PUBLICIDAD

Iberdrola

Le G7 consolide la coalition anti-Poutine et limite les prix du pétrole russe

Les dirigeants des sept nations démocratiques les plus riches font pression pour une nouvelle série de sanctions contre la Russie afin d'arrêter sa machine de guerre en Ukraine
G7 Summit

PHOTO/@EmmanuelMacron  -   Les dirigeants du G7 se réunissent à Elmau en présence du président ukrainien Volodymir Zelenski

Les dirigeants du G7 sont réunis depuis dimanche au château d'Elmau, un hôtel luxueux situé dans une petite ville du sud de l'Allemagne, près de la frontière autrichienne. À partir de là, les Biden, Trudeau, Jonhson, Macron et leurs collègues ont comploté pour faire adopter un nouveau train de sanctions contre la Russie en réponse à son invasion à grande échelle de l'Ukraine, qui plafonnerait le prix du pétrole russe, selon Reuters. "Le G7 publiera une déclaration de soutien à l'Ukraine, y compris de nouveaux engagements significatifs en matière de sanctions pour intensifier encore nos mesures économiques contre la Russie", a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

Les sept principales nations démocratiques industrialisées, qui ont accueilli la Russie de Poutine en tant que membre à part entière en 2002, s'efforcent désormais de couler l'économie russe afin de mettre un terme le plus rapidement possible à la campagne militaire sanglante du Kremlin dans l'ancienne république soviétique. L'idylle du G8 devait durer 12 ans, jusqu'à ce que Moscou décide d'occuper la péninsule de Crimée. Sa participation a depuis été suspendue, et il est peu probable qu'elle revienne de sitôt alors que l'objectif déclaré est d'"isoler davantage la Russie de l'économie mondiale". 

Les dirigeants des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie et du Japon, représentés par l'Union européenne, ont approuvé lundi une nouvelle série de sanctions contre la Russie, qui comprend pour la première fois l'imposition d'un plafonnement des prix des importations de pétrole russe, une mesure destinée à réduire considérablement ses revenus. Il reste à voir comment ce plafond sera appliqué, mais l'engagement du "Groupe des Sept" semble inébranlable.

G7 Summit
PHOTO/@Bundeskanzler  -   Les dirigeants du G7 sont photographiés dans les Alpes bavaroises. De gauche à droite, le Premier ministre italien Mario Draghi, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, le président américain Joe Biden, le chancelier allemand Olaf Scholz, le Premier ministre britannique Boris Johnson, ses homologues canadien et japonais Justin Trudeau et Fumio Kishida, et le président du Conseil européen Charles Michel

Il y aurait trois façons de limiter les prix : former un cartel d'achat et menacer de sanctions les importateurs qui dépassent le plafond ; appliquer un tarif douanier massif sur les importations de pétrole et de gaz russes ; ou imposer des sanctions ciblées pour empêcher la Russie de convertir les revenus pétroliers en une monnaie moins liquide, une mesure qui pourrait passer par l'imposition de sanctions aux entités russes impliquées dans les ventes de pétrole, comme l'expliquent les économistes Brian O'Toole et Daniel Fried de l'Atlantic Council. 

Le plafonnement des prix de l'"or noir" est un coup dur pour l'économie russe. "Le double objectif des dirigeants du G7 a été de cibler directement les revenus du président Vladimir Poutine, notamment par le biais de l'énergie, mais aussi de minimiser les retombées et l'impact sur les économies du G7 et le reste du monde", déclare Reuters citant des sources de l'administration américaine. Les dirigeants occidentaux sont confrontés au défi de limiter les revenus énergétiques de la Russie sans causer de dommages à l'économie mondiale, un exercice d'équilibre délicat dans un contexte de prix énergétiques record et d'inflation galopante. 

