PUBLICIDAD

Iberdrola

Le déploiement d'une mission de l'UE marque le début de la campagne électorale au Venezuela

Une "équipe centrale" de onze personnes se trouve au Venezuela et 34 autres observateurs la rejoindront ultérieurement
Assemblée nationale du Venezuela à Caracas, Venezuela

REUTERS/IVAN ALVARADO  -   Assemblée nationale du Venezuela à Caracas, Venezuela

Jeudi, le Venezuela a entamé la campagne électorale pour les élections régionales et locales du 21 novembre, tandis que la Mission d'observation électorale de l'Union européenne (MOE UE) a déployé 44 de ses membres dans tout le pays, sous la supervision de la chef de l'opération, la députée européenne Isabel Santos.

Après avoir rencontré le Conseil national électoral (CNE), Santos a expliqué qu'un "noyau dur" de onze personnes se trouve également au Venezuela, et que 34 autres observateurs le rejoindront plus tard, ainsi qu'une délégation de 12 parlementaires, de diplomates - sans préciser leur nombre - et de divers observateurs qui seront sous contrat dans le pays.

"Nous espérons arriver le 21 novembre avec 100 observateurs ou plus, ce qui est une mission importante, par rapport au nombre de missions précédentes au Venezuela et dans d'autres pays", a déclaré l'eurodéputé portugaise.

Elle a déclaré que la mission - la première mission de l'UE au Venezuela depuis 15 ans - observera "l'ensemble du processus électoral", de la campagne au "moment du vote", ainsi que le décompte des voix, et aussi "s'il y a une plainte" dans les jours qui suivent.

Le 23 novembre, la MOE-UE présentera un rapport préliminaire avec les premières conclusions et, deux mois plus tard, le rapport final arrivera, au cours duquel les contributions des observateurs seront évaluées en profondeur, ce qui permettra de voir si des corrections et des recommandations sont nécessaires pour les futures élections.

La mission se déroulera dans 22 des 23 États, en plus de Caracas. En Amazonas, seule une équipe d'observateurs à court terme sera présente dans les jours précédant le vote, en raison des conditions logistiques et de sécurité.

Au début de l'opération, Santos a fait partir les observateurs qui ont rejoint leurs départements respectifs dans des véhicules qui, en raison de la pénurie d'essence - particulièrement sensible en dehors de la capitale - transportaient des jerricans de carburant attachés là où se trouvent habituellement les marchandises moins dangereuses.

Miembros de la Guardia Nacional Bolivariana de Venezuela ante la Asamblea Nacional en Caracas
AFP/YURI CORTEZ - Des membres de la Garde nationale bolivarienne du Venezuela devant l'Assemblée nationale à Caracas.
Appels au vote

Au début de la campagne électorale, qui se déroulera jusqu'au 18 novembre à 00h00 heure locale (4h00 GMT le 19), le président du parlement vénézuélien, le pro-Chávez Jorge Rodríguez, a promis que le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) vaincra l'opposition dans les urnes, par le vote.

"Nous savons que nous les vaincrons grâce aux élections", a déclaré le chef du corps législatif lors d'un rassemblement au cours duquel il a consacré une grande partie de son discours à critiquer les candidats de l'opposition qui ont quitté le pays, arguant des persécutions politiques, et qui sont revenus "maintenant" pour concourir aux élections.

De même, le gouverneur de l'État de Miranda et candidat du parti au pouvoir à sa réélection, Héctor Rodríguez, a affirmé que les candidats du PSUV n'abandonneront pas les électeurs qui leur donnent leur voix.

"Je peux dire sans aucun doute, avec une confiance absolue, qu'ici dans cette assemblée, ici dans cet État, ici dans cette terre où nous sommes nés, nous sommes les hommes qui l'aiment vraiment, qui ne sont jamais partis, qui n'ont jamais abandonné", a-t-il déclaré.

Pour sa part, le leader de l'opposition et double candidat à la présidence Henrique Capriles a exhorté la population à voter "contre le désastre" que représente, selon lui, le président Nicolás Maduro.

"Les Vénézuéliens doivent s'élever contre le désastre de Maduro et des incapables qui l'accompagnent", a-t-il écrit sur Twitter.

Capriles a estimé qu'il était nécessaire que les détracteurs du gouvernement se mobilisent et s'organisent afin de "retrouver la force de poursuivre le redressement du Venezuela".

Les élections du 21 novembre seront suivies par la majorité de l'opposition, notamment le secteur dirigé par Juan Guaidó, ce qui sera la première fois depuis 2017 que le bloc anti-Chávez se rendra aux urnes.

El presidente de Venezuela Nicolás Maduro
REUTERS/MARCO BELLO - Le président vénézuélien Nicolás Maduro
Respect de la réglementation

Le président du Conseil national électoral (CNE), Pedro Calzadilla, a exhorté mercredi les candidats et les organisations politiques à respecter "strictement" les règles régissant la campagne électorale.

"Le CNE a lancé un vaste plan de surveillance, visant à contrôler (la campagne)", a-t-il déclaré dans un message diffusé sur la chaîne publique Venezolana de Televisión (VTV).

Calzadilla a appelé les médias à maintenir "l'équilibre de l'information" et à offrir une couverture égale et un traitement similaire aux messages de tous les candidats et de leurs organisations, ce que VTV n'a pas fait le premier jour de la campagne en accordant un temps de parole inégal aux différents partis.

Alors que l'opposition disposait d'un espace limité pour son matériel promotionnel, le parti au pouvoir a occupé la grande majorité du temps avec des rassemblements, des interventions en direct et des publicités dont la durée était jusqu'à cinq fois supérieure à celle de ses adversaires.