Le déclin de l'armée de l'air turque

La Turquie tente d'être compétitive dans l'industrie militaire aérienne dans un contexte d'infériorité militaire manifeste, après avoir cessé de compter sur l'aide américaine
turquia-aire-ejercito-f16

PHOTO/Servicio de Prensa de la Presidencia vía AP  -   Le président turc Recep Tayyip Erdogan, depuis l'intérieur de son avion qui le transporte depuis la capitale Ankara, salue le pilote d'un avion de chasse F-16 de l'armée de l'air turque

Après l'exclusion de la Turquie du programme F-35 décrété par les États-Unis, le pays ottoman se retrouve dans une situation de nette infériorité par rapport à ses pays voisins. Washington a suspendu la vente d'avions F-35 à la Turquie après l'achat, par Ankara, du système antimissile russe S-400 en 2019 à la place des systèmes américains Patriot. Tout d'abord, les États-Unis ont imposé des sanctions à la Turquie, mais le pays ottoman n'a pas réagi. C'est alors que Washington a procédé à l'expulsion du programme, laissant la Turquie dans une situation délicate. Selon l'OTAN, ces missiles seraient incompatibles avec ses prémisses. En outre, depuis les États-Unis, on affirme que la Russie envoie ces missiles russes pour obtenir des détails classifiés sur les avions Lockheed Martin F-35 II, des avions qui ne serviront pas à l'armée turque après leur élimination du programme. 

ministro-turco-ejercito-f16
PHOTO/MURAT CETINMUHURDAR - Le président turc Recep Tayyip Erdogan pose pour une photo devant un drone dans une base aérienne militaire à Batman, en Turquie.

La Turquie possède actuellement des avions F-16, mais la vérité est que le pays ottoman n'a pas la capacité de moderniser ces modèles. Les Lockheed Martin F-16 Fighting Falcons sont des chasseurs multirôles dotés d'une puissance exceptionnelle. Toutefois, les États-Unis ont décidé de remplacer ces modèles jusqu'à l'arrêt définitif de leur service en 2025. Ils seront remplacés par la cinquième génération de Lockeed Martin F-35 Lighting II. Maintenant, avec l'expulsion de la Turquie du programme américain, Ankara se lance dans une course aux armements pour développer son propre chasseur, le TF-X (Turquish Force Experimental), un avion conçu pour un rôle air-air. Ce projet devrait voir le jour en 2023, coïncidant avec le centenaire de l'État turc, une prémisse ambitieuse étant donné que les États-Unis, qui disposent d'une technologie d'armement supérieure, espèrent pouvoir lancer leur nouveau F-35 II en 2025, soit deux ans avant la Turquie.  Selon Erdogan, "c'est la meilleure réponse à ceux qui menacent de mettre fin à la participation de la Turquie au programme F-35". 

f16-turquia-ejercito-aire
PHOTO/MINISTERIO DE DEFENSA DE TURQUÍA - Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, pose pour des photos devant un avion de chasse F-16 sur une base aérienne militaire dans la ville occidentale d'Eskisehir.

Cependant, la vérité est que le TF-X n'a pas la force de l'industrie aéronautique des grandes puissances et qu'en outre, il n'aura même pas le moindre soutien américain. Mais comment la Turquie en est-elle arrivée à cette substitution d'infériorité militaire dans le domaine aérien ? La raison remonte au 15 juillet 2016, lorsque des membres de l'armée turque se sont "prétendument" soulevés contre le gouvernement islamiste d'Erogan. On parle d'une perspective de supposition parce que malgré la longue histoire de l'armée turque comme protagoniste du renversement des gouvernements, comme les quatre coups d'État réussis exécutés entre 1960 et 1967, le soulèvement réalisé en 2016 en comparaison était anecdotique. Les soldats de l'armée ont tenté de bloquer les routes sur le pont du Bosphore à Istanbul, mais seulement dans un sens. Les vidéos et le contenu audiovisuel publiés par esdefensa.com montrent comment les soldats, équipés de chars Leopard, se rendaient systématiquement à la police et à la population civile.

Les sceptiques qualifient l'opération de fausse, car Erdogan a profité du "coup d'État" pour écraser les généraux non religieux de l'armée turque et a procédé à leur licenciement par des militaires alignés sur le parti d'Erdogan. Selon les analystes, ce "soulèvement" était l'excuse parfaite pour Erdogan pour prendre les choses en main et purger l'armée.

turquia-ministro-ejercito
AFP/ ADEM ALTAM - Le président turc Recep Tayyip Erdogan pose devant les 16 soldats représentant les 16 États turcs fondés dans l'histoire.

