Le drame des travailleurs migrants : chômeurs de retour au pays ou sans ressources et loin de leur famille

L'Organisation internationale du travail met en garde contre le sort des travailleurs à l'étranger à la suite de la pandémie
Des travailleurs migrants attendent dans une gare de Chennai, en Inde, pour rentrer chez eux

PHOTO/AFP  -   Des travailleurs migrants attendent dans une gare de Chennai, en Inde, pour rentrer chez eux

Pas de travail à la maison ni d'argent à des milliers de kilomètres. Telles sont les deux réalités auxquelles les travailleurs migrants seront confrontés dans les mois à venir du fait du COVID-19. L'Organisation internationale du travail (OIT) a déclaré que des dizaines de millions de personnes employées à l'étranger ont été contraintes de rentrer chez elles après avoir perdu leur emploi, lors d'une conférence de presse tenue mercredi à Genève. De retour dans leur pays d'origine, ils sont confrontés au chômage et à la pauvreté. Pendant ce temps, d'autres se retrouvent bloqués dans leur pays d'accueil, sans accès à la protection sociale et avec peu d'argent pour payer leurs chats. Même ceux qui ont conservé leur emploi ont vu leur salaire réduit et doivent vivre dans des endroits où la distanciation sociale est impossible.  

L'OIT avertit que cette situation peut déclencher une crise du travail, qui s'ajoute à la crise sanitaire. Avec l'assouplissement des restrictions, des millions de travailleurs migrants pourraient devoir rentrer chez eux dans des pays à faible et moyen revenu, où les marchés du travail, déjà fragiles avant l'avènement du COVID-19, sont maintenant encore plus affaiblis par des niveaux de chômage élevés. En outre, leurs familles souffriront beaucoup financièrement de la perte des fonds qu'elles envoient normalement, selon l'OIT.

Infografía
AFP/AFP - Graphique montrant les pertes d'emploi potentielles par région du monde au cours du deuxième trimestre 2020, selon une prévision de l'Organisation internationale du travail

« Nous savons que des millions de travailleurs migrants, qui étaient confinés dans leur pays de travail, ont perdu leur emploi et doivent maintenant rentrer chez eux dans des pays qui sont déjà aux prises avec une économie faible et un chômage croissant. C'est une crise potentielle dans une crise », a déclaré Manuela Tomei, directrice du département du travail et de l'égalité de l'OIT, dans une déclaration aux médias. 

L'organisation estime qu'il y a 164 millions de travailleurs migrants dans le monde, dont près de la moitié sont des femmes, ce qui représente 4,7 % de la main-d'œuvre mondiale. Même si tous ces travailleurs ne rentreront pas chez eux, les recherches de l'OIT dans plus de 20 pays indiquent que plusieurs millions d'entre eux devraient le faire.  

La plupart des pays d'origine ont des possibilités très limitées de réintégrer un nombre aussi important de personnes et manquent souvent de politiques et de systèmes permettant d'assurer une gouvernance efficace de la migration de la main-d'œuvre et de plans de réinsertion des compétences. Les gouvernements d'Asie et d'Afrique, en particulier, s'attendent au retour de millions de travailleurs migrants, qu'ils soient forcés ou volontaires, alors que leurs perspectives d'emploi s'amenuisent. Si les retours ont lieu dans un court laps de temps et si les migrants ne sont pas couverts par des mesures de protection sociale ou ne sont pas aidés à réintégrer le marché du travail national, il y aura un fort impact économique et social.  

Trabajadores furgoneta
AFP/SANJAV KANOJIA - Des milliers de travailleurs indiens ont quitté leur emploi pour retourner dans leurs villages pendant la pandémie COVID-19

Les recherches de l'OIT suggèrent que les travailleurs migrants de retour au pays apportent des compétences et des talents qui peuvent aider leur économie d'origine à mieux se remettre de la pandémie. Mais l'organisation recommande d'établir un système de retour et de réintégration ordonné et fondé sur les droits.  

« Avec les bonnes politiques, le retour de ces travailleurs peut devenir une ressource pour la reprise », a déclaré Michelle Leighton, directrice du département des migrations de main-d'œuvre de l'OIT. « Ces migrants apporteront avec eux des talents et des compétences nouvelles, et dans certains cas des capitaux, qui pourront soutenir les efforts déployés dans leur pays d'origine pour une meilleure reprise. Nous devons aider ces pays à saisir cette opportunité  ». 

Aider les migrants de retour à se réintégrer permettra également de réduire les tensions dans leur pays d'origine, où certaines communautés peuvent craindre que ces personnes leur apportent le virus ou leur enlèvent leur emploi. Le rétablissement des stratégies de subsistance des migrants de retour leur permettra de rembourser toutes les dettes liées à leur recrutement initial à l'étranger, en évitant le risque de travail forcé et de trafic, ou de nouvelles migrations par des canaux irréguliers.