PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Forum Espagne-Maroc à Dakhla : les participants soulignent la stabilité et la sécurité de la région, ainsi que son potentiel économique

Ils ont également salué les bonnes relations entre l'Espagne et le Maroc, qui sont fondamentales pour la coopération commerciale
ATALAYAR/GUILLERMO LÓPEZ

ATALAYAR/GUILLERMO LÓPEZ  -   Le Forum Espagne-Maroc à Dakhla

Le Forum Espagne-Maroc à Dakhla a été un événement clé pour plusieurs personnalités publiques et représentants de diverses organisations et entreprises privées pour partager les grandes opportunités offertes par les provinces du sud du Maroc et pour approfondir les relations économiques entre deux pays voisins et alliés comme l'Espagne et le Maroc

Atalayar a pu s'entretenir avec certains des participants à l'événement organisé à Dakhla.

Rachad Andaloussi : "Dans la région, la paix, la stabilité, l'accès aux hommes d'affaires et aux autorités et les possibilités de développement sont magnifiques"

Rachad Andaloussi, un homme d'affaires valencien, a accordé une interview à Atalayar lors du Forum Espagne-Maroc, dans laquelle il a souligné la stabilité et la sécurité de la région, ainsi que ses opportunités commerciales.

Quelle est l'importance du Forum d'investissement Espagne-Maroc à Dakhla ?

Nous sommes très heureux de participer au forum et aussi avec la participation de tant d'hommes d'affaires espagnols, qui pourraient tous venir à Dakhla, ces journées sont l'occasion de créer des liens directs. Malheureusement, l'Espagne est arrivée avec un certain retard parce que dans la région il y a une présence d'entreprises du monde entier, il y a des consulats, donc c'est une opportunité de croissance pour les Espagnols, le Maroc et la région. 

RACHAD
ATALAYAR/GUILLERMO LÓPEZ - Rachad Andaloussi, un homme d'affaires valencien

On peut dire que le bouchon a été retiré, que la décision du gouvernement espagnol de soutenir la proposition marocaine sur le Sahara rapproche les entrepreneurs, car ils voient que politiquement il n'y aura pas d'obstacles.

C'est un blocage psychologique parce que les hommes d'affaires espagnols ont toujours été intéressés par cette zone, il y a une industrie agroalimentaire, l'agriculture, la pêche, etc. qui a été développée par des entreprises espagnoles.  La dernière décision du gouvernement espagnol a été remarquée en termes de tranquillité et d'empressement des investisseurs espagnols. En outre, comme vous pouvez le constater, la région est une zone paisible, tranquille et dotée d'un grand potentiel. Tous ces ingrédients garantissent la réussite des entreprises. Pour ma part, je suis très heureux d'avoir participé à cet événement qui m'a permis de prendre contact avec de nombreux hommes d'affaires espagnols avec lesquels je suis convaincu que nous pourrons être en contact et revenir ici avec des décisions fermes. Je voudrais féliciter l'organisation pour le travail accompli, car vous avez pu constater dans la région la paix, la stabilité, l'accès aux hommes d'affaires et aux autorités et les possibilités de développement sont magnifiques.

Le développement d'éventuelles entreprises dans la région favorise les Sahraouis, non seulement ceux qui vivent à Dakhla mais aussi ceux de Tindouf, où l'objectif principal serait la réunification des familles.

Évidemment, tant d'appréciation pour la population sahraouie, tant de nostalgie pour le Sahara, nous avons l'occasion de démontrer la relation sentimentale de l'Espagne avec le Sahara. Le Sahara n'a pas besoin de bannières, de déclarations de presse, de conflits, etc. Il a besoin de travail, de créer des richesses et de mettre fin aux éventuels problèmes du Sahel, nous sommes à des kilomètres d'une zone très conflictuelle. Cette région doit se concentrer sur le progrès et la prospérité et j'insiste pour que tous les ingrédients soient présents. Ce qui se passe maintenant en termes d'infrastructures et de développement, il y a 30 ans, lorsque l'Espagne a abandonné le Sahara, il n'y avait rien de tel, aujourd'hui il y a des aéroports, un nouveau port est en cours de construction et des infrastructures de grande valeur pour la région. En outre, il s'agit d'un site touristique international très intéressant, également pour les pays de la région. Nos infrastructures sanitaires, financières et hôtelières sont de bon augure pour l'avenir de Dakhla.

Dakhla est également d'une grande importance géostratégique, le nouveau port aura une importance énorme.

L'une des choses qui frappe est l'intelligence des mesures qui ont été prises à Dakhla. Bien qu'il s'agisse d'une petite ville, elle possède tellement d'infrastructures et de projections que les ressources locales ne peuvent évidemment pas les financer à ce niveau. Je constate un grand désir d'investir non seulement dans des projets concrets, mais aussi dans les ressources humaines, car les revenus sont ici jusqu'à trois fois plus élevés que dans d'autres régions du Maroc. Les Sahraouis ont des emplois stables et sont heureux de pouvoir offrir un avenir plus prospère à leurs enfants. Honnêtement, je profite beaucoup des merveilles de la région ces jours-ci et j'aimerais revenir l'année prochaine, bien que, vu la façon dont le forum se développe, je reviendrai probablement plus tôt si nous finalisons certains projets.