Le coup d'État a été démantelé en moins d'une heure et Erdogan a mis en œuvre une série de mesures impliquant l'expulsion de l'armée de nombreux officiers et sous-officiers de haut rang.

Cela a renforcé le gouvernement d'Erdogan et le Parti de la justice et du développement, abrégé en AKP, une force politique conservatrice et islamiste qui a emprisonné de nombreux journalistes. Selon Reporters sans frontières, plus de 200 journalistes et professionnels des médias ont été emprisonnés en Turquie depuis la tentative de coup d'État. Parallèlement, rien qu'en 2020, au moins 48 journalistes ont passé une journée en garde à vue pour avoir rendu compte du sort des réfugiés syriens, de la situation du COVID dans le pays ou pour avoir couvert la question kurde, entre autres raisons. 

f35-eeuu-ejercito-turquia-avion
REUTERS/EDDIE KEOGH - Un avion de chasse F-35B Lightning de la RAF survole la Manche pendant l'exercice "Point Blank".

De même, la Turquie a demandé l'aide du Pakistan, bien que l'armée pakistanaise vole également des F-16 et que cela constitue une violation des règles américaines en matière d'exportation d'armes. Selon les analystes, la Turquie souffre d'une grave pénurie de maréchaux de l'air après l'expulsion massive de ces derniers suite à la tentative de coup d'État de 2016. Elle continue également à travailler à la modernisation des F-16, des avions qui constitueraient actuellement l'épine dorsale du corps aérien.

Face à cette situation, la Turquie a commencé à mettre en œuvre des mesures in extremis. Selon un rapport du Conseil atlantique, "la Turquie a publié un décret menaçant 330 pilotes de leur retirer leur licence de pilote civil s'ils ne reviennent pas servir l'armée de l'air pendant quatre ans. Cette décision s'ajoute au rapprochement d'Erdogan avec la Russie, alors que l'aviation russe a directement combattu la Turquie dans la guerre civile syrienne. Lors d'une des visites d'Erdogan en Russie, le président turc accompagné de Poutine a examiné un chasseur Su-57, un nouveau chasseur d'attaque au sol. Ces visites révèlent qu'Erdogan pourrait déjà collaborer avec la Russie et sa puissante industrie aéronautique.

avion-turco-ejercito
AFP PHOTO / CROWN COPYRIGHT 2020 / MOD / LPhot BARRY SWAINSBURY - Personnel de la Royal Air Force (RAF) britannique et de l'armée de l'air turque déchargeant des équipements de protection individuelle (EPI) d'un avion A400M de l'armée de l'air turque.

La Turquie a signé un accord avec le fabricant de missiles franco-italien Eurosam pour développer un missile anti-aérien de longue portée. Dans le même ordre d'idées, l'analyste turc Verda Ozer affirme que la "réduction du nombre de pilotes de F-16 a créé la nécessité de développer notre défense aérienne". C'est la raison pour laquelle la Turquie aurait acheté le S-400. En ce sens, la Turquie aurait besoin de deux systèmes, le S-400 pour abattre les avions hostiles et l'arme Eurosam pour intercepter les missiles balistiques.

Ainsi, d'une part, l'armée de l'air turque se retrouverait sans les équipements aéronautiques des États-Unis, ce qui reviendrait à priver la Turquie d'importantes avancées technologiques. D'autre part, elle dispose des F-16 mais n'a pas la capacité suffisante pour les moderniser efficacement. En conséquence, elle s'est lancée dans la course à sa propre production de TF-X, des avions puissants qui ne sont pas compétitifs avec le reste des puissances militaires.

tx-ejercito-aire-turquia
AP/VADIM GHIRDA - Des avions de chasse NF-5 des Turkish Stars, l'équipe nationale turque de voltige aérienne, volent lors du salon international de l'aéronautique de Bucarest, ou BIAS 2018, à Bucarest, en Roumanie.

Le rapprochement de la Turquie avec la Russie laisse présager une future collaboration, car des rencontres ont eu lieu et le pays ottoman a besoin de renforts dans son industrie militaire. Au cours des prochains mois, nous verrons comment se présente le contexte militaire dans la région pour essayer de prédire quelle sera la prochaine stratégie de la Turquie pour s'imposer comme une puissance militaire compétitive par rapport au reste des forces des différents États.