Le fléau de la violence masculine divise la société turque polarisée

Erdogan a menacé d'abandonner la Convention d'Istanbul, un traité visant à prévenir la violence contre les femmes
Des femmes portant des masques sur lesquels on peut lire « Appliquer la Convention d'Istanbul » participent à une manifestation contre la violence sexiste à Istanbul, en Turquie, le 5 août 2020

REUTERS/MURAD SEZER  -   Des femmes portant des masques sur lesquels on peut lire « Appliquer la Convention d'Istanbul » participent à une manifestation contre la violence sexiste à Istanbul, en Turquie, le 5 août 2020

Le fléau de la violence machiste divise la Turquie. Des milliers de personnes sont descendues dans la rue mercredi pour réclamer leurs droits, après que le Parti de la justice et du développement (AKP) ait menacé d'abandonner la Convention d'Istanbul, un traité paneuropéen visant à lutter contre la violence à l'égard des femmes. Le parti dirigé par Recep Tayyip Erdogan décidera la semaine prochaine de se retirer ou non de cet accord, alors que le pays du Bosphore lutte pour mettre fin à ce phénomène, qui a tué 32 femmes aux mains de leurs maris rien qu'en juin, selon les données recueillies par le Duvar numérique.

Le paradoxe est que la Turquie, qui étudie actuellement la possibilité de renoncer à ce traité, a été l'un des premiers pays à signer cette convention à Istanbul en 2011, et non seulement cela, mais elle a été la première nation à la ratifier en mars 2012.  Dans le cadre de cet accord, Ankara s'est engagée à poursuivre et à éliminer la violence domestique et à promouvoir l'égalité. Cependant, 474 femmes sont mortes l'année dernière des suites de la violence masculine, soit deux fois plus que celles qui ont perdu la vie en 2011, selon un groupe de recherche consulté par l'agence de presse Reuters. 

La convention a ouvert une brèche dans le pays, le divisant entre ceux qui pensent que le pacte encourage la violence en sapant les structures familiales et ceux qui préconisent que cette législation soit strictement appliquée. La pression exercée par divers groupes islamistes qui estiment que ce document peut contribuer à « l'érosion des valeurs familiales traditionnelles et des rôles des sexes » a atteint la sphère de l'AKP. « Il y a deux points dans cette convention que nous n'approuvons pas. Il y a d'abord la question du genre et ensuite celle de l'orientation sexuelle », a déclaré le vice-président de l'AKP, Numan Kurtulmuş, dans une interview télévisée, selon CNN. Le même argument a été utilisé il y a deux ans par la Bulgarie pour ne pas ratifier ce traité, et elle a maintenant de fidèles partisans en Pologne. 

La polarisation s'est déplacée dans les rues ce mercredi. Des milliers de femmes sont descendues dans la rue en scandant « le choix nous appartient, la décision nous appartient, la nuit nous appartient, la rue nous appartient ». Lors de cette manifestation, certains manifestants portaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « nous ne permettrons pas le féminicide » ou  « la convention est née du sang des femmes ». « Parce qu'ils ne peuvent pas dire ouvertement qu'ils veulent des femmes comme esclaves domestiques et la liberté de battre les femmes à volonté, ils s'accrochent aux droits LGBTI+ comme prétexte plus « socialement aceptable » pour attaquer la convention, dans l'espoir que l'homophobie rampante suffira », a dénoncé l'activiste Feride Eralp, membre de la plateforme Women are Stronger Together.

Amnesty International estime que les autorités de la nation eurasienne devraient appliquer ce traité « dans son intégralité », plutôt que de s'en retirer. En outre, ils ont signalé que certaines mesures prises pour prévenir l'impact du coronavirus, comme l'enfermement, ont entraîné une forte augmentation des rapports de violence contre les femmes et les filles. Ce document a été signé par 45 des Etats membres du Conseil de l'Europe et ratifié par 34 d'entre eux.  « Il est tristement ironique que les autorités turques envisagent de se retirer d'une convention portant le nom de leur ville la plus emblématique », a critiqué Anna Blus, chercheuse d'Amnesty International sur les droits des femmes.

Dans une déclaration officielle, M. Blus a averti que le retrait de la Turquie de la Convention pourrait avoir « des conséquences désastreuses pour des millions de femmes et de filles dans le pays », ainsi que pour les organisations qui les soutiennent. « La simple discussion d'un éventuel retrait a un impact négatif énorme sur la sécurité des femmes et des filles », a-t-elle déclaré. Elle a exhorté Ankara à « veiller à ce que le traité soit pleinement appliqué et à prendre des mesures immédiates pour mieux protéger et promouvoir les droits des femmes et des filles, plutôt que de devenir le premier État membre du Conseil de l'Europe à se retirer de la Convention ». 

L'association « Stop the killing of women » a rapporté qu'au moins 204 femmes sont mortes en Turquie jusqu'à présent cette année. Le débat s'est également intensifié au sein de l'AKP, où plusieurs personnes sont fortement opposées à l'abandon du pacte, comme certaines femmes parlementaires et même la propre fille du président, la directrice adjointe de la KADEM, une organisation proche du parti.