Mohamed Chaib : "Il vaut la peine de continuer sur ce chemin de grande amitié entre l'Espagne et le Maroc"

Mohamed Chaib, ancien membre du parlement catalan, a parlé à Atalayar du Forum Espagne-Maroc à Dakhla et a fait l'éloge des liens entre Madrid et Rabat.

Quelle est votre appréciation de ce forum et qu'est-ce qu'il représente ?

Tout d'abord, je tiens à remercier Atalayar pour l'opportunité de réaliser cette interview. Deuxièmement, je voudrais dire que nous sommes ici aujourd'hui pour représenter l'entreprise Consa Corporación, qui se consacre entièrement au développement des infrastructures, qu'il s'agisse d'infrastructures ferroviaires, d'aéroports, de ports, etc... En effet, nous travaillons actuellement à Dakhla, à l'aéroport, et je viens de rencontrer le président de Dakhla, qui m'a félicité pour le travail que nous faisons et m'a demandé de transmettre ses remerciements à nos travailleurs, qui, nous a-t-il assuré, sont de vrais professionnels. Tout cela signifie que le grand nombre d'entreprises présentes à Dakhla reçoivent le message que nous essayons de transmettre sur les opportunités latentes dans la région. Après l'annonce par le gouvernement espagnol de sa décision de soutenir la proposition marocaine de large autonomie sur le Sahara, les hommes d'affaires perdent leur crainte d'investir au Maroc car il y a une sécurité politique que nous n'avions pas auparavant. La possibilité d'organiser ce type de forum, dans une ville comme Dakhla, est la preuve qu'il existe des possibilités de développement et des besoins à satisfaire, raison pour laquelle plus de 150 entreprises espagnoles se sont inscrites ici ces derniers jours.

foro dajla
ATALAYAR/GUILLERMO LÓPEZ - Mohamed Chaib, ancien membre du parlement catalan

Quels sont les attraits que cette région offre aux entreprises espagnoles ?

Tout le monde sait que 90% des personnes et des institutions de Dakhla parlent un espagnol parfait, ce qui est très utile pour les entreprises espagnoles. Nous voyons maintenant comment Dakhla se développe énormément ces dernières années, le roi Mohammed VI a donné un très grand coup de pouce aux provinces du sud et c'est un succès total et c'est quelque chose de palpable non seulement à Dakhla mais aussi à Laayoune et dans toutes les régions du Sahara. Les hommes d'affaires espagnols doivent profiter de ce moment de dynamisme, de développement économique, du potentiel de la région et des opportunités qu'elle offre en matière d'énergie renouvelable, de logistique, de pêche, d'industrie, d'agriculture, etc... Il vaut la peine que nous continuions sur ce chemin de grande amitié entre l'Espagne et le Maroc, qu'en travaillant ensemble nous puissions aider au développement de notre voisin du sud et aujourd'hui spécialement à Dakhla.

Aux Canaries, il y a ceux qui pensent que le développement de Dakhla implique une concurrence directe, nous devons travailler à l'inverse, nous pouvons parfaitement être complémentaires.

Franchement, penser que le développement du Maroc sera la responsabilité de l'Espagne, c'est ignorer que le développement de l'Espagne est énorme et qu'il se poursuit depuis de nombreuses années par différents canaux et sous de nombreux aspects. Nous devons garder à l'esprit qu'il ne s'agit pas seulement de développement économique, mais aussi de développement social, éducatif, administratif, etc. ..... Dans tous ces domaines, l'Espagne peut beaucoup aider Dakhla et les îles Canaries. Pendant que je discutais avec le président de Dakhla, le représentant d'une entreprise de numérisation des administrations publiques s'est approché de lui, et le président a été fasciné par cela, et je pense que c'est ce que nous devons faire, venir ici pour contribuer et ajouter. En fait, le port de Tanger est utilisé par beaucoup d'Espagnols et il ne faut pas que ce soit une compétition, le Maroc dans tous ces aspects est encore loin d'être une compétition pour l'Espagne. Écoutez, je suis pharmacien et la consommation de médicaments en Espagne est de 300 euros par personne et par an, mais au Maroc elle est de 30 euros, ce qui signifie qu'il y a encore un long chemin à parcourir et que nous devons aider le Maroc.

Avec le développement, nous pouvons parvenir au regroupement des Sahraouis et mettre fin au conflit au Sahara, que les familles puissent être réunies après tant d'années, et que les Sahraouis puissent avoir accès à un logement décent, aux soins de santé, à un emploi, etc...

