PUBLICIDAD

Iberdrola

Le G20 condamne l'agression de la Russie et appelle à un retrait "complet et inconditionnel" de l'Ukraine

Le club des 20 plus grandes économies du monde se prononce en faveur de la fin de la guerre tout en reconnaissant des désaccords internes
G20 Bali

PHOTO/SOAZIG DE LA MOISSONIÈRE/ELYSÉE  -   Le président français Emmanuel Macron salue le président américain Joe Biden lors du G20 à Bali, en Indonésie

"Il y a une marge de convergence pour pousser la Russie vers la désescalade", a déclaré Emmanuel Macron à l'issue du sommet du G20 à Bali. Les impressions du président français n'étaient pas du tout erronées. Le G20 avait convenu la veille de publier un communiqué condamnant "dans les termes les plus forts" l'agression de la Russie en Ukraine et exigeant le retrait "complet et inconditionnel" des troupes du Kremlin du territoire ukrainien. Et c'est ce qui s'est passé. 

La déclaration commune de 16 pages, signée par "la majorité des dirigeants du G20" mercredi, fait état des graves dommages économiques causés par la guerre et qualifie d'"inacceptables" les menaces voilées de la Russie d'utiliser des armes nucléaires sur le sol ukrainien. "L'ère actuelle ne doit pas être celle de la guerre", a déclaré le club restreint des 20 économies les plus puissantes du monde dans un texte qui a marqué le sommet des chefs d'État et de gouvernement en Indonésie. 

Les dirigeants ont consacré un espace à l'état de l'économie mondiale, le sujet de discussion habituel qui constitue généralement l'épine dorsale des réunions annuelles du G20. La guerre en Ukraine a exacerbé les crises énergétiques et alimentaires mondiales émergentes, qui ont à leur tour déclenché une inflation record aux États-Unis et dans la zone euro. En conséquence, les banques centrales ont procédé à des hausses drastiques des taux d'intérêt qui ont considérablement augmenté le risque de tomber en récession. En conséquence, les dirigeants ont accepté de modérer ces hausses.

G20 Bali
PHOTO/SOAZIG DE LA MOISSONIÈRE/ELYSÉE  -   Le président français Emmanuel Macron s'adresse à une réunion multilatérale du G20 à Bali, en Indonésie

Mais le débat a tourné autour de la situation en Ukraine. Le texte a tenu compte des différentes évaluations des États membres, reconnaissant au passage l'existence "d'autres points de vue et d'autres évaluations". Les partenaires occidentaux ont réussi à convaincre les pays du Sud membres du club, notamment l'Inde, dont le poids stratégique a permis de faire pencher la balance. Au final, la déclaration commune a été "unanime". 

Malgré la clarté des membres du G20, le texte n'énonce pas de mesures concrètes pour mettre fin à la guerre. L'intention des alliés occidentaux était d'amplifier l'isolement international et de renforcer le siège diplomatique auquel la Russie est soumise depuis le 24 février. Seule la Chine a défendu son allié, sans toutefois faire preuve de la même vigueur qu'aux occasions précédentes. Pékin préfère également que la guerre prenne fin le plus rapidement possible. 

La publication d'un communiqué condamnant la Russie dans des termes condamnables n'était guère envisageable avant le sommet, de sorte que l'on peut considérer comme une victoire symbolique de la diplomatie occidentale le fait d'amener des pays initialement très éloignés du contexte de l'invasion de l'Ukraine, comme l'Argentine, le Brésil et l'Indonésie, hôte du sommet, à signer le texte.

G7 Bali
PHOTO/POTUS  -   Le président américain Joe Biden dirige la réunion d'urgence du G7 à Bali

"La discussion à ce sujet a été très dure et à la fin, les dirigeants du G20 se sont mis d'accord sur le contenu de la déclaration, qui était la condamnation de la guerre en Ukraine parce qu'elle a violé les frontières et l'intégrité du pays", a reconnu le président indonésien Joko Widodo, qui a cherché à concentrer le débat sur l'économie et à laisser les questions plus épineuses pour d'autres réunions multilatérales. 

Les dirigeants du G20 sont allés jusqu'à reconnaître dans le communiqué que le forum ne cherche pas à résoudre les "questions de sécurité", mais ont conclu que ces questions "peuvent avoir des conséquences importantes pour l'économie mondiale". 

La Russie, pour sa part, a maintenu sa rhétorique de défi et a de nouveau justifié son agression sur l'Ukraine. "Oui, il y a une guerre en Ukraine, une guerre hybride que l'Occident a déclenchée et prépare depuis des années", a déclaré le diplomate russe chevronné Sergueï Lavrov. Le ministre des Affaires étrangères, principal représentant de Moscou à la place de Vladimir Poutine, absent, a quitté le sommet mardi après avoir accusé les organisateurs de "politiser" le sommet.

Biden Blinken Sullivan
PHOTO/POTUS  -   Le président américain Joe Biden travaille avec son conseiller en politique étrangère Jake Sullivan et le secrétaire d'État Antony Blinken sur la réunion d'urgence du G7 à Bali, en Indonésie
Pologne, une nouvelle crise des missiles ? 

La déclaration commune a été publiée un jour après la chute de deux missiles de fabrication russe sur le territoire polonais. Deux personnes ont été tuées dans la ville rurale de Przewodów, près de la frontière ukrainienne. Cet événement a déclenché l'alarme dans les bureaux de l'OTAN et provoqué une réunion d'urgence des membres du G7 à Bali. Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré mercredi matin que le missile était ukrainien mais avait été lancé pour intercepter un missile russe. 

Le diplomate norvégien a finalement accusé la Russie. S'il n'avait pas attaqué Kiev et l'Ukraine occidentale, cet incident n'aurait pas eu lieu. "Alors que tous les dirigeants du monde travaillaient ensemble pour relever les plus grands défis auxquels nos peuples sont confrontés, Poutine lançait des attaques aveugles contre des civils en Ukraine", a déclaré depuis Bali le nouveau Premier ministre britannique, Rishi Sunak.