Le fils de Kadhafi et ses éventuels partisans en Libye

Le fils du dictateur Mouammar Kadhafi n'exclut pas de se présenter à la présidence et réaffirme sa volonté de "restaurer l'unité perdue" de la Libye
El hijo de Gadafi y sus posibles apoyos en Libia

 -  

Suite à l'annonce par Saif al-Islam Kadhafi, dans une interview accordée au New York Times, de son intention de se positionner comme candidat aux prochaines élections présidentielles libyennes, la classe politique libyenne a tiré la sonnette d'alarme. Le président du Parlement libyen, Aquila Saleh, un partisan de Haftar, a déjà exprimé son rejet des déclarations de Kadhafi. Lors d'une session parlementaire, Saleh a déclaré que "toute personne recherchée par le tribunal pénal n'a pas le droit de se présenter à la présidence".

Selon les déclarations de Saif Kadhafi au journal new-yorkais, sa figure politique constituerait le troisième rival politique pour tenter de consolider le pays, déchiré par la guerre civile et l'effondrement économique, bien qu'étant un pays riche en réserves pétrolières. 

El hijo de Gadafi y sus posibles apoyos en Libia

Dix ans après la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye est divisée entre un secteur oriental contrôlé par l'armée, dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, et une zone occidentale contrôlée par des brigades armées. Parmi les brigades les plus puissantes figurent les brigades de Misurata, la plus grande force militaire de la région, qui compte 17 000 combattants et 35 000 soldats de réserve. 

Un retour présumé de Kadhafi à la vie politique affecterait directement le maréchal libyen Haftar. À cet égard, l'armée nationale a réussi à s'allier depuis fin 2014 avec les chefs des bataillons de sécurité affiliés au régime de Kadhafi, selon le colonel Abdelbaset Tikka, chef du service de lutte contre le terrorisme à Tripoli. De plus, Saif al-Islam lui-même a affirmé que 80 % des forces de l'armée nationale sont pro-Kadhafi.

El hijo de Gadafi y sus posibles apoyos en Libia

Le fils de Kadhafi estime que les politiciens libyens "n'ont apporté que la misère, et il est temps de retourner dans le passé, le pays est à genoux, il n'y a pas d'argent, il n'y a pas de sécurité, il n'y a pas de vie ici", a-t-il déclaré. Sur la base de ces déclarations, Kadhafi s'est présenté comme "le sauveur du pays", et veut se battre pour "faire renaître l'unité perdue". 

La candidature de Kadhafi à la politique libyenne pourrait briser les rangs de l'armée libyenne, et encore plus s'il parvient à entrer dans les élections, car il serait le concurrent le plus important de Haftar jusqu'à présent pour la présidence. Bien que les bataillons de sécurité formés par Mouammar Kadhafi pour protéger son régime aient été dissous après la révolution, les parties belligérantes sont revenues et ont demandé l'aide de leurs chefs et de leurs membres. Ils ont ensuite été intégrés dans des unités militaires, mais la plupart d'entre eux suivent l'armée dirigée par Haftar.

El hijo de Gadafi y sus posibles apoyos en Libia

Parallèlement, des partisans de Kadhafi continuent d'occuper des postes sensibles dans les rangs de l'armée nationale, notamment le général de division Al-Mabrouk Sahban, commandant des forces terrestres (de la tribu Maqarha), le général de division Omar Amraj, commandant de la brigade Tariq bin Ziyad (de Maqarha) et le général de division Abdel Salam al-Hassi. 

Quant à leur soutien extérieur, plusieurs rapports parlent d'une présence militaire russe en Libye par le biais de la société Wagner, tandis que d'autres enquêtes font état de la présence de forces régulières russes pro-Kadhafi. Les analystes expliquent ce phénomène par la dernière déclaration de Haftar selon laquelle "tous les mercenaires doivent quitter la Libye sans exception". Moscou ne cache pas son soutien à Kadhafi et, de plus, selon un diplomate européen spécialisé dans les affaires libyennes, "la Russie croit que Kadhafi va gagner les élections". 

El hijo de Gadafi y sus posibles apoyos en Libia

De même, le New York Times a rapporté que, dans des sondages d'opinion, 57 % des habitants d'une région non spécifiée du Liban faisaient confiance à Saif al-Islam. Parallèlement, le retour de Kadhafi dans le paysage politique peut réussir à créer des pactes nouveaux et hétérogènes qui peuvent affecter le développement du pays. Cependant, depuis 2011, les partisans de Kadhafi ont perdu la grande majorité des batailles politiques qu'ils ont tenté de mener contre les Brigades libyennes occidentales ou Haftar. 

Les prochaines élections générales en Libye se tiendront le 24 décembre, selon un scénario qui, avec l'entrée éventuelle de Kadhafi comme candidat, pourrait transformer l'échiquier politique d'un pays qui tente de se remettre d'une guerre civile dévastatrice. S'il parvient à se présenter, il pourrait constituer un rival évident pour Haftar et même changer le cours politique de la Libye. Ce qui est clair, c'est que, quoi qu'il arrive lors des élections générales, la présence militaire ne disparaîtra pas des postes de pouvoir.