PUBLICIDAD

Marruecos

Le deuxième assaut sur la lune commence en 2022

Le satellite naturel de la Terre prend le relais de Mars et récupère les investissements des États-Unis et d'autres pays ayant des intérêts ultraterrestres
La mission Artemis I de la NASA, le vol inaugural du Space Launch System et de la capsule Orion, doit être lancée au printemps, les essais étant effectués depuis le centre de contrôle de Houston, au Texas.

PHOTO/NASA Johnson  -   La mission Artemis I de la NASA, le vol inaugural du Space Launch System et de la capsule Orion, doit être lancée au printemps, les essais étant effectués depuis le centre de contrôle de Houston, au Texas

Le signal de départ pour que les États-Unis posent à nouveau le pied sur la lune a coïncidé avec la fin des 12 carillons de la Saint-Sylvestre. Avec eux, la NASA clôt l'année 2021, éloigne son objectif principal de Mars et ouvre une période de cinq ans au cours de laquelle le satellite naturel de la Terre devient pour la deuxième fois son objectif principal.

Désormais, la planète rouge passe au second plan et la Lune occupe le devant de la scène ultra-terrestre. Le président Joe Biden et l'administrateur de la NASA Bill Nelson veulent que les contribuables américains revivent la gloire des années 1960 et 1970 et voient des hommes et des femmes de sexe et de race différents s'envoler vers Séléné et marcher sur sa surface poussiéreuse. L'Europe, le Japon et d'autres nations sont invités à participer à ce grand projet baptisé Artemis.  

La NASA a prévu pour ce printemps la mission Artemis I, la mise à feu inaugurale de son nouveau mastodonte spatial, connu sous le nom de Space Launch System, ou SLS. Il s'agira d'un vol d'essai non habité, au cours duquel une fusée géante de plus de 100 mètres de haut traversera l'atmosphère terrestre pour placer une capsule Euro-American Orion non habitée autour de la lune.

La estación cislunar Getaway está concebida para preparar misiones complejas sobre la Luna y servir de base a la exploración humana del sistema solar. A la izquierda, la nueva cápsula tripulada Orión
PHOTO/NASA-Alberto Bertolin - La station cislunaire Getaway est conçue pour préparer des missions complexes sur la Lune et servir de base à l'exploration humaine du système solaire. A gauche, la nouvelle capsule habitée Orion.

Le SLS est de dimensions similaires, mais beaucoup plus puissant que la gigantesque Saturn V, la fusée qui a transporté les astronautes américains des missions Apollo sur la Lune. Il est bon de rappeler que depuis que les trois passagers d'Apollo 17 ont quitté Séléné le 14 décembre 1972, aucun autre être humain n'a posé le pied sur notre satellite naturel. Et c'était il y a un énorme demi-siècle.

Dans son rôle de transport vers la Lune, le SLS a un alter ego. Il s'agit du Starship, un vecteur réutilisable de la société SpaceX du magnat Elon Musk. Il doit démontrer ses capacités de vol orbital en mars prochain, bien qu'il ait déjà été choisi pour déposer les premiers Américains sur la Lune. La NASA souhaite également que les deux lanceurs soient utilisés pour prendre le chemin de Mars, où notre satellite est une base de départ qui doit être consolidée et dont fait partie le futur complexe cislunaire Gateway.

Hombre de total confianza del presidente Biden, el administrador de la NASA Bill Nelson es el responsable de lograr que los norteamericanos revivan los años de gloria de hace 50 años
PHOTO/NASA-Bill Ingalls - Homme de confiance du président Biden, l'administrateur de la NASA Bill Nelson est chargé de faire revivre aux Américains les années de gloire d'il y a 50 ans.
Une course de demi-fond sans concurrent

Ce n'est qu'à partir de 2025 que la NASA donnera le feu vert à des vols habités dans l'une ou l'autre des deux fusées, dont les modules de descente déposeront les premiers astronautes de retour sur le paysage désolé du sol lunaire. Pendant ce temps, des entreprises privées telles qu'Astrobotic, Intuitive Machines, Rocket Lab et les sondes Peregrine 1 et Nova-C enverront des projets sur la Lune pour tester de nouvelles technologies robotiques.

Des missions automatiques seront également mises en œuvre cette année par des pays qui ne disposent pas du potentiel écrasant des États-Unis. C'est le cas des Émirats, avec leur petit rover Rashid ; du Japon, avec ses modules SLIM et Hakuto-R ; de la Corée du Sud, avec son projet KPLO ; de l'Inde, avec son rover Chandrayaan-3 ; et même de la Russie, avec sa sonde scientifique Luna 25, qui partira en juillet et qui constitue la première mission du Kremlin sur la surface lunaire depuis plus de 45 ans.

La Chine garde un profil bas pour le moment. Consciente de son manque d'expérience dans les vols habités vers notre satellite naturel, elle se réserve le rôle de leader pour les années à venir. Elle le fait parce que toute son attention est concentrée sur l'achèvement de l'assemblage de base de la station spatiale Tiangong. Le nouveau module Wentian de 20 tonnes sera amarré en juin et le Mengtian en août afin qu'à partir de 2023, des astronautes chinois et de pays tiers puissent mener des expériences en coopération avec le Bureau des affaires spatiales des Nations unies.

