et déstabiliser le gouvernement de Nicolás Maduro », explique Rojas, qui est encore surpris par l'émoi suscité par certaines données qu'il a obtenues de sources publiques, locales et régionales. Après son affaire, les arrestations de journalistes se sont multipliées.  

Mais cette fois, il ne s'agissait pas seulement des travailleurs des médias. L'escalade de la pression a conduit à l'arrestation de 21 personnes depuis le début de la pandémie, dont des médecins qui ont rendu compte sur leurs réseaux sociaux de la situation réelle à laquelle ils sont confrontés, selon l'ONG Espacio Público.

Une loi « contre la haine »

L'origine de ces arrestations se trouve dans une loi controversée contre la haine, qui n'a pas été approuvée par le Parlement mais par l'Assemblée nationale constituante (ANC), un organe composé uniquement de Chavistas qui a de facto assumé toutes les tâches législatives.  

Cette loi a été dénoncée par de nombreuses organisations qui défendent la liberté d'expression et le droit à l'information, une alerte qui a été réitérée par le directeur de l'Espacio Público, Carlos Correa, pour qui cette loi « a des sanctions très générales, c'est-à-dire qu'elle criminalise la haine de manière très générale et prévoit des peines très sévères de 10 à 20 ans ».  

« C'est une règle très sévère qui punit plus que le code pénal ne le fait pour un homicide. Il s'agit d'une règle vague et imprécise, avec des sanctions très fortes qui sont prises de manière récurrente et très forte », explique Correa à l'Efe.  

Malgré le fait que la loi sur la haine ait été approuvée en 2017, elle n'a commencé à être utilisée qu'au début de la pandémie. Ainsi, pour Correa, le COVID-19 sert de prétexte à « l'augmentation des cas de persécution criminelle » contre les journalistes et les citoyens qui reproduisent des informations critiques à l'égard du gouvernement.  

AP/ARIANA CUBILLOS - Un hombre es sometido a una prueba rápida para el nuevo coronavirus en una carpa instalada en la entrada de un hospital en Caracas, Venezuela, el miércoles 15 de abril de 2020
AP/ARIANA CUBILLOS - Un homme subit un test rapide pour le nouveau coronavirus dans une tente installée à l'entrée d'un hôpital à Caracas, au Venezuela, le mercredi 15 avril 2020

« Les journalistes, mais aussi les médecins, les dirigeants syndicaux sont persécutés pour leurs (publications sur) les réseaux sociaux, y compris Whatsapp. Il y a des cas où des personnes ont été persécutées pour des choses qu'elles ont publiées dans leur état de Whatsapp », a-t-il déclaré. « le COVID-19 permet un exercice plus arbitraire du pouvoir », ajoute-t-il lorsqu'on lui demande pourquoi cette loi est maintenant utilisée.  

La peur comme symptôme

Tout cela a généré une atmosphère de peur de publier sur les réseaux sociaux, mais aussi de faire un travail journalistique, une peur qui grandit lorsque les autorités, avec le président Nicolas Maduro à leur tête, utilisent la plateforme donnée par les chaînes publiques et les diffuseurs pour attaquer les reporters et les médias.  

Ces attaques, sans aucun droit de réponse, sont répétées par les travailleurs des médias publics qui consacrent des espaces entiers à la critique du travail des journalistes au Venezuela.  Pour Correa, toutes ces attaques constituent un « discours critique illégitime par rapport aux médias » car il ne s'agit pas de dire « je n'aime pas le travail que vous faites ».  

« C'est dire que vous êtes un traître et que vous êtes contre l'État vénézuélien, contre le pays, cela vous place comme un ennemi et cela a une corrélation plus tard quand les journalistes sont dans la rue ». Ce qui est dit par la plus haute autorité (à la police), c'est que « ces messieurs sont des ennemis et vous pouvez faire ce que vous voulez », dit le directeur de l'Espacio Público.  

Les policiers et les journalistes reçoivent souvent l'ordre de déverrouiller leur téléphone afin de pouvoir consulter toutes sortes d'informations privées stockées sur leur ordinateur, des messages de WhatsApp aux affichages sur les réseaux sociaux, en passant par les e-mails - des informations qu'ils n'hésitent pas à photographier et à archiver sur leur propre téléphone. Tout cela se fait sans ordonnance judiciaire et à l'encontre des principes de l'inviolabilité des communications privées tels qu'ils sont énoncés dans la Constitution.  

La pression est palpable et peu d'équipes journalistiques ont échappé à la détention arbitraire dans les rues et à l'interrogatoire, comme cela est arrivé récemment à une équipe d'une agence internationale, par les responsables de FAES qui les accusent d'être « sordides », nom péjoratif de l'opposition, ou leur demandent directement qui ils « servent ».  

Les médecins sous les feux de la rampe  

Un autre cas documenté par Espacio Público est la persécution des médecins qui, en première ligne contre le COVID-19, « sont lourdement punis », explique Correa. Comparer les informations avec celles des travailleurs de la santé est une tâche presque impossible, mais la peur s'est également répandue parmi eux.

Une source médicale a déclaré à Efe, sous couvert d'anonymat, que les autorités menaçaient de les licencier si elles publiaient des informations sensibles sur la situation dans les hôpitaux. « Nous avons plusieurs cas de médecins qui ont été arrêtés juste pour avoir élevé leur voix en signe de protestation. Toute personne qui parle est mise en prison », a déclaré la source.  

La menace ne s'arrête pas là. Selon la source, ils sont également avertis que leurs titres seront révoqués s'ils démissionnent en raison de pressions ou des mauvaises conditions dans lesquelles ils disent devoir travailler. Un panorama dans lequel l'appel à la diffusion de la « haine » est le prétexte pour pouvoir augmenter la pression sur l'information.