Le djihadisme et le changement climatique, principaux ennemis de la sécurité au Sahel

Le terrorisme djihadiste, ainsi que la désertification de la région, menacent la sécurité de la zone sahélienne
Un soldado maliense patrulla la orilla del río en Konna el 20 de marzo de 2021 AFP/ MICHELE CATTANI

AFP/ MICHELE CATTANI  -   Un soldat malien patrouille sur la rive du fleuve à Konna, le 20 mars 2021.

Bien que la zone sahélienne traverse une situation d'instabilité qui n'est pas nouvelle dans la région, deux facteurs préoccupent beaucoup les chefs de gouvernement de la zone. Le terrorisme djihadiste et le changement climatique sont deux menaces connues depuis longtemps, mais qui sont récemment devenues les deux plus gros casse-tête pour le Sahel en raison de leur évolution récente. Afin d'examiner ces deux menaces, l'Institut de politique internationale de l'Université Francisco de Vitoria a organisé une série de réunions sous le nom de "Dialogue Sahel-Europe", dont le deuxième épisode, qui s'est tenu le lundi 22 mars, a porté sur le terrorisme djihadiste et le changement climatique, les deux éléments les plus déstabilisants du Sahel. 

Mapa de la Gran Muralla Verde  PHOTO/APGMV
PHOTO/APGMV-Carte de la grande muraille verte

La présentation centrée sur le problème climatique, animée par María Dolores Algora, docteure en histoire contemporaine et analyste à l'Institut du Centre de sécurité internationale IPI- UFV, a laissé de nombreux indices sur la manière de faire face à cette menace. L'une d'entre elles, exceptionnelle par rapport à toutes les autres, était celle expliquée par Abakar Mahamat Zougoulou, directeur scientifique et technique de l'Agence panafricaine de la Grande Muraille verte. Précisément, l'initiative qui porte le nom de Grande Muraille Verte est celle qui vise à combattre ce qu'il considère lui-même comme "un problème de responsabilité publique" et qu'il définit comme "un projet par et pour la population, dans lequel il faut tenir compte de la richesse actuelle qui existe encore".

Cependant, il existe des visions qui tentent d'apporter un peu de calme sur l'impact du changement climatique sur le terrain sahélien. Oriol Puig, docteur en anthropologie sociale, affirme qu'"il n'y a pas de preuve scientifique que le Sahel se désertifie", c'est-à-dire que l'on peut avoir une vision plus alarmiste de la situation que ce qui se passe réellement. En outre, M. Puig a voulu mettre l'accent sur les conséquences de certaines actions, comme celle de l'Europe en matière de migration en provenance d'Afrique du Nord, car il estime qu'elles ont un effet contre-productif. En outre, "l'Union européenne doit être un acteur fondamental dans la lutte que mène le Sahel contre le changement climatique", selon le docteur en anthropologie sociale. 
PHOTO/APGMV

Issa Garba, coordinateur et fondateur du réseau espagnol de la jeunesse nigériane sur le changement climatique, était une autre des personnalités les plus en vue lors de la présentation. Contrairement à Oriol Puig, il a affirmé que la désertification est déjà un fait. Et ce n'est pas tout, elle affecte des milliers de familles qui ont dû quitter leurs maisons à la recherche de nouvelles régions où "l'activité agricole n'est pas une catastrophe". Le fait est que les ressources du Sahel s'amenuisent et laissent une grande partie de la population des pays qui composent le Sahel bloquée dans une situation précaire qui ne semble pas avoir de solution à court terme. Cependant, plusieurs des intervenants s'accordent à dire que la mise en œuvre de politiques locales pourrait constituer un tournant majeur dans la tendance à la baisse du Sahel.

Si la solution au changement climatique est d'une complexité terrifiante, la solution au terrorisme djihadiste n'est pas loin derrière. La lutte contre les organisations terroristes qui ravagent la population depuis des décennies, non seulement en Afrique - qui, bien sûr, a été la plus grande victime - mais dans le monde entier, est essentielle. Beatriz de León Cobo, chercheuse spécialisée dans la radicalisation violente au Sahel et analyste au Centre de sécurité internationale de l'IPI- UFV, s'est montrée quelque peu perplexe en évoquant l'émergence d'une activité terroriste dans cette région, car elle estime que "personne ne s'attendait à une radicalisation djihadiste au Sahel, ce n'était pas une région avec cette tendance idéologique". 
PHOTO/APGMV

Rien n'explique la radicalisation que subissent des pays comme le Mali, frappé depuis 2013 par des activités terroristes. C'est précisément la raison pour laquelle "il y a 10 ans, on ne pouvait pas parler de radicalisation", explique Mohamed El Moctar Ag Mohamedoun, professeur à l'École de la paix Alioune Blondin BEYE, expert en conflits intercommunautaires et commissaire de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation du Mali. En très peu de temps, on a assisté à une escalade d'actions terroristes difficiles à expliquer. Toutefois, l'une des causes pourrait être le manque d'attention dont font preuve de nombreux pays du Sahel en matière d'éducation, comme l'a fait valoir Patricia Rodríguez González, directrice de Child Heroes, qui affirme qu'"il existe très peu de mesures pour mettre un terme à la formation radicale des jeunes".

Bien sûr, tout n'est pas une conséquence de l'éducation. Des aspects tels que la gestion fatale du fanatisme religieux par les différents gouvernements de la région, ainsi que la situation économique dévastatrice dans laquelle est plongée la grande majorité des pays du Sahel, sont des facteurs clés qui doivent être pris en compte dans l'analyse des causes de cette avancée de la radicalisation. Mohamed El Moctar a lui-même évoqué le point extrême dans lequel se trouvent des pays comme le Mali, où "les djihadistes imposent leur loi et les gens sont obligés d'obéir". 

Telle est l'ampleur d'une situation à laquelle les experts, comme ceux réunis au forum "Sahel-Europe Dialogue", ne parviennent pas à trouver une origine. Et même sans savoir où se trouve le germe qui a conduit à cette situation, il y a une vision aussi pessimiste que réaliste que tous les intervenants partagent et que Beatriz Mesa, médecin au Sahel et journaliste correspondante au Sahel, a verbalisé devant la réticence du reste de ses collègues à faire une telle déclaration : " La violence ne peut pas être combattue par la violence, il faut négocier pour améliorer la situation, mais il n'y aura jamais de paix au Sahel ".