Le différend entre les États-Unis et la Turquie se poursuit au sujet des combattants F-35

Le rapprochement d'Ankara avec Moscou bloque les négociations avec Washington
jets-f-35

REUTERS/EDDIE KEOGH  -   Un avion de combat F-35B Lightning de la RAF.

Le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan s'engage de plus en plus dans une voie sans issue. Les Turcs ont l'intention de négocier avec les États-Unis en même temps qu'ils discutent avec la Russie de l'acquisition - pour la deuxième fois - de systèmes de défense antimissile S-400. Washington, comme il l'a fait lorsqu'Ankara a acheté le premier lot de ces systèmes, a annoncé des sanctions contre le gouvernement turc. Cependant, Erdogan a réitéré à plusieurs reprises son intention de poursuivre les négociations et que la décision concernant l'achat des S-400 appartient uniquement à la Turquie, car "personne ne peut s'immiscer dans cette affaire", selon le président ottoman.

L'origine du conflit entre la Turquie et les États-Unis au sujet des combattants F-35 remonte à 2017, lorsque le gouvernement turc, ignorant les avertissements américains, a acheté un premier lot de systèmes antimissiles S-400 à la Russie. Cette décision n'a pas été bien accueillie par Washington, qui a décidé de ne pas conclure la transaction avec les Turcs, dont on estime qu'ils ont payé près de 1,4 milliard de dollars pour les F-35. En outre, l'administration, qui avait encore Donald Trump à la tête de la Maison Blanche, a imposé des sanctions à la Direction de l'industrie de la défense turque, à son chef Ismail Demir et à trois autres employés en raison de l'achat du premier lot de S-400.

antimisiles-s-400
PHOTO/AP - : Un avion de transport russe, transportant des pièces des systèmes de défense aérienne S-400, après son atterrissage à l'aéroport militaire de Murted, à l'extérieur d'Ankara, en Turquie, mardi 27 août 2019.

La raison qui a motivé les sanctions contre la Turquie et qui les remet aujourd'hui sur la table n'est pas seulement le rapprochement avec la Russie. Selon Bloomberg, Washington craint que la vente de ses F-35 à la Turquie ne soit utilisée pour recueillir des informations à leur sujet et les placer dans le collimateur des systèmes de défense russes. En effet, les dirigeants américains ont plus d'une fois exprimé leur inquiétude au sujet des S-400 en raison de la menace qu'ils représentent pour les avions fabriqués par la société américaine Lockheed Martin Corp, qu'Ankara cherche à obtenir même si elle acquiert en même temps le deuxième lot de systèmes auprès de Moscou.

erdogan-putin-acuerdos
PHOTO/SERGEI CHIRIKOV via REUTERS - Le président russe Vladimir Poutine (à droite) serre la main du président turc Recep Tayyip Erdogan (à gauche) lors de leur conférence de presse commune après les entretiens russo-turcs.

Le refus des États-Unis de vendre le F-35 a, selon Recep Tayyip Erdogan, incité l'administration Biden elle-même à proposer la vente de combattants F-16 pour le même montant que celui payé par la Turquie, qui n'a pas obtenu les avions. Il y a une semaine, Reuters a rapporté en exclusivité la demande de la Turquie pour une quantité de 40 F-16 et 80 kits de modernisation pour ses avions existants afin de remplacer l'achat manqué de F-35. Toutefois, un porte-parole du département d'État américain a déclaré que "par principe, le département ne confirme ni ne commente les ventes ou transferts de défense proposés avant que le Congrès n'en ait été officiellement informé".

Malgré la situation difficile entre les trois pays, Erdogan a l'intention de faire avancer les deux accords. Le gouvernement turc espère pouvoir rapprocher les trois pays lors du prochain sommet du G20 à Rome, fin octobre. En outre, l'absence de Vladimir Poutine à cet événement donnera aux Turcs les coudées franches pour négocier avec Washington, dont les positions sur un certain nombre de questions sont très éloignées. Les campagnes militaires de la Turquie contre les alliés kurdes des États-Unis, associées à une histoire de violations des droits de l'homme à l'intérieur des frontières de la Turquie, ne sont pas propices à des relations plus étroites.

ministro-jet-f-16
PHOTO/Ministère turc de la Défense via AP - Le ministre turc de la Défense Hulusi Akar pose pour des photos devant un avion de chasse F-16 sur une base aérienne militaire dans la ville occidentale d'Eskisehir, en Turquie, mercredi 2 septembre 2020.

La position de la Russie ne doit pas être négligée. La pression exercée par les États-Unis sur la Turquie pour qu'elle ne signe pas le contrat d'achat de S-400 avec Moscou provoque des tensions au Kremlin. Pourtant, Erdogan a insisté sur le fait qu'ils veulent aller de l'avant, ajoutant qu'"à l'avenir, personne ne pourra s'immiscer dans le choix du type de systèmes de défense que nous acquérons, de quel pays et à quel niveau". C'est l'une des raisons pour lesquelles la vente du F-35 - ou à défaut du F-16 - reste bloquée. Le département d'État américain indique qu'ils continuent à faire comprendre à la Turquie que "tout nouvel achat significatif d'armes russes risquerait de déclencher des sanctions CAATSA 231 en plus de celles imposées en décembre 2020".

portavoz-john-kirby
AP/ALEX BRANDON - Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, prend la parole lors d'une conférence de presse au Pentagone, le vendredi 4 juin 2021, à Washington.

Pour sa part, le gouvernement turc fait valoir qu'il n'a pas d'autre option pour remplacer les systèmes de défense antimissile russes. Cette affirmation est fausse, selon les États-Unis, qui affirment que "la Turquie a eu de multiples occasions au cours de la dernière décennie d'acheter le système de défense américain Patriot, et a préféré acheter le S-400, qui procure à la Russie des revenus, un accès et une influence", a déclaré John Kirby, porte-parole du Pentagone. Sans surprise, Erdogan a démenti cette affirmation, ajoutant de l'huile sur le feu qui sera difficile à éteindre si la Turquie continue à négocier de part et d'autre.