PUBLICIDAD

Iberdrola

Le FMI prévoit que le Maroc obtiendra une recette fiscale potentielle non mobilisée de 12 % du PIB

Le FMI estime que cela améliorera les perspectives de croissance économique et d'inclusion sociale du pays
Le FMI prévoit que le Maroc disposera d'un potentiel de recettes fiscales inexploitées de 12 % du PIB.

AFP/OLIVIER DOULIERY  -   Le FMI prévoit que le Maroc disposera d'un potentiel de recettes fiscales inexploitées de 12 % du PIB.

Bonnes perspectives économiques pour le Maroc. Le Fonds monétaire international (FMI) s'attend à ce que le Royaume soit en mesure de mobiliser les recettes fiscales supplémentaires qui n'ont pas été mobilisées. L'institution bancaire assure que la part de ces revenus dans l'économie marocaine, plus précisément dans le PIB, est encore très faible, mais malgré cela, elle devrait améliorer les perspectives économiques de croissance et d'inclusion sociale. 

L'entité estime qu'au sein du royaume du Maghreb, la différence entre la perception réelle et potentielle des impôts représente 12% du PIB national. Plus précisément, les recettes fiscales représentent 21,6 % du PIB, alors que le FMI affirme que le potentiel peut atteindre 33,8 %.  Le FMI estime donc que le gouvernement a la possibilité d'augmenter considérablement ses recettes. Cela pourrait se faire en rapprochant les taux d'imposition des mêmes niveaux que les structures économiques du pays.

Pour le FMI, le Maroc a réalisé des avancées significatives pour son économie. Le pays d'Afrique du Nord connaît un bon élargissement de l'assiette fiscale. On estime que les réformes du système fiscal, la révision de l'impôt sur le revenu des personnes physiques, la taxe sur la valeur ajoutée et les taxes foncières pourraient stimuler la collecte des recettes. De même, le FMI fait valoir que les réformes visant à réduire l'informalité et à promouvoir la diversification économique pourraient contribuer à mobiliser les recettes et donc à apporter davantage de bénéfices. 

Turistas comprando en el casco antiguo de la ciudad marroquí de Marrakech el 12 de mayo de 2022 AFP/FADEL SENNA
AFP/FADEL SENNA - Des touristes font du shopping dans la vieille ville de Marrakech, au Maroc, le 12 mai 2022.

Tous ces avantages pourraient donner un coup de fouet à un Maroc durement touché par la crise du coronavirus et la récente invasion russe en Ukraine. En outre, le FMI prévoit également que la modernisation et l'amélioration de l'efficacité des administrations fiscales conduiraient à une mise en œuvre et une application plus fortes des lois, grâce à des mesures visant à lutter contre la corruption, à améliorer la gouvernance et à accroître la transparence. Cela renforcerait la confiance des Marocains dans le système fiscal.

Cela se reflète également dans certains pays du Moyen-Orient et dans certains pays d'Afrique du Nord. Bien que de nombreux pays aient été en mesure d'élargir leur assiette fiscale en mobilisant des recettes fiscales supplémentaires. Dans ces pays, la différence entre la perception réelle et potentielle des impôts représente environ 14 % du PIB. 

Pescadores trabajan en una granja de peces frente a la costa de la ciudad marroquí de M'diq
AFP/FADEL SENNA - Des pêcheurs travaillent dans une ferme piscicole au large de la ville marocaine de M'diq

Ce numéro est centré sur les récents développements mondiaux qui poussent les gouvernements à augmenter leurs dépenses. En conséquence, les dirigeants de la région MENA doivent augmenter les budgets pour protéger les pauvres, faire baisser les prix des denrées alimentaires et des carburants, moderniser les systèmes de santé et d'éducation, et renforcer la résilience face aux événements futurs qui menacent leur stabilité. 

D'autres régions du monde, comme l'Asie centrale, sont à la traîne en termes de collecte de recettes fiscales. Les recettes fiscales représentent 12,6 % du PIB, mais les pays émergents affichent une moyenne de 15,3 %. Les cas des pays d'Afrique subsaharienne, d'Amérique latine et des Caraïbes se distinguent, avec des PIB de 15,6 et 17,8 %, respectivement. Selon le FMI, ce faible niveau de recouvrement des impôts peut être attribué à un certain nombre de raisons telles que l'utilisation des impôts directs, en particulier ceux liés aux revenus des particuliers et des sociétés. Selon le FMI, celles-ci sont très limitées et les taxes foncières sont peu développées.

Terminal I del puerto Tánger Med
PHOTO/AFP - Terminal I du port de Tanger Med

"Divers impôts indirects sur les biens de consommation représentent la plus grande part des recettes fiscales (à l'exclusion des revenus du pétrole et du gaz), mais les exonérations sont courantes et nombreuses. Le manque de conformité fiscale et l'ampleur de l'économie informelle réduisent la capacité des gouvernements à collecter des recettes", a déclaré Jihad Azour, chef du département Moyen-Orient et Asie centrale de l'organisation. Azour affirme que, selon une étude, l'élimination des exemptions générales et des incitations inefficaces élargirait l'assiette fiscale. Cela rendrait les systèmes fiscaux équitables et transparents, ce qui entraînerait une nette amélioration de la situation.