"Les États-Unis ont rassemblé plus de 30 alliés et partenaires dans le monde entier pour imposer des coûts drastiques à la Russie, et la coalition dirigée par les États-Unis continuera à accroître la pression sur Poutine", a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué. L'administration Biden a ajouté au moins une centaine de nouveaux noms de personnes et d'entités à la liste noire des sanctions et a annoncé l'imposition de droits de douane sur les marchandises russes. Les dirigeants du G7 envisagent également de limiter le prix de l'or russe, le deuxième secteur le plus important de l'économie russe après l'énergie.

La Maison Blanche affirme que "les exportations américaines vers la Russie, y compris les intrants technologiques essentiels dont Poutine a besoin pour maintenir son armée, ont diminué d'environ 97 %. Les importations russes de marchandises en provenance du monde entier pourraient chuter de 40 %. Les usines de toute la Russie luttent pour maintenir la production". Selon cette version, les sanctions occidentales dans leur ensemble ont l'effet souhaité par la grande coalition contre Poutine

"Le PIB de la Russie va probablement connaître une contraction à deux chiffres, l'inflation grimpe à plus de 20 %, la Russie a du mal à rembourser ses obligations et elle a fait défaut sur sa dette souveraine pour la première fois depuis plus d'un siècle", a affirmé la Maison Blanche dans une note, le jour même où Bloomberg a fait état du défaut de paiement de 100 millions d'euros d'intérêts sur les obligations souveraines étrangères de la Russie, pour la première fois depuis 1998, après l'expiration du délai de grâce de 30 jours. Un défaut rejeté catégoriquement par le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov. 

"Les sanctions ne fonctionnent généralement pas. Jusqu'à présent, les sanctions occidentales très sévères contre la Russie ont échoué lamentablement à endommager l'économie russe", déclare à Atalayar Mamdouh Salameh, économiste pétrolier international et consultant de la Banque mondiale. "En fait, elles nuisent aux économies de ceux qui les ont imposées bien plus que la Russie. Je dirais que l'économie russe est florissante sous les sanctions parce qu'elle y était bien préparée". 

"L'économie de la Russie est autosuffisante", affirme Salameh. "La Russie est également le premier exportateur mondial d'énergie et de matières alimentaires, ainsi que de métaux précieux. Elle possède également le plus grand arsenal nucléaire du monde".

G7 Summit
PHOTO/@EmmanuelMacron  -   Les dirigeants du G7 posent devant les caméras avec les Alpes bavaroises en arrière-plan

Pour que les sanctions portent leurs fruits, l'Occident doit aller au-delà de ses frontières géographiques et forger des alliances avec d'autres acteurs qui ont jusqu'à présent choisi de maintenir une posture d'endiguement. L'un de ces acteurs est l'Inde de Narendra Modi, qui était l'un des cinq dirigeants des nations invitées au sommet du G7. Pour l'instant, l'objectif de la stratégie est d'empêcher une victoire militaire russe décisive à court terme, qui pourrait inciter Poutine à conclure un accord à des conditions plus favorables à l'Ukraine, plutôt que de négocier avec lui alors qu'il contrôle de grandes quantités de territoire ukrainien. 

Zelenski au G7 

Le président ukrainien Volodymir Zelensky a participé à une réunion par vidéoconférence lors de la retraite des dirigeants du G7 dans les Alpes bavaroises pour demander à ses partenaires davantage d'armes, notamment des systèmes de défense aérienne, davantage de sanctions contre la Russie, une aide pour l'exportation de céréales depuis les ports ukrainiens de la mer Noire et un financement pour la reconstruction du pays. À la fin de la conversation, le G7 a de nouveau serré les rangs avec l'Ukraine et s'est engagé à maintenir "tout soutien nécessaire aussi longtemps qu'il le faudra"

L'administration Biden a confirmé que le G7 "s'engagera à aider l'Ukraine à combler ses lacunes en matière de financement budgétaire à court terme, y compris un engagement de 7,5 milliards de dollars provenant du deuxième supplément récemment approuvé". En outre, le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a confirmé en marge du sommet du G7 en Allemagne que le prochain paquet d'aide militaire à l'Ukraine "comprend des capacités avancées de défense aérienne".