PUBLICIDAD

Iberdrola

Le FMI expose les réformes dont la Tunisie a besoin

Plusieurs groupes affirment que les citoyens seront perdants et que leur situation se détériorera si les réformes demandées par l'institution soutenue par le gouvernement sont approuvées
FMI

AFP/MANDEL NGAN  -   Le sceau du Fonds monétaire international (FMI) est vu à l'extérieur d'un bâtiment du siège social à Washington, DC

La situation économique de la Tunisie continue de s'améliorer. La crise économique touche toujours le pays et les réformes mises en place n'ont pas suffi à atténuer les effets de la récession. Le Fonds monétaire international (FMI) étudie la position du pays en matière de réformes économiques et, pour cette raison, une délégation dirigée par Jihad Azour, directeur du département Moyen-Orient du FMI, s'est rendue dans le pays. Là-bas, la délégation s'est consacrée à la recherche de nouveaux financements pour mettre fin à la crise, qui coïncide également avec une transition politique qui entraînera d'importants remaniements politiques. 

Le président tunisien Kais Saied a reçu l'équipe du FMI et a exprimé son soutien total aux idées que le FMI souhaite voir mises en œuvre. Tout en étant d'accord avec les demandes du FMI, Saied a déclaré que le FMI devrait tenir compte de la souffrance du peuple tunisien, car il risque d'être le plus touché par le remaniement économique. 

Plusieurs groupes économiques et politiques du pays ne sont pas entièrement satisfaits des nouvelles réformes. Ils craignent que les réformes n'affectent gravement les citoyens tunisiens, notant que les réformes qui les préoccupent le plus sont celles de la paix sociale et l'inversion des subventions pour les matériaux et les produits de base.

Kais Saied
PHOTO/ Presidencia de Túnez vía REUTERS  -   Le président de la Tunisie, Kais Saied

Tous s'accordent à dire que les Tunisiens seront les grands perdants de ce nouveau train de réformes. Ils devront affronter le remaniement de front et ne sont pas d'accord avec certains points du programme de réforme, tels que les points liés à l'augmentation des subventions et au gel de la masse salariale des employés.  

En raison de cette situation et de la situation actuelle, les conditions sociales vont s'aggraver et les mouvements sociaux commencent déjà à organiser des grèves. L'un d'eux, l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), dit ne pas comprendre que les Tunisiens soient lésés par cette aide et réclame de meilleures conditions pour les secteurs durement touchés par le coronavirus.  

L'UGTT a rejeté toutes les propositions de réforme du FMI dans leur intégralité, arguant que tant que la Tunisie ne disposera pas d'une stabilité politique assurant de bonnes perspectives à ses citoyens, elle ne pourra pas faire face à ces changements. 

De son côté, le FMI souhaite que les dirigeants du pays émettent un nouveau prêt visant à approuver le programme de réforme sociale. Déjà, des médias tels que Fitch Ratings préviennent que cette tension empêchera la Tunisie de signer un accord avec le FMI. Elle estime également que le gouvernement et le mouvement syndical doivent trouver un terrain d'entente sur ce nouveau train de réformes afin de mettre en œuvre le prêt du FMI et de soutenir la position extérieure du pays. 

La Tunisie souffre d'une crise économique et financière majeure qui s'est accrue suite aux effets du COVID-19 et de la guerre en Ukraine. De plus, l'instabilité politique du pays n'améliore pas la situation et les partis politiques perturbent les efforts du gouvernement pour résoudre la crise.  

Selon le FMI, le pays est confronté à des défis structurels qui entraînent d'importants déséquilibres macroéconomiques et une faible croissance économique, ce qui se traduit par un manque d'emplois et d'investissements et de profondes inégalités sociales. 

FMI Túnez
PHOTO/AFP  -   Jérôme Vacher, envoyé du Fonds monétaire international (FMI) en Tunisie

"La réduction du déficit budgétaire par une fiscalité équitable, un contrôle strict du bloc salarial, un meilleur ciblage des aides et une réforme profonde des institutions publiques est nécessaire pour réduire les déséquilibres macroéconomiques", indique l'institution. 

Actuellement, la Tunisie a besoin de recevoir 12,6 milliards de dinars de prêts extérieurs pour financer le déficit budgétaire de cette année. La dette publique a déjà atteint 106 milliards de dinars et la situation s'aggrave. Pour sa part, le gouvernement s'attend à ce que la dette atteigne 114,1 milliards de dinars d'ici 2022, soit 82,6 % du PIB.  

La situation s'aggrave à un moment où le gouvernement et les syndicats sont en tension. La Tunisie finalise les préparatifs d'un référendum populaire qui apportera des changements à la constitution et permettra l'accès aux réformes. Mais les syndicats refusent toujours que cela se produise car cela n'améliorera pas la situation des Tunisiens et les grèves ont déjà commencé.