Après 47 ans de conflit, je pense que le moment est venu d'arrêter de dire aux Sahraouis de Tindouf que la solidarité internationale est ce qu'il y a de mieux. S'il y a vraiment des personnes et des institutions espagnoles qui aiment et veulent le meilleur pour les Sahraouis, la meilleure chose à faire est de les soutenir pour qu'ils puissent sortir du conflit. Comment cela se fait, en expliquant qu'il y a une option, qui est celle offerte par le Maroc et qu'il s'agit d'une large autonomie, j'ai honnêtement lu le texte et il est formidablement avancé sur certains aspects, beaucoup plus avancé même qu'en Catalogne. Par conséquent, ceux qui disent que le Maroc veut profiter de leurs ressources se trompent et doivent lire le texte, qui explique clairement que nous devons soutenir les Sahraouis pour qu'ils puissent avoir leur propre autonomie et gérer leurs ressources dans le cadre de la souveraineté nationale. Avec cette initiative marocaine, les Sahraouis auront leur propre parlement, géreront leurs propres ressources et pourront faire avancer leur terre, nous parlons de trois générations de Sahraouis qui ont vécu de la solidarité internationale, combien de temps encore cette situation peut-elle durer ainsi ? Nous devons les aider à mettre fin à cela pour que tous ceux qui sont à Tindouf puissent avoir un meilleur avenir, pour qu'ils puissent entrer au Maroc, comme nous le voyons dans ce forum. Il y a tellement d'hommes occupant des postes importants dans le Sahara qui sont sortis de Tindouf et qui se sont préparés pour pouvoir le faire.

Le Front Polisario ne peut plus prétendre être le représentant du peuple sahraoui car il ne l'a pas...

En effet, il ne peut pas car il ne l'a pas, c'est un mensonge qu'ils sont les seuls représentants du peuple sahraoui, même à Tindouf ils ne l'ont pas.

dajla
ATALAYAR/GUILLERMO LÓPEZ - Mohamed Chaib, ancien membre du parlement catalan

Pourrait-on proposer, lors des négociations de Genève aux Nations unies, de pouvoir étendre la représentation du peuple sahraoui non seulement au Front Polisario mais aussi aux chefs de tribus ou au Mouvement sahraoui pour la paix ?

Je pense que oui, ce qui se passe c'est qu'il y a d'autres pays et d'autres facteurs impliqués ici, à part les Sahraouis, qui sont ceux qui doivent parler. Je pense qu'il est plus facile pour les Sahraouis de parvenir à un accord sur toute cette question que pour l'Algérie, par exemple, de continuer à penser que l'union du Maghreb arabe ne se fera pas. Il y a dix ans, je pensais que l'union du Maghreb arabe serait possible, imaginez combien l'union du Maghreb arabe serait positive dans le contexte international actuel. Honnêtement, l'Algérie est à couteaux tirés avec le Maroc sur la question du Sahara et les questions de leadership, et si nous parlons d'une union du Maghreb arabe, le leadership n'appartient à personne car ce serait l'affaire de tous.

Lorsque l'Algérie se fâche avec l'Espagne, elle se reconnaît comme une partie impliquée dans le conflit...

C'est exact, nous parlons d'une chose qui est la première fois que cela se produit. C'est une honte que lorsque le Sahara a été distribué, l'Algérie s'est retrouvée avec quatre parties, le désert algérien au Sahara est énorme, et pourquoi cette insistance sur un espace beaucoup plus petit que celui qu'elle détient, car c'est la sortie stratégique vers l'Atlantique pour l'Algérie et pour la Russie. Qu'il vaut mieux faire l'autruche et continuer comme avant, avec le président algérien qui dit des bêtises sur le roi Mohammed VI. Je ne pense pas que ce soit la meilleure façon d'avancer. L'Algérie devrait réfléchir à cette question car elle ne peut pas être éternellement en colère contre le Maroc, et ses citoyens ne doivent pas subir les conséquences de sa colère. De plus, cela n'est pas bon pour ses relations avec l'Union européenne, ni pour l'Union du Maghreb arabe dont nous parlions plus tôt. Il serait donc très intéressant que l'Algérie joue un rôle de premier plan dans l'Union du Maghreb arabe, mais pas au détriment du Maroc. S'il y a assez de leadership pour tous et la somme de tous peut constituer un Maghreb Arabe plus qu'intéressant avec un développement très important pour les citoyens de n'importe lequel des pays.

Enfin, que diriez-vous aux autres investisseurs espagnols qui n'ont pas encore découvert Dakhla...

La réunion d'aujourd'hui est une première étape dans le tissage d'excellentes relations économiques entre l'Espagne et le Maroc, plus particulièrement dans la région de Dakhla. Je répète que je vois que les hommes d'affaires espagnols, politiquement, ont perdu leur peur, et c'est une grande chose. Ils devraient venir et voir tout le développement économique que le Maroc a réalisé dans cette région, et ils ne devraient pas douter qu'ils seront protégés. Ils viendront ici et n'auront aucun problème en termes de sécurité, de sécurité juridique ou de tout autre type de problème. Je vous encourage donc à découvrir la région de Dakhla et à constater de visu le potentiel de la région