Más potente que el Saturno V del programa Apolo, el Sistema de Lanzamiento Espacial es un gigantesco cohete de más de 100 metros de altura cuya misión es encaminar la cápsula euroamericana Orión a la órbita lunar
PHOTO/NASA MSFC - Plus puissante que la Saturn V du programme Apollo, le Space Launch System est une fusée gigantesque de plus de 100 mètres de haut dont la mission est de livrer la capsule euro-américaine Orion en orbite lunaire.

L'Inde ne dispose pas d'un complexe orbital, mais prévoit de lancer ses deux premières capsules habitées au cours du second semestre de l'année, mais sans personne à bord. À l'intérieur se trouvera un robot humanoïde appelé Vyommitra pour recueillir les paramètres de vol. La première fusée habitée devrait décoller en 2023, ce qui en ferait le quatrième pays à pouvoir placer des humains autour de la Terre.

Le tourisme spatial progresse à un rythme inégal. Le magnat américain Jeff Bezos, après avoir réussi sa capsule New Shepard avec trois montées et descentes en 2021, prévoit un minimum de six vols suborbitaux payants par an au cours de l'année. Virgin Galactic de Richard Branson prévoit également de commencer des vols réguliers, mais doit d'abord achever la validation complète de SpaceShipTwo. Du côté commercial, les méga-constellations de satellites de communication à large bande Starlink et OneWeb continueront d'être déployées.

De apariencia externa que recuerda al transbordador espacial, el pequeño Dream Chaser tiene capacidad para alojar astronautas y trasladar cargas de ida y vuelta a la Estación Espacial Internacional
PHOTO/Sierra Nevada Corp. - Rappelant extérieurement la navette spatiale, le petit Dream Chaser peut accueillir des astronautes et transporter des marchandises vers et depuis la Station spatiale internationale.
Grands projets pour 2022

Un des principaux projets financés par la NASA est le petit avion spatial Dream Chaser. Développée par la société Sierra Nevada pour le transport des astronautes, sa forme extérieure rappelle celle de la navette spatiale, mais elle est beaucoup plus petite. Sa première activité sera une mission de ravitaillement de la Station spatiale internationale (ISS). Cela coïncide avec la décision annoncée par la Maison Blanche le 31 décembre, selon laquelle la NASA prolonge sa participation à l'ISS jusqu'en 2030, ce que la Russie doit encore confirmer.

L'Agence spatiale européenne (ESA) doit relever deux défis majeurs au cours des 12 prochains mois. L'une d'elles est le décollage de la sonde JUICE à la mi-2022, qui, après un voyage de huit ans dans le cosmos, plongera vers Europe et Ganymède - deux lunes glacées de Jupiter - à la recherche de signes de vie. L'autre défi est une fois de plus la planète rouge, qui continue de capter l'attention des scientifiques. 

Rusia tiene previsto posar este año en la superficie de la Luna su sonda científica Luna 25, la primera misión del Kremlin al escenario lunar desde hace más de 45 años
PHOTO/Roscosmos - La Russie prévoit de faire atterrir sa sonde scientifique Luna 25 sur la surface de la Lune cette année, la première mission du Kremlin sur le plateau lunaire depuis plus de 45 ans.

En coopération avec l'agence spatiale russe Roscosmos, l'ESA doit encore mener à bien la mission ExoMars 2022, longtemps retardée, dont l'orbiteur est en orbite autour de la planète depuis octobre 2016. Il attend son deuxième composant - le rover Rosalind Franklin - dont le lancement est prévu au second semestre 2022.

La Russie fournit le module de descente et l'ESA le véhicule robotique, avec une contribution importante de l'industrie spatiale espagnole. En juin 2023, il atteindra Mars, où la puissante foreuse attachée au rover Rosalind Franklin percera le sous-sol à la recherche de molécules organiques permettant d'identifier des traces de vie. Et pour clôturer l'année, l'ESA tiendra son sommet ministériel à Paris, qui doit approuver le financement de ses nouveaux projets.

El vector reutilizable y de despegue y aterrizaje vertical Starship de la compañía SpaceX de Elon Musk efectuará su vuelo inaugural en marzo. Está obligado a refrendar la confianza que la NASA ha depositado en el proyecto
PHOTO/SpaceX - Le Starship, vecteur réutilisable à décollage et atterrissage vertical de la société SpaceX d'Elon Musk, effectuera son vol inaugural en mars. Il ne peut qu'entériner la confiance que la NASA accorde au projet.

En ce qui concerne les fusées, l'ESA prévoit le premier vol de la petite Vega C et de la plus puissante Ariane 6, dont le développement complet progresse rapidement pour un premier vol fin 2022, ce qui n'est pas une mince affaire. Ariane 6 est le successeur de l'Ariane 5 actuellement en service, qui n'a volé que trois fois en 2021, la dernière fois le 25 décembre, pour mettre en orbite le grand télescope spatial James Webb. 

En Espagne, le lanceur suborbital Miura 1 de PLD doit décoller de Huelva à la fin de l'année. En Asie, la fusée japonaise H3 de Mitsubishi Heavy Industries, qui vise à améliorer la compétitivité de Tokyo sur le marché mondial, fera ses débuts, tandis que Pékin lancera plusieurs nouvelles fusées, dont certaines proviendraient de sociétés privées. Les États-Unis présenteront pour la première fois le Vulcain Centaur, alimenté au méthane, qui sera le cheval de bataille du Pentagone pour envoyer ses plateformes militaires dans l